Patrick et Alain, deux retraités actifs et engagés pour GREENPEACE


BIO DANS NOS VIES vous présente deux retraités qui se sont engagés chez Greenpeace, réseau international d’organisations pour préserver l’environnement et la vie sur terre, sous la mer, pour aider à mieux vivre dans un monde de paix. GREENPEACE oeuvre dans 55 pays pour transmettre aux enfants un monde éthique et durable. Greenpeace c’est 3 millions d’adhérents et 36000 bénévoles à travers le monde. Ici voici l’échange que nous avons eu par courriel pour tenter de mieux connaitre deux d’entre eux.

Bonjour Messieurs, présentez-vous 

Alain Legendre, retraité actif et amoureux, habite à Vence. Co-coordinateur du groupe local de Greenpeace à Nice.

Patrick Regolta, retraité surbooké, réside à Saint Jeannet avec une femme merveilleuse. Coach du réseau social Wegreen.

 

Pouvez-vous présenter vos parcours de vie en quelques phrases?

 AL: Après des études de chimie, travaille pendant 21 ans dans l’industrie chimique, entre coupé d’une période d’artisanat (salon de toilettage pour animaux domestiques).; avant d’embrasser la carrière d’expert auprès des compagnie d’assurance. A la retraite depuis 2016. Marié et père de deux filles ( 39 et 33 ans), divorcé en 2012.

PR : Né en 1957, j’ai eu une scolarité chaotique mais j’ai pu bénéficier d’un grand nombre de formations professionnelles qui m’ont emmené à la fonction de chef de projet en informatique de gestion. Je suis très fier d’être le père d’une jeune femme de 25 ans, militante de la protection animale.

Quel a été le déclic, le signal qui vous a donné envie de vous engager dans l’aventure de Greenpeace?

AL: En 2012, une rencontre avec des militants du mouvements COLIBRIS.

Cette rencontre m’a amené à rejoindre le mmvd ALTERNATIBA et son groupe local 06 et à la participation, en 2015, du village des Alternatives à Mouans Sartoux.

Puis le besoin de m’engager sur des campagnes de mobilisations à portés internationales incluant l’action Non-Violente et la désobéissance civile, m’a fait rejoindre le groupe local GP.

PR : Dès mon enfance, avec des grands parents agriculteurs, j’ai été sensible à la beauté de la nature. Je suis les actions de Greenpeace depuis longtemps et j’ai adhéré à cette ONGI il y a une quinzaine d’année. J’ai profité d’être à la retraite pour militer au sein du groupe de Nice.

Pourquoi avez-vous choisi de vous engager dans l’association Greenpeace, il y en a tant d’autres, et tant de choses à faire sur cette planète …

AL: Pour son implantation locale dans le 06, et sa représentation internationale, son mode d’action Non-Violent.

PR : L’affaire du Rainbow Warrior, en 1985, m’a révolté et m’a poussé à m’intéresser aux différentes actions de Greenpeace que je trouvais, et trouve toujours, très pertinentes. Aujourd’hui, Greenpeace est consciente qu’il faut de plus en plus agir de concert avec les autres associations de protection de l’environnement pour être encore plus efficace.

Quelle est votre mission première avec Greenpeace?

 AL: Protéger l’environnement, la biodiversité, promouvoir la paix et construire un monde durable et équitable.

Comment peut-on s’engager, quelles sont les démarches pour devenir bénévole ?

 AL: en venant assister à une réunion d’accueil, suivre les 2 formations ( présentation du mat et Action Non-Violente) puis faire son chemin au sein du groupe locale.

Quels sont vos prochains objectifs, les prochaines missions auxquelles vous allez participer ?

 AL: mon premier objectif sera de remplir ma mission de coordinateur du GL, en charge de la gestion de la boite mail.

Préparer une action en rapport avec la pollution lumineuse de la ville

PR : Avec une petite équipe au niveau national, nous participons à la mise en place d’un nouveau réseau social, « Wegreen », qui verra le jour cet automne. Son ambition est de mettre en contact tous les citoyens soucieux des questions écologiques, de soutenir et de faciliter l’organisation des mouvements citoyens qui défendent l’environnement sur le terrain.

Quelle est votre écolo-attitude au quotidien?

AL: la sobriété de ma consommation

PR : J’admire ma fille qui est Végan mais je n’ai pas sa force de caractère, je me contente de manger très peu de viande. Avec ma compagne, nous choisissons des produits qui limitent le nombre d’emballage. Et nous utilisons des solutions naturelles pour remplacer les produits ménagers habituels.

 

Merci à vous deux, 

www.biodansnosvies.fr

7 bonnes raisons de travailler pour Greenpeace

  • Dénonciation et solution : nous dénonçons les atteintes à l’environnement et apportons des solutions qui contribuent à sa protection et à la promotion de la paix.
  • Détermination et goût du risque : nos salariés sont déterminés et prêts à prendre des risques pour repousser les limites de notre société et promouvoir le changement
  • Indépendance, ténacité et intégrité : nous nous appliquons en interne les principes que nous promouvons dans nos campagnes.
  • Créativité et innovation : nous encourageons les initiatives et la mobilisation des compétences pour créer de nouvelles opportunités.
  • Engagement et professionnalisme : quel que soit leur métier, tous les salariés contribuent au succès des campagnes avec passion et engagement
  • Esprit d’équipe et collaboration internationale : nous n’agissons pas seul ! Que ce soit en interne entre les équipes ou en externe avec nos alliés, nous pensons que le travail en coopération est bien plus efficace pour gagner nos campagnes.
  • Non-violence : c’est un élément fondamental de nos actions. Il n’y a aucune violence envers quiconque dans le cadre de nos campagnes.

Ecolo-attitude de Séverine Ferrer, comédienne et ambassadrice de l’Institut de Jane Goodall

                                                              photo Anthony Passant
Séverine Ferrer est une artiste dans le grand sens du terme car depuis sa plus tendre enfance, elle chante, elle danse, elle joue. D’ailleurs, elle n’a pas une ride, on dirait que le temps n’a pas de prise sur elle !
A l’âge de 9 ans, elle présentait déjà pour la télé réunionnaise, une émission pour la jeunesse « le Séverine club ». Nous, nous l’avons connue à la tête du célèbre magazine de musique sur M6,  « FAN 2 » de 1997 à 2005.
Comme elle a plusieurs cordes à son arc, et qu’elle veut explorer tous ses possibles, Séverine sorti un album de chansons en 2004, et a créé l’agence de mannequins enfants « My Agency« , dont elle s’occupe encore aujourd’hui !
Comédienne, on a pu la voir dans « Beaumarchais, l’insolent » d’Edouard Molinaro et dans « Delphine 1, Yvan 0″ de Dominique Farrugia et il n’y a pas si longtemps dans le film de Martin Lamotte  » Ca reste entre nous ».
A la télévision, elle a joué de nombreux personnages pour diverses séries, mais c’est au théâtre à l’affiche de la pièce « C’est pas du tout ce que tu crois » avec Daniele Evenou et Norbert Tarayre de Manu Rui Silva et Elodie Wallace que nous pouvons découvrir ses talents comiques.
Séverine Ferrer va attaquer la grande tournée « Born in 90’s » à partir d’octobre dans tous les Zénith de France et le 21 Décembre à l’Accor Hôtel Arena de Paris. Elle sera la maitresse de cérémonie de cette grande fête musicale.
Côté privé, Séverine est heureuse et épanouie : elle a trois enfants, inutile de préciser que sa vie est bien remplie, c’est pourquoi nous la remercions d’avoir pris le temps de répondre à nos questions écolo-attitude-attitude !
 
BDNV : Vous avez depuis toujours vécu une vie d’artiste! Pensez vous que les artistes ont un rôle important à jouer en faveur de l’environnement ?
SF:
Je pense qu’évidemment les artistes peuvent faire passer des messages plus facilement à leur public ou leurs communautés sur les réseaux sociaux car ils touchent un maximum de personnes qui s’identifient à elles mais surtout c’est l’affaire de tous au quotidien qu’on soit artiste ou non, chacun à un rôle à jouer!
 
BDNV : Dans votre vie au quotidien, quelle est votre écolo-attitude : démarches éthiques, alimentation, achats solidaires, association ? 
SF:
Je dis toujours que la protection de l’environnemsent ne doit pas être contraignante chacun fait ce qu’il peut avec ses moyens et son environnement quotidien ; elle doit rester accessible pas la peine de faire des choses incroyables juste beaucoup de petites actions au quotidien et surtout en famille car l’éducation passe par la sensibilisation des enfants en bas âge. Au quotidien, à la maison on fait attention à ne pas gaspiller l’eau, à choisir la saveur de son yaourt avant d’ouvrir en grand le frigo, à bien éteindre les lumières, à faire le tri sélectif, à consommer de saison… Des petites choses si chacun met sa petite pierre à l’édifice ; je ne dis pas qu’on va sauver la planète mais en tout cas, nous allons limiter la casse! 
 
BDNV : Quelle association vous tient à coeur ?
SF:
 
J’ai été longtemps ambassadrice du WWF et je suis désormais ambassadrice de l’ Institut Jane Goodall une femme incroyable que j’admire depuis toujours !
 
 
 
 
 
BDNV : Félicitations ! Nous l’admirons aussi, elle qui a tellement fait pour les singes :  c’est grâce à elle que nous savons que les Chimpanzés sont semblables aux humains, tissent des liens et ressentent des émotions. Ethologue, primatologue, mais aussi lanceuse d’alerte, Jane Goodall s’est occupée de la biodiversité dans son ensemble et a fait énormément avancer la recherche !
 
 
 
 
Vous racontez dans un livre les histoires écrites par Nicole Korchia, un livre « Vive ma planète  » qui obtient un joli succès en librairies ; les enfants sont tellement sensibles à la planète, les parents ont-ils à apprendre de leurs enfants aujourd’hui ?
 
SF:
Quel bonheur de partager cette belle aventure avec les enfants ! Ils sont la vérité et sans filtre et j’adore ça! Évidemment l’éducation des adultes, des parents et surtout les grands parents qui ont pris de mauvaises habitudes, et c’est normal passe par les enfants : ils sont les adultes de demain et c’est eux qui ont un vrai rôle à jouer pour les générations futures! On compte sur eux, ils vont assurer la relève! 
 
Un petit mot pour notre site www.biodansnosvies.fr 
SF :
C’est génial d’avoir un site qui relate tous les événements autour de l’environnement qui restent parfois méconnus, d’avoir des recettes et des gestes à faire au quotidien pour les novices longue vie à Biodansnosvies!!! 
Merci Séverine pour tout ce que vous apportez d’attention et de protection à notre planète grâce à vos talents 🙂 
Pascale S pour www.biodansnosvies.fr
Photo de Séverine Ferrer ANTHONY PASSANT

« LE BON COIN » court métrage qui nous fait réfléchir !

 
 
C’est grâce à Bruno HENRY, comédien et ami de Bio dans nos vies que nous avons reçu ce super court-métrage « LE BON COIN  » !
Il y campe un personnage qui permet d’ouvrir la porte aux débats : qui sommes-nous, les uns et les autres, face à cette problématique planétaire qu’est la pollution de notre environnement? Nous vous invitons à regarder ce teaser parlant qui apporte de l’eau au moulin avec humour en attendant que le film fasse sa vie dans les festivals à venir…
 

Dans cette comédie noire, l’auteur a mis en évidence deux types de comportement aussi dangereux l’un que l’autre pour l’environnement : le déni du pollueur et la critique stérile du donneur de leçon qui ne s’abaisserait pas à ramasser un plastique, en l’occurrence, dans le film, sur une berge.

Le film a été tourné dans la région de Fontainebleau. La scénariste a pu remarquer, en traversant la forêt, le nombre incalculable de déchets domestiques jetés dans la forêt. C’est ainsi qu’est né LE BON COIN.
Il est vraiment grand temps que l’humain sorte du déni écologique.
Une discipline quotidienne inverserait rapidement la spirale infernale dans laquelle notre planète est prise.

Malgré ce sinistre constat, nous restons confiants et allons tenter de faire en sorte, avec « Le Bon Coin » que tous les bons coins de France redeviennent agréables à vivre !

Réalisé par Laura RICHARD écrit par Maryline MAHIEU avec Laurent PARIS et Bruno HENRY.
Produit par Laurent PARIS, Production exécutif : KN5 PRODUCTION (Gaultier BARRA).
 
Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=PoJ10mLDxsE&t=39s
Merci et faites passer le message et le film 🙂

ECO-LIFE-GROUP, une société innovante à découvrir / L’EAU OZONEE, produit efficace et sans chimie.

Nous sommes heureuses de vous présenter un jeune chef d’entreprise, Dominique Machefert, qui est chargé de trouver des solutions innovantes et notamment des produits révolutionnaires puisque efficaces, sans chimie aucune.

Dominique, présentez vous, votre activité et parlez nous de votre engagement ?
 
Dominique Machefert, 32 ans, président-fondateur d’Eco-Life-Group chargé de trouver des solutions innovantes compétitives à la fois sur le plan économique que sur le plan écologique.
On utilise et commercialise une solution de nettoyage sans aucun produit chimique, écologique et économique : l’eau ozonée. 
Notre mission est de trouver et de proposer des solutions innovantes compétitives à la fois sur le plan économique et écologique. 
Je suis également co-fondateur de l’association «  The biotarian nation »
Voici un lien d’un article qui résume bien le parcours de Dominique Machefert :  
 
1/ comment se prépare la mise en place de nouvelles habitudes dans les entreprises qui décident de passer « à l’acte »?
Après avoir convaincu le donneur d’ordre, on passe à la phase de test. Une gouvernante est nommée responsable des tests. Cela dure entre 15 jours et 1 mois. Une formation complète de 2h est opérée le jour de l’installation. 
Une fois le test fini, un questionnaire de satisfaction est envoyé par mail à tous les utilisateurs. Une note globale est présentée au donneur d’ordre. Si la note est satisfaisante et que l’économie est palpable, la technologie est adoptée. 
 
2/ Quel est votre mode de fonctionnement pour vous faire connaitre auprès d’un plus grand nombre ?
Réseaux sociaux principalement.  Surtout LinkedIn. Ensuite il y a les salons spécialisés comme EUROPROPRE où nous avons obtenu le deuxième prix d’innovation.
 
3/ Parlez nous des avancées en matière d’écologie que nous pourrions grâce à certains produits sans chimie, mettre en place chez nous au quotidien.
l’ICLEAN MINI, un spray nettoyant innovant et révolutionnaire qui remplace les produits chimiques d’entretien au quotidien.
Ce spray à la pointe de la technologie, transforme l’eau du robinet en eau Ozonée, un produit de nettoyage sûr, efficace et plus puissant que l’eau de Javel. Remplace tous les produits chimiques du quotidien ( Nettoyant multi usages; vitres, miroir, inox, bois, acier inoxydable, béton, pierre, salle de bain, toilettes, etc…

ECONOMIQUE

• Réduit considérablement le stockage des produits chimiques nettoyants, assainissants et désodorisants.
Solution unique tout-en-un qui réduit le temps de travail et améliore la productivité.
Économies par rapport aux produits de nettoyage conventionnels (litre par litre).
Moins d’arrêts maladie grâce à une exposition moindre aux produits chimiques et aux COV.
•  Convient aux initiatives de développement durable et écologique.

PLANÈTE PROTEGEE

Réduction des émissions de CO₂.
Sans danger pour l’environnement car la solution d’eau ozonée redevient de l’eau et de l’oxygène après utilisation.

4/ Quelle est votre écolo-attitude au quotidien?

Ma principale sensibilité est basée sur les déchets. Dans la nature, il n’y a pas de déchet, ce qui ne sert plus à un organisme devient une ressource pour un autre. C’est ce modèle que je veux appliquer dans mon quotidien. C’est du biomimétisme. Ensuite, je mange local et bio le plus possible. Je me déplace en scooter électrique, je privilégie les entreprises françaises, je respecte les hommes, les femmes, les animaux, le vivant dans tout son ensemble. Je suis biotarian. Il est important de parler du biomimétisme. C’est ma religion. S’inspirer de la nature parce qu’elle a 4 milliards d’années et que la Recherche et Développement font partie du quotidien. C’est de l’optimisation instantanée, pas de maximisation.  
Le biomimétisme est l’avenir de l’écologie. On vient s’inspirer des formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant.
La révolution prendra forme quand le ministère de l’écologie et de l’économie fusionneront pour n’être qu’un : le ministère de l’écolonomie. 
 
Quelle inspiration vous nous insufflez Dominique, merci pour votre participation à notre page, à tous maintenant de partager cet article et de mettre en place ce système innovant !
 
                                   ECO-LIFE-GROUP !
 
 Pascale S pour www.biodansnosvies.fr
 

« Vive ma planète » un livre audio pour les vacances des petits et pour toute la vie :)

Le livre « Vive ma planète » écrit par la journaliste Nicole Korchia comporte 9 belles histoires racontées par la douce voix de l’animatrice comédienne Séverine Ferrer, très sensible à la protection de la planète. Ce livre superbement illustré restera dans les bibliothèques familiales car Nicole, grâce à son expérience de journaliste depuis bien des années, a su donner au petit panda de WWF, la mission de passer le message de l’importance de la protection de la planète de manière joyeuse, optimiste et pédagogique! Ce livre-audio coloré nous fait plonger dans le coeur des problématiques environnementales et donne l’espoir que l’on peut changer l’avenir de notre terre-mère. Rien n’est perdu, tout est possible !

Superbe message optimiste à porter, petits et grands, en offrant autour de nous ce livre d’amour aux enfants et aux écoles. Les enfants aiment toujours qu’on leur raconte des histoires, n’est ce pas? 

Aux éditions : Le courrier du livre jeunesse

 photo de Séverine Ferrer:  ANTHONY PASSANT

Pascale S pour www.biodansnosvies.fr 

Les recettes Vegan de Sandrine : le tartare

Sandrine est une sportive qui a plusieurs cordes à son arc, une énergie qui dépasse la normale, une volonté pour affronter le quotidien et une joie de vivre sincère et communicative ! Elle est la maman active et optimiste de trois enfants dont elle s’occupe sans relâche !                                 

Elle a crée l’association « Petite fleur de LYS » pour attirer l’attention sur la maladie de sa petite dernière, Lys, et pour venir en aide financièrement à ses besoins d’accompagnement que la maladie engendre ( frais de fauteuils, rendez-vous avec des spécialistes en motricité, etc) lire ici notre article.

Sandrine, ici sur les chemins du baou de Saint-Jeannet poussant LYS sa petite fille pour une super balade; elle est sécurisée dans sa poussette très technique adaptée à ses besoins. C’est du bonheur de la voir sourire à la vie dans les descentes, car Lys adore la vitesse ! 

Le papa de Sandrine qui a toujours été passionné de cuisine a transmis à sa fille son amour des saveurs,  son envie de rassembler autour d’une table. C’est pourquoi elle cuisine divinement bien et fait de ses plats des photos dignes d’un grand professionnel ! Elle utilise des produits locaux, de saison, privilégie les fruits et les légumes, fait des tests, des expériences pour coller parfois à ce que nos papilles ont retenu des plats classiques et les adapte sans produits issus des animaux. Alors à Bio dans nos vies, puisque vous savez que nous sommes ouvertes à toutes ces démarches et qu’on ne laisse pas passer la chance de faire connaitre les bonnes recettes, on a demandé à Sandrine de nous offrir une recette chaque trimestre, toujours avec des produits bio que vous retrouverez sur sa page facebook.

Cet été ce sera : LE TARTARE VEGAN.

On l’a testé, goûté, savouré, adopté. C’est un régal de fraicheur et de saveurs ; accompagnez-le d’une salade et de patates sautées!

VOICI LA RECETTE : 300gr de haricots rouges 50gr de betteraves cuites 2 cuillères à soupe de « Worcester » sauce Vegan ou à défaut du « Tamari ». 1,5 cuillère à soupe de ketchup, de la sauce piquante selon les goûts 1 cuillère à soupe de moutarde, huile d’olive condiments ( cornichons, câpres, échalotes, persils etc…)

On commence par hacher les betteraves qu’on ajoute au haricots rouges puis on écrase bien tous les haricots rouges. On ajoute la Worcester sauce, le ketchup et la sauce piquante. A part, on mélange l’huile d’olive et la moutarde, puis on hache les condiments. 

On compose à sa guise son tartare végétal et on se régale. Bon appétit !

merci Sandrine 🙂

photos Sandrine PASTOR, Matthieu Marin

EVERBIO, cosmétique éthique et merveilleuse

Nous avons entendu parlé de la marque cosmétique EVERBIO par Malka Braun, maquilleuse et par Virginie Parée accompagnatrice en nutrition, toutes deux amies de bio dans nos vies. Nous avons eu envie d’en savoir plus et de poser des questions à son ambassadrice et créatrice Suzanne 🙂
 
1/ Votre marque EVERBIO est respectueuse de toutes les peaux mais aussi de la planète. Comment avez-vous réussi le pari de créer votre marque tout en restant dans l’éthique que vous visiez au départ ?
 
​C’est parce que je ne savais pas où je mettais les pieds. Si j’avais su que ce serait un tel travail et parcours du combattant, je vous jure, j’aurais continué mon petit bonhomme de chemin dans mon cabinet de médecines alternatives ! 
Comment on a réussi à être éthique… c’est à dire… comment faire autrement surtout ? Je crois que l’éthique n’était pas visée, elle faisait déjà partie de nous. C’est notre cahier des charges adn ça ! On n’a pas eu besoin de se forcer, on pouvait juste pas faire autrement.
Mais reprenons: on est plusieurs dans cette aventure. Le facteur déclencheur, c’est mon papa à moi. Et il était tellement décidé à travailler en famille que j’aurais même pu lui dire que pour vendre ses flacons, je voulais qu’il danse sur la tête, il l’aurait fait. Mais le juste, l’éthique, le responsable, ça, j’ai pas eu besoin de le forcer, c’est comme ça que j’ai été éduquée, ce sont ses valeurs aussi.
Et puis on a essuyé quelques plâtres. A vrai dire, j’ai dû au moins lui dire 15 fois « on arrête, on laisse tomber ». Il y a des entourloupes à tous les niveaux. Rien que sur le label éthique ! On voulait être agrémentés fairtrade ou ethique, ou je ne me souviens plus du nom. Mais pour ça, il fallait vendre notre huile plus cher. A qui? Aux consommateurs bien sûr. Mais qui vérifierait que les dividendes étaient reversés aux travailleurs ? « Ah mais personne ! Vous faites ce que vous voulez »… Donc, ok, on a dit « merci mais non merci », et on s’est passés du label éthique qui n’est qu’un nom parmi tant d’autres. Comme le bio. Le bio, quelle vaste histoire, mais vous êtes sans doute bien placée pour le savoir. Le label bio coûte une fortune ! Notre huile est bio. C’est sûr, mais il nous faut payer pour avoir le droit de l’écrire. Je suis sûre que des tas de petits producteurs sont bio sans avoir les moyens de se payer le label. 
 
 
 
2/ Qu’est-ce qui différencie vos produits des autres gammes sur le marché cosmétique bio?
 
 
Nous produisons nous-mêmes nos huiles pour être certains de leur perfection. Vous êtes chez le producteur. Circuit court bonjour ! L’huile de graines de figues de barbarie est un diamant brut que nous offre la nature, à condition de la respecter. Sinon, ça peut virer au cauchemar… Au départ, nous voulions simplement trouver une coopérative agricole qui répondrait à nos attentes et notre vision, leur acheter leur huile, et faire nos flacons. Très vite, on s’est rendus compte que ça ne pourrait pas se passer comme ça.
Dans les coopératives, les femmes qui travaillent sont payées 1/2 smic. Quand on connait le prix du smic au maroc, et le prix de l’huile, c’était pas possible. Ok, alors, on s’est dit qu’on allait acheter les graines et les presser. On a acheté 10 kilos de graines, et dessous, de jolis cailloux bien lourds pour 50 kg de plus. Super. Donc on a fait récolter les graines. On s’est rendus compte au passage que lorsqu’il n’y avait plus d’huile sur le marché, des petits malins commençaient la récolte sur des fruits verts pour pouvoir rapidement répondre à la demande. Donc ça non plus, on n’en voulait pas. On fait ramasser les fruits à maturité. On les égraines. On a amené les graines dans un laboratoire qui s’occupe de la presse, pour presser nos graines à froid dans un labo respectant les bpf européennes. Au moment où mon père s’approche de l’huile qui sort de la presse on le met en garde sur la température. « comment? Elle n’est pas pressée à froid? » « Si si, vous pouvez écrire pressée à froid mais ne la touchez pas, vous vous brûleriez »… pourquoi ? Parce que le processus d’extraction à froid implique simplement que vous ne chauffez pas les graines pour extraire l’huile. Mais comme les graines sont dures comme des cailloux, alors elles font chauffer les presses du marché, (parfois elles les font imploser aussi), mais vous pouvez tranquillement dormir sur vos deux oreilles avec la mention « extraction à froid »… c’était pas possible. Donc on a dessiné et fait fabriquer par des ingénieurs une presse surpuissante qui ne chauffe pas… (je suis assez fière, parce qu’à l’heure actuelle, on doit être les seuls, ou pas loin, à pouvoir clamer que notre huile est extraite à froid, pour du vrai)
Et à chacune de ces étapes, je disais « mais papa, on laisse tomber », et à chaque fois il me répondait « non, il faut maitriser l’intégralité de la chaine de production ». 
Maintenant que nous avons nos huiles parfaites d’argan et de graines de figues de barbarie, nous travaillons avec un laboratoire parfait qui formule notre ligne cosmétique avec nos huiles. 
 
3/ La gamme de prix est-elle abordable pour tous, car cette marque EVERBIO est intransigeante et créée avec des produits de qualité exceptionnelle ?
 
Nous voulions faire du bio de luxe dans le packaging et la formulation, pas de le prix. On en avait marre du bio « moche ». Et on voulait faire travailler tout le monde. Par exemple, on a refusé les étiquettes, on a pris du simili cuir pour faire travailler Saïd et son armée de couturières. On paye tous les intervenants de la chaine de façon juste. Donc j’ai envie de dire que les produits ont un prix juste. En fait, lorsqu’un spécialiste marketing a voulu me donner des conseils, il m’a dit que les tarifs ne collaient pas au produit ni au marché. Que c’était le principal problème de notre site. Qu’il fallait revoir nos tarifs nettement à la hausse, ce que j’ai refusé de faire. L’huile pure en 15 ml coûte 45€. Elle est satisfait ou remboursée. Elle suffit pour deux mois d’utilisation quotidienne le soir, ou un mois en matin et soir. Sachant qu’elle peut remplacer la plupart des produits de la salle de bains, je ne trouve pas ça cher… mais il est certain que par les temps qui courent, tout le monde ne peut pas se le permettre, les supermarchés regorgent de tarifs bien plus attractifs, mais bien moins propres, moins jolis, et surtout avec des capacités de production que nous n’avons pas. Vous vous doutez bien qu’il coûte moins cher à l’unité de faire réaliser 100.000 pièces que 1000… et nous, on est touuuuuut petits et structure familiale.
Il est vrai que nos produits ne sont pas gratuits, mais je vous assure que je ne suis toujours pas riche 😂… Nous avons cependant conscience que le prix peut-être un frein, et avons donc mis en place un système qui permet de tester gratuitement l’huile ou le sérum sur une semaine en ne payant que le port afin d’être sûr du choix.
 
4/ Parlez-nous du soin que vous apportez à chacune de vos commandes ; il parait que c’est un bonheur de recevoir vos paquets …
 
Je suis ravie de savoir que ça vous est remonté jusqu’aux oreilles ! Oui, ça c’est mon grand dada. Me mettre à la place de la cliente qui va recevoir le paquet. Faire en sorte qu’il y ait toujours une bonne surprise. En fait, c’est parti de mon expérience. Ces produits devraient être vendus en boutique (si nous avions les moyens), avec du conseil, du test, et un grand sourire en prime. C’est ce qu’il me manque lorsque j’achete sur internet. Alors j’ai voulu rendre l’expérience d’achat au plus proche de la boutique réelle. Vous avez votre produit, votre courrier avec les conseils d’application… mais aussi une dose d’essai d’un produit qui va bien avec celui que vous avez choisi par exemple. Mais je crois que ce qui plait le plus, c’est le petit mot. Nous avons des cartes postales que je prends un malin plaisir à adresser, systématiquement écrite de ma blanche main, et que pour vous. Si je vous ai eue en ligne, si vous m’avez fait une remarque lors de votre commande, ou si c’est votre anniversaire… que sais-je encore, il y a un mot pour vous. 
Ca me permet d’une part de ne pas oublier comment on tient un stylo, d’autre part à donner un charme un peu désuet que j’adore aux colis, et enfin de me souvenir de chacune des clientes qui commande chez nous. C’est ce qui me prend le plus de temps, mais c’est ce que je préfère dans ma relation client. Et puis c’est tellement rare un mot manuscrit de nos jours.
 
5/ Des artistes sont désormais ambassadeurs de votre marque, des professionnels aussi : la maquilleuse des stars Malka BraunVirginie Parée, amie de notre site qui fait des merveilles en accompagnement minceur sont totalement charmées, comment vivez vous cet engouement?
 
Comme une chance extraordinaire. Je suis aidée par des fées. Je suis consciente de la chance qui m’est offerte et des bienveillances qui me couvent… « les mères veillent »… ça sonne comme ça pour moi.
Ca a commencé avec Julie Gautier… et donc encore plus précisément avec mon fils… qui ne serait pas là sans mon mari… bref. Vous savez, cette sensation que le hasard n’existe pas, que les choses se mettent en place si vous savez garder l’esprit ouvert et un regard optimiste sur la vie? Je crois terriblement en cette magie : « je pense positif, j’attire du positif…  » Vous êtes ma preuve vivante du jour 😉
Ca a commencé par un livre qui a changé ma façon de voir les choses et qui, me semble-t-il, a attiré une expérience incroyable dans ma vie. Je ne vais pas vous la raconter ici, ce serait trop long, mais si vous prenez plaisir à me lire, je vous invite à lire ceci : https://www.everbiocosmetics.fr/blog/un-conte-de-noel-un-conte-de-fees-n4943.html
C’est Julie qui est l’étincelle de départ. Celle qui éclaire au moment sombre où tu te dis « mais qu’ess que j’fais làààààààà ». 
Moi, en cosmétique, c’est un peu un éléphant dans la verrerie de Biot. Je ne suis pas exactement le profil idéal. Je ne me maquille jamais, je n’ai qu’un à deux produits dans ma salle de bain, je préfère mon jean tennis aux tailleurs et talons hauts, je n’aime pas le paraître… Alors il y a quelques temps, je me suis demandée si j’étais bien à ma place ici et maintenant, et est arrivée Julie sur mon chemin. Et ce qui s’est passé est tellement colossal que je me suis dit que c’était donc un signe, et que oui, j’étais bien à ma place, que les portes s’ouvriraient en gardant une pensée positive (et parfois, c’est difficile, j’en conviens, en ce moment particulièrement).
Il y a quelques mois, après son premier miracle, Julie me dit « je fais le prochain clip de Zazie ! » J’ai crié HIIIIIIIII comme une fiiiiiiille… et tout de suite après, je lui ai dit « si Zazie n’a pas nos produits, t’es une femme morte ». Elle a ri, accepté de bonne grâce en soeur de coeur qu’elle est, et est allée apporter les produits à Zazie. C’est là qu’elle a rencontré Malka qui lui a dit « mais n’importe quoi ! c’est pas à Zazie qu’il faut qu’elle fasse découvrir ses produits, c’est à nous, les maquilleuses ! ». Donc Julie m’a mise en relation avec la Glam Team, et vous connaissez Malka, cet espèce d’ange lumineux tombé du ciel. Elle a dit que ça faisait une éternité qu’elle cherchait du bio efficace et beau, elle est tombée amoureuse de nos produits, (gloire à Malkaaaaa) et s’est mise en tête de nous aider du mieux qu’elle pouvait (et je ne vois pas comment elle aurait pu faire mieux) J’adore discuter avec elle. A chaque fois, elle arrive à me sidérer. 
Malka m’a présenté Virginie, (tiens, une autre fée ! Mais elles courent les rues en fait?) qui m’a présenté Emmanuelle, bref, pour l’instant, on se présente, on tisse des liens réels. J’ai de nouvelles amies. Vraiment, je les considère comme de bonnes amies. J’adore discuter avec Virginie, et Malka, je ne l’ai même pas rencontrée, mais j’ai l’impression qu’on était ensemble au lycée… Comme un écho. Je les ai toujours connues. On parle sans filtre. C’est top. En réalité, pour le moment, en « business » rien n’est concret, mais ça fait comme un cachet d’aspirine. Tout est diffus, tout bouge, tout mousse, on se rend bien compte qu’il est en train de se passer quelque chose… je suis curieuse de voir la suite. Compte tenu des anges qui bordent ma route, nul doute que ce sera haut en couleurs, fendard, enrichissant, et on va finir par réussir à vivre de cette activité je le sais ! 
 
Comment connaitre vos produits et votre démarche éthique ?
Dans la région, et partout en France, dans le monde, voire l’univers, c’est assez délicat. C’est à dire que les pharmacies et para trouvent que notre produit ne colle pas à leur clientèle (et je pense qu’elles ont raison). On aurait plus notre place dans des parfumeries. Donc après avoir essayé de taper aux portes, on s’est décidés à dire que non, nous, ce serait internet, jusqu’à avoir les moyens d’ouvrir une réelle boutique. Je n’ai plus le temps de faire de la prospection à l’heure actuelle… je préfère écrire mes p’tits mots 😉
Nous avons eu quelques contacts remontants de personnes ayant entendu parlé de nos produits par leur clientèle et nous appelant pour les utiliser et les vendre.
Il y a notamment l’institut L’intemporel Bien Etre à St Laurent du var avec qui on a fait une démo d’un soin express qui donne des résultats plutot bluffants quand il est réalisé par une professionnelle : 
Elle travaille avec nos produits, et le vend dans son institut.
La pharmacie anglo française de Cannes a notre huile, tout comme celle de la place Grimaldi à Nice.
La boutique triangle zen de la place du pin a quelques références aussi. 
Mais pour l’intégralité de nos produits, c’est sur le site qu’il vous faudra aller, et ça vous donnera même l’occasion de vous perdre dans les dédales de notre aventure. 

CINE DEBAT « Qu’est ce qu’on attend »

Merci à Jardins et Ruchers des Baous et au collectif SAINT-JEANNET EN TRANSITION de nous avoir conviées à cette soirée exceptionnelle.

Venez le 27 avril participer au ciné-débat à la chapelle Saint-Jean Baptiste de Saint-Jeannet. Rendez-vous vers 18H30 après avoir réservé.

Vous verrez le film de MARIE MONIQUE ROBIN  qui a filmé les 21 actions pour le 21 ème siècle dans une commune d’Alsace. Un exemple à suivre pour nos communes afin de prendre enfin le rythme de la transition pour un monde plus respectueux de la nature, des animaux et des hommes…

A la fin du ciné-débat, un apéritif partagé nous permettra de nous rencontrer 🙂

ENTREE 8 ou 10 euros.

Jean-Marie, de la géologie aux massages!

Comment d’étudiant en géologie, Jean- Marie est il devenu masseur aujourd’hui? Toujours les deux pieds au sol et souvent les mains dans la terre, le coeur avec les hommes, Jean marie a cheminé pour arriver au corps et aux énergies qui nous traversent et nous habitent. Il se déplace à domicile où sur les lieux de travail dans les Alpes-Maritimes pour dispenser mieux être, bien-être et alléger nos dos et nos maux si nécessaire

Mais son parcours, c’est encore lui qui en parle le mieux! Merci Jean-Marie pour ton texte et tes mots.

 

De la terre à l’humain… Le mouvement c’est la vie !

Enfant émerveillé par la nature, puis adolescent passionné par la physique, je me suis ainsi retrouvé à l’université Joseph Fourier de Grenoble. C’est là que la présence permanente des montagnes m’a donné envie de poursuivre mes études dans le domaine de la géologie.

Chemin faisant, j’ai rencontré, à Nice, un géologue qui a ravivé le lien avec mes premières motivations, en me sensibilisant à la relation permanente entre les sols et la végétation.

Sensible à l’évolution de la nature et de notre environnement, ayant bien compris que toutes les perturbations venaient d’une partie des actions de l’homme, j’ai œuvré pendant 22 ans au service d’une association niçoise d’insertion sociale et d’éducation à l’environnement.

Mes responsabilités, au sein de cette structure et mon rôle dans son management participatif, m’ont conduit à développer le coaching et l’écoute active. Puis face au stress généré par le fonctionnement de certaines institutions, j’ai éprouvé le besoin de m’orienter vers le Taï Chi Chuan, au tout début des années 2000. Cela m’a immédiatement plongé dans le bien-être, la circulation des énergies du corps humain et vers les massages pour stimuler ces énergies.

Outre-les ressentis pendant la pratique quotidienne du Taï Chi Chuan, et des massages qui accompagnaient nos échauffements, je pratiquais aussi l’auto massage, sur des points clefs des méridiens. A cette époque, j’aimais pratiquer le Taï Chi Chuan en plein air et je montais tous les dimanches matin, de bonne heure, sur les Baous de La Gaude ou de Saint-Jeannet, pour m’exercer avant l’arrivée des randonneurs. Puis j’ai suivi des cours de Shiatsu, massage japonais très proche du massage chinois, des cours de Chi Kung et d’Epée Taï Chi Chuan.

C’est ainsi que j’ai rencontré l’école Bertrand Poncet Massages où j’ai pu m’initier à la Réflexologie Plantaire Thaï, au Massage Suédois et au Deep Tissue qui est une approche plus lente et plus en profondeur du Massage Suédois, pour agir avec une grande efficacité sur les tensions musculaires, le tout complété par des notions de Drainage Lymphatique et de gestes adaptés au Massage de la Femme Enceinte. Finalement, je peux adapter mes massages aux différentes demandes et attentes des personnes qui font appel à mes services. Si la demande n’est pas spécifique, je marie plusieurs techniques pour détendre, relaxer afin ensuite de remobiliser les flux vitaux, ce qui renforce les circulations d’énergie dans le corps et donc la vitalité générale de toute la personne.

Voilà pourquoi je parle de relaxation et de revitalisation, car tout massage attentionné, quelque-soit la technique employée, favorise la détente musculaire et nerveuse. Ceci a pour effet de dissoudre les entraves à la bonne circulation des flux dans l’organisme, à assurer une meilleure circulation sanguine, lymphatique et énergétique. Associé à une belle hygiène de vie, notamment tout ce qui amène du mouvement dans le corps, une alimentation adaptée au rythme de vie de chaque personne, les massages pratiqués régulièrement favorisent non seulement une santé épanouie mais aussi la régénération des tissus de tout le corps humain.

Aujourd’hui, le massage est devenu mon activité principale. Je l’aborde sous tous les angles, permettant à chacun de dissoudre ses tensions, afin de restaurer la libre circulation des flux vitaux dans l’organisme. Les blocages peuvent provenir d’un excès de stress, d’un manque de mouvement ou d’émotions non libérées. Dans tous les cas, le massage peut apporter une solution, faire prendre conscience des bienfaits du mouvement, redonner de la vie et rétablir l’équilibre dynamique de nos postures physiques, mentales et spirituelles.

Ainsi en mouvement, c’est la vie qui se propage, nos zones de confort qui s’étendent !

Jean Marie  

Contact: Jean-Marie ERNY

06 26 84 81 32

jm@massagesvitalisants.com

www.massagesvitalisants.com