Objectif Zéro Déchet « OZD 2 »

capture-decran-2016-11-14-a-13-14-39
unknown

 

 

 

 

 

dscn0666Objectif Zéro Déchet « OZD 2 »

à Saint-Jeannet, 06

A la suite de notre journée Bio dans nos vies «  Grandeur Nature » le 2 octobre, un groupe de 20 personnes environ s’est constitué à Saint-Jeannet pour suivre les ateliers « Objectif Zéro Déchet », de l’association VIE de Vence, action collective et citoyenne pour consommer autrement.
Recycler nos déchets, en générer le moins possible pour repenser l’équilibre de notre planète nous semble tellement logique… Nous avons donc inscrits nos noms sur la liste mais il faut bien le dire, avec quelques interrogations.

Est-ce possible dans nos vies de tous les jours de suivre un programme d’observation et de recyclage de nos déchets sans que cela soit trop contraignant ?

 

20161105_153246La première réunion nous a fait prendre conscience que parler de nos déchets, c’est parler de notre vie quotidienne. Le mouvement « Zéro déchet » s’étend rapidement car l’opinion publique désormais commence à s’intéresser au problème de gaspillage. Nous voulons tous faire des économies, le coût environnemental de nos déchets est exorbitant et a un impact direct sur les décisions municipales, régionales. Quelques industriels revoient donc leurs copies quant à leurs conditionnements. Les familles s’organisent pour entrer dans un fonctionnement plus responsable.

Dans le monde, ce mouvement entrainent des prises de conscience et des mises en acte concrètes sur notre lieu de vie commun : la TERRE. Youpi !

  Les Johnson : une famille, deux enfants, zéro déchet capture-decran-2016-11-14-a-13-23-19A San Francisco, ville branchée de Californie, on a déjà atteint le 80% de recyclage des déchets. Hôtels, restaurants, commerces se sont mis en marche, en acceptant de la disparition de sacs plastiques, en compostant les restes, en arrosant les pelouses avec l’eau de rinçage des machines à laver. Des initiatives testées et approuvées dans certaines villes du monde entier font boule de neige pour nous crier joyeusement que « c’est possible ».

A Vence, 100% des commerçants acceptent les bocaux, les Tupperware, pour transporter nos achats. Vidéo.

Voir sur Facebook « mescoursessanssac », groupe crée à Nice-Nord. Et la page facebook famille « zéro déchet »

imgp8760Au secours ! On commence par quoi, se demandent les copines ? Il nous faut :

1/ Evaluer en poids ou en volume la somme de nos achats par semaine.

2/ Evaluer aussi le poids et le volume de nos poubelles.

3/ Déterminer la cadence de nos allers et retours au local poubelle

4/ Noter la baisse de la cadence

Réalisons que par nos achats non responsables, nous pillons les ressources de la planète.

capture-decran-2016-11-14-a-10-36-04
20161108_101340

images-1

 

 

 

 

photo-9

20161108_161646

 

 

 

OK ! Nous avons compris, qu’il ne faut pas produire de déchets à la source ! Nous valoriserons les circuits bio, locaux, ferons mieux vivre les petits commerçants de quartier, supprimerons les produits toxiques et encombrants et nous recyclerons tout ce qui sera possible ! Cela aura un effet positif sur nos économies, nous gagnerons du temps, nous créerons une nouvelle dynamique, et enfin nous ne subirons plus un mode de consommation : ça nous va !!!

Armées d’un joli sac cadeau « zéro déchet », de petits sacs en tissu pour les achats en vrac chez les petits commerçants, de nos boites et bocaux, on est prêtes !!!

Nous avons une période de six mois pour observer nos progrès.

5%, 20%, 30 ou 50% de réduction de déchets ? Aucun reproche ne nous sera fait. L’important c’est d’essayer !

Natercia : « Il y a plus de 6 mois, le premier atelier OZD1 a commencé. Les résultats ont été là puisque 60% de familles ont réduit leurs déchets de 30% et chacun a pris conscience de l’impact de ses achats sur la production des déchets.10% ont réduit de 75% et 10% ont réduit seulement de quelques domaines ( bouteilles plastique, alu…) ».

2048x1536-fit_depuis-an-vence-natercia-fait-courses-boites-fait-pari-zero-dechetNatercia, Laurence, Claudia et Annabelle de l’Association V.I.E. nous affirment que 100% des familles ont déclaré ne plus voir leur comportement de consommateur comme avant, et considèrent ne plus pouvoir revenir en arrière.

 

20161112_144258La première chose quand on veut réduire le volume de ses déchets est de changer quelques habitudes.

imagesOn trie déjà plus ou moins nos verres, papiers et cartons.
Mais les 32 % qui sont des déchets alimentaires ne se jetteront plus à la poubelle.

images-2

Soit vous adoptez des poules qui vont se nourrir de tous vos restes et en retour, elles vous offriront de beaux oeufs frais… 🙂

ou-et

vous créez un compost ! Et oui ! Nous avons besoin de la Terre pour nous nourrir et nous ferons retourner à la Terre ce qui peut la nourrir !

images-4Ainsi, tout ce qui est de provenance organique : les épluchures, restes de repas, sachets de thé, marc de café, fleurs et feuilles, coquille d’œuf, de noix iront macérer pendant quelques temps dans une petite poubelle spéciale, dans un vrai composteur acheté, ou fabriqué en bois de vos petites mains, ou encore au compost collectif de votre quartier. Ils se dégraderont dans des conditions contrôlées en présence de l’oxygène de l’air et d’humidité. Ils se transformeront en humus riche en éléments nutritifs. Vous pouvez solliciter vos mairies pour obtenir un compost particulier.

unknown-2L’équilibre entre les matières sèches (bois, feuilles, carton) et les matières humides (épluchures) est à surveiller. Un compost ne doit pas sentir mauvais. Il faut remuer de temps en temps, ajouter des feuillages découpés en petits morceaux et bien secs. Si le compost est trop sec, il ne faut pas hésiter à arroser. Important : ne pas mettre dans le compost les produits chimiques, les sacs aspirateurs, les couches jetables, la cendre, l’huile, les sacs plastique, les pots de yaourt. Couper les gros déchets, par exemple les agrumes et les peaux de bananes, et briser les coquilles d’œuf afin de faciliter la dégradation. Eviter les restes de viande.

C’est facile et ça se met en place tout de suite, c’est encourageant de voir qu’assez vite, les poubelles diminuent en volume.

 

20161112_144247Vous pouvez aussi créer votre lombricompost :

Le lombricompostage est une technique écologique et naturelle qui consiste à placer dans un récipient des vers qui vont absorber nos restes et nos déchets organiques. Cette technique, si elle se généralisait pourrait permettre de recycler 30% de nos déchets ménagers.

Après une période de digestion, les vers rejetteront une matière appelée «lombricompost». Riche en nutriments (azote, phosphore, calcium, potassium), il va améliorer la qualité de la terre et aidera les plantes à résister aux maladies diverses et s’avère être un super engrais naturel utilisable dans son potager ou pour les plantes du balcon.

 

20161112_144214Annabelle nous a montré la « Nursery » : l’endroit leur convient… Les vers se reproduisent allègrement et de petits champignons poussent à l’intérieur de cette boite de café recyclée.

Les agrumes, l’ail, l’oignon et l’échalote, les laitages, les champignons, les matières grasses, l’huile de friture, la viande, les os, le poisson sont proscrits.

 

 

20161112_145027Dans une coquille d’oeuf, une cétoine a élu domicile! Les larves se nourrissent de déchets végétaux et de matière organique en décomposition, aussi trouvent-elles dans les tas de compost un environnement idéal.

 

images-3Les idées d’Annabelle :

Vous pouvez aussi réutiliser les épluchures : une fois, vos légumes bios bien lavés et frottés, vous pourrez faire des chips avec les épluchures de pommes de terre, de carottes, de betteraves. Tout comme les fanes de radis, de navets, les fanes de carottes se cuisinent en soupe, en velouté, en quiche, en cake.

Les fruits abîmés deviennent de délicieuses compotes, on garde les noyaux des fruits pour faire des alcools et les restes de gâteaux et de biscuits se recyclent en crumble.
Pour enrichir la biodiversité, gardez aussi les graines de poivrons, de tomates, de courges, de melons. Faites-les sécher sur un torchon au soleil et gardez-les dans une enveloppe à l’abri de l’humidité. A la bonne saison, plantez vos graines pour faire des « oasis en tous lieux » dans nos villes, sur nos balcons, dans les champs, autour d’un arbre et bien sûr dans votre potager.

Dans un prochain article nous parlerons de notre engagement pour pour nettoyer notre maison avec des produits naturels et écologiques faits maison. Nous apprendrons aussi comment préparer nos produits de beauté au naturel, faire des pique-nique zéro déchets, et nous partagerons avec vous nos astuces. Vous aussi, vous pouvez au quotidien mettre en place les nouveaux gestes éco et logiques pour un respect de notre planète, et les partager avec nous :). Les hommes sont les bienvenus !

Pour connaitre les prochains ateliers de l’O.Z.D.

capture-decran-2016-11-14-a-13-14-39Consultez le site : Vence Zéro Déchet

Et l’association V.I.E. de Vence       unknown

 

capture-decran-2016-11-15-a-11-27-33

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous voulez vous aussi passer à l’acte et agir au quotidien :

https://www.youtube.com/watch?v=WRnMEqps35U

https://www.youtube.com/watch?v=uNGzKmLcYgs

Pour en savoir plus :

https://www.youtube.com/watch?v=KMxopTiZdqQ

Pour aller plus loin :

http://www.sup-numerique.gouv.fr/cid96328/mooc-consommer-responsable.html

On en parle dans la presse !

img_1732

Merci à Natercia Fulconis, janvier 2017, Pascale S pour www.biodansnosvies.fr

V.I.E. Vence Initiative Environnement

vence-environnement-repair-cafe-univie-zero-dechetV.I.E.  : Vence Initiative Environnement est une association créée à Vence et menée par des bénévoles optimistes et engagés. De nombreuses adhérents et associations du canton viennent leur prêter main forte pour aller plus loin ensemble et donner du poids à leurs engagements, pour informer plus largement et pour agir dans la région. Ainsi « Ecologissons », « Co.Vie.Nat », « les amis du Parc », « Agribio » et d’autres avancent ensemble dans la direction du respect de la planète.

                                                V.I.E. a plusieurs objectifs phares :

Le « repair café » c’ est le lieu dit «de la dépanne». C’est le quatrième «repair café» des Alpes Maritimes ! Chaque mois, une date nous invite à la salle des pompiers de Vence, pour faire réparer des petits objets, ustensiles, appareils ménagers, lampes, vélos, montres… Le service est gratuit, les réparations sont faites par des experts bénévoles qui nous expliquent l’origine de la panne et nous proposent d’assister à la renaissance de nos objets. On peut apporter notre contribution dans la tirelire de l’association, ou apporter un gâteau à partager. Au repair café, on fait la chasse au gaspillage, à l’obsolescence programmée, au tout à la poubelle ; ainsi 60 à 70% des objets apportés repartent réparés. A noter aussi que le «repair» c’est un bon moyen de créer des liens entre petits, grands, seniors, de partager des idées, un café, un service, un mode de vie.

Réparer plutôt que jeter, c’est penser solidaire et agir pour la planète !

« Univie » est une université populaire. Elle invite à réfléchir et à échanger par le biais de réunions d’information et de conférences sur les sujets autour de l’environnement et du développement durable. Les sujets sont variés : l’alimentation, la santé, les dangers des pesticides, le solaire etc. Des professionnels (agriculteurs, médecins, écrivains ) animent les conférence en présence des élus locaux, et les personnes présentes peuvent toujours intervenir dans le débat, ce qui donnent toujours lieu à des échanges conviviaux.

C’est le but recherché!

 » Objectif zéro déchet «  :

V.I.E. porte une vraie idée révolutionnaire : le zéro déchet! Dès que nous avons pris conscience des conséquences toxiques de nos déchets sur les océans, les nappes phréatiques, l’air, l’environnement en général, la motivation de modérer notre empreinte écologique au quotidien s’impose. C’est là que l’association propose des ateliers pédagogiques d’accompagnement sur une période de 6 mois, des modes d’emploi pour nous faciliter la vie, car générer moins de déchets peut paraitre difficile au premier abord.

Une seule arme : la détermination et le reste suivra !!!

Les commençants de Vence (06) ont pris part à ce projet avec enthousiasme et il s’avère que l’objectif a pu être atteint par de nombreux foyers. Boites en fer, bocaux de verres, sac en papier, paniers rotin ou à roulettes, en route pour faire les courses ! Très vite, vous constaterez une réduction de déchets de 30 à 50 %. Motivant non ?

L’Objectif Zero Déchet, c’est aussi :
Des rencontres
– Entre les différents foyers mobilisés
– Entre les citadins et les producteurs locaux
– Entre les consommateurs et le commerce de détail
– Entre les consommateurs et le service de collecte des déchets

Des informations
– Sur les ressources nécessaires à la fabrication de ce que nous achetons
– Sur le cheminements de nos déchets
– Sur la toxicité de nos déchets ( en mer, au sol, dans l’air)

Des projets pour
– S’engager pour la production agricole locale
– Se regrouper pour consommer plus sain et sans emballage
– Favoriser l’emploi de réparation sous toutes ses formes
– Se regrouper pour intervenir auprès de l’industrie agro alimentaire, pour qu’ils diminuent leurs emballagescapturegarde-livret-213x300

Contact : asso.vie@gmail.com

http://www.initiative-environnement.org/Home

 

 

 

 

biodansnosvies.fr  /septembre 2016

Rendez vous le 2 octobre 2016 avec V.I.E., chapelle Saint-Jean Baptiste, à Saint-Jeannet.

Une fée du logis moderne ;-)

Notre coup de cœur pour cette page d’automne va à Véronique D.!capture-decran-2016-09-24-a-17-29-00 Une fée du logis version moderne. Conseillère pour la marque proWIN, elle se déplace à domicile pour présenter et vendre ses fibres magiques pour le nettoyage de la maison, ses produits d’entretien et ses produits de beauté qui valent la peine qu’on en parle. Au premier abord on peut se dire : « bon! encore des produits miracles qui n’en sont pas vraiment et de la vente habile » Mais en fait pas du tout. Il y a chez proWIN et chez Véronique une éthique qui ne laisse pas indifférent.

La démarche de Véronique vient de loin. Franche, spontanée et directe, elle dit d’elle même que jusqu’à l’âge de 35 ans elle était « un bon petit soldat »! Jeune fille elle fait des études sans vraiment les choisir et suit un peu ce qu’on lui dit de faire. Secrétaire de direction dans une entreprise de Sophia Antipolis, mariée, maman de deux petites filles de 1 et 5 ans, c’est le divorce qui fait basculer son existence.

Véronique décide de prendre les rênes de sa vie en main. Elle reprend ses études pour passer un master de gestion de projets. Elle mène ses études et élève ses deux petits bouts de chou avec l’enthousiasme qui la caractérise. Mais la reconversion qu’elle envisageait ne peut aboutir. Hélas à la fin de ses études et malgré l’obtention haut la main de son diplôme, les employeurs ne se bousculent pas pour lui donner sa chance d’être chef de projet. Manque d’expérience! 2 ans de chômage! C’est l’impasse.

Elle accepte donc de reprendre le même type de job qu’avant.

Battante Véronique reste ouverte et disponible aux opportunités.

L’histoire se poursuit joliment, l’amour frappe de nouveau à sa porte ! Elle se remarie, ses filles grandissent, et même si elle continue le même travail avec droiture et respect, elle garde en tête une petite envie de changement personnel…

C’est il y a deux ans au détour d’une conversation avec son esthéticienne que la porte s’ouvre. Cette dernière lui déclare « J’ai découvert un concept fabuleux pour nettoyer les vitres. Deux chiffons, des fibres et de l’eau ».

Invitée à une réunion proWIN chez son amie esthéticienne, elle découvre les produits de la marque et donc les fameuses fibres pour les vitres. Curieuse, inspirée, elle achète pas mal de produits proWIN ce jour-là et fait ses tests chez elle.

Et c’est une petite révolution. Elle pratique grâce à ces produits et ces fibres un ménage simple et qui nettoie vraiment. Cerise sur le gâteau et selon sa formule « la maison est 2 fois propre. Un, parce que les fibres et les produits sont réellement efficaces, et deux parce que les fibres sont la plupart du temps utilisées avec de l’eau uniquement ou très peu de produits tous biodégradables. Donc moins de résidus dans l’atmosphère, dans notre intérieur et dans la nature! Et la santé des utilisateurs préservée!

Avant proWIN, Véronique est déjà sensible à l’environnement, à l’économie d’énergie. Simple question de bon sens. Le tri sélectif, elle le pratique depuis sa mise en place avec le tri du verre pour la recherche sur le cancer, puis naturellement elle passe au tri verre, plastique, papier et les différentes poubelles. En voyant le volume de la poubelle jaune, elle réalise que les emballages sont énormes et dès qu’elle le peut diminue l’utilisation des emballages. Elle chauffe moins son intérieur, et avec son mari investit dans l’isolation de leur maison pour éviter le gaspillage d’énergie. Depuis longtemps, sans vraiment manger bio, elle choisit des produits locaux et toujours de saison.

Du coup confort, efficacité et biodégradabilité sont pour Véronique les atouts majeurs de la marque proWIN. Après 4 mois d’essai elle veut partager, informer et finit par organiser une démonstration chez elle pour ses amies. Incroyable, elle qui était loin de ce mode de fonctionnement.

Chez elle, lors de cette démonstration elle découvre d’autres produits ainsi que la gamme beauté, et observe la conseillère. L’éthique et la démarche de proWIN qui mise sur une vente en direct, toujours avec une conseillère ou un conseiller (si si ça existe), dans la convivialité, l’échange, le partage la séduisent aussi. Et l’idée de devenir conseillère proWIN s’impose comme une évidence. Son mari Patrick l’encourage. Elle dit banco! Et en plus de son boulot elle fonce.

La démarche lui fait un bien fou, elle prend confiance, elle se fait plaisir. Elle conseille, vend ce qu’elle aime, convaincue d’apporter bien-être et confort d’utilisation. Et puis proWIN c’est la liberté. Pas d’objectif de vente, pas d’avancement d’argent pour les conseillers et toujours dans l’échange et l’accompagnement.

Depuis proWIN, ses démarches vont encore plus loin et plus le temps passe, moins elle consomme de produits d’entretien. Pratiquant déjà le peu, elle penche aujourd’hui vers le très peu. Trop de produit encrasse plus que ne nettoie et nuit à l’environnement et à la santé.

Son envie de faire connaître cette démarche grandit et son projet aujourd’hui est d’élargir son réseau et de contribuer au développement de proWIN en France. N’aurait-elle pas trouvé là ce qui va enfin répondre à cette petite envie d’entreprendre et d’innover ?

Perso j’ai testé le kit vitres! Extra, vraiment j’adhère! Et j’ai aussi testé les microfibres démaquillantes à l’eau, lavables et réutilisables. J’adore. Démaquillage doux et en profondeur rien qu’à l’eau! Génial! Et enfin une solution pour limiter l’usage du coton.

capture-decran-2016-09-24-a-17-30-51

Mais il existe mille autres astuces maison et beauté!

Véronique tiendra un petit marché de Noël le 25, 26 et 27 novembre.

Merci Véronique pour ton énergie, tes conseils et longue route!

Pour plus de renseignements écrivez nous à infos@cestbiolaviea.fr

EDCR

 

Déodorant bio fait maison

376586_10151064665669730_121164563_nOn a tous essayé un jour ou l’autre, les déodorants chimiques ultra performants, avant de comprendre qu’ils étaient particulièrement toxiques pour notre santé, spécialement pour nous les femmes : agents antibactériens et antifongiques, triclosan, polyhexaméthylène biguanide, parfums, alcool ou éthanol et sels d’aluminium etc…. On peut vous conseiller d’éviter d’acheter surtout ceux qui sont composés de :

  • aluminium chlorhyde ;
  • aluminium chlorhydrate ;
  • aluminium chlorhydrex ;
  • aluminium chlorhydrex PG (agent anti transpirant) ;
  • aluminium sesquichlorydrate ;
  • aluminium zirconium trichlorhydrex GLY.

Estelle a une solution pour fabriquer vous mêmes vos déodorants pour toute la famille. Cliquez sur la vidéo:

 

Fête des pères

Cette année, la fête des pères sera le dimanche 15 juin.

A cette occasion, nous avons retenu quelques idées :

Pour les surfeurs, de la wax 100% naturelle, inventée par un landais. Allez, on clique 

 

Sans transition, on part sous la douche… en musique siouplaît ! Oui, et alors ?…

… La nouveauté : une radio qui ne consomme aucune électricité. Branchée sur la conduite d’eau, elle est alimentée par une micro turbine qui produit de l’électricité avec la force de l’eau !!! Amusant non ? Allez, cliquez

 

 

Mis au point par des athlètes, pour des athlètes, les sous-vêtements Moskova se ventent d’assurer un confort au top. Dans leur gamme, nous retenons ceux fabriqués en fibres de pins… des Landes ! Si si, c’est vrai. Cliquez pour voir.   

 

Do you green ?… Ca n’est pas une question mais un site spécialisé dans la lingerie, et les sous vêtements bio ! Un rayon femme, mais aussi, et c’est le propos, un rayon homme. Cliquez

 

 

 

On touche terre, avec de superbes chaussures colorées, faîtes artisanalement à la main par des adultes, avec des matériaux recyclés, dans la région du Minas Gerais au Brésil. Une légende s’y rattache, la légende de NÃO:

« La légende dit que, quelque part au plus profond du Minas Gerais (région aride du Brésil) lassé de marcher pieds nus, et d’entendre sa pauvre mère lui répondre NÃO à chaque demande de sa part pour acheter une simple paire de chaussures, le petit Adilson prit l’habitude de s’en fabriquer avec toutes les matières colorées qu’il récupérait dans les quartiers pauvres de Belo Horizonte. Au fil des ans, ses chaussures devinrent de plus en plus belles. Aujourd’hui, il se dit qu’Adilson est un homme heureux, à la tête d’une petite entreprise qui fabrique des milliers de chaussures multicolores pour le bonheur de tous. Lorsqu’on lui demandait s’il avait donné un nom à ses chaussures, il se rappelait sa mère et répondait invariablement NÃO, un sourire énigmatique aux lèvres… Ainsi naquit le nom de NÃO, c’est la légende qui le dit… »  Cliquez 

 

                                                       Bonne fête à tous les papas 🙂

                                                                                                                                               Nathalie MJ

Citron congelé, formidable!

 

Le citron congelé :formidable!

 De nombreux professionnels de restaurants et brasseries utilisent ou consomment le citron entier et rien n’ est gaspillé.

 Comment pouvez-vous utiliser le citron entier sans pertes ?

 C’ est simple… Placer le citron dans le congélateur. Une fois que le citron est congelé, utiliser votre râpe et râper le citron entier (pas besoin de l’ éplucher) et le saupoudrer sur le dessus de vos aliments.

 Saupoudrez-le sur votre  salades, crème glacée, soupe, nouilles, sauce à spaghetti, riz, sushi, plats de poisson, etc.

 Le goût de tous les aliments sera rehaussé de façon inattendue.

Les zestes de citron contiennent jusqu’ à 5 à 10 fois

plus de vitamines que le jus de citron lui-même.

 En suivant cette procédure simple de congeler le citron en entier, puis le râper sur le dessus de vos plats, vous pouvez consommer tous ses nutriments.

 Donc, placez votre citron dans votre congélateur, puis râpez-le sur votre repas tous les jours. C’ est un élément clé pour rendre vos aliments plus savoureux et tellement bon pour la santé aussi!

 


Nos déchets ont des couleurs

                                                    Nos déchets ont des couleurs 

Quand vous avez un vieux chou rouge oublié dans votre frigo, qu’est-ce que vous faites d’habitude ? Avec mauvaise conscience, vous le jetez. Dommage. Nature, avec une goutte de vinaigre blanc ou une pincée de bicarbonate de soude, il révèle une palette insoupçonnée de couleurs à faire pâlir d’envie un aquarelliste en herbe…   

Il y a des jours où la vie sourit. Mon amie Marie-Ange m’a invitée l’autre jour à l’un de ses « Ateliers du bricorecycleur » lancés avec l’idée de rendre à chacun le plaisir de créer en utilisant ce qui est à portée de main, d’armoires ou de garde-manger. Elle m’a juste dit, « on va s’amuser avec des couleurs ». Depuis, je ne regarde plus les légumes avec le même œil. Eux aussi ont droit à une seconde vie quand ils ne peuvent plus être consommés. Et quel talent ! Il suffit d’un mi-bas, d’un mixeur et d’un robot chef pour agrandir la famille des plantes tinctoriales, ces plantes qui servent à préparer des colorants et des teintures. Non, il n’y a pas que le bleu indigo de l’indigotier, ni le rouge Garance. Il y a aussi le bleu de Prusse du chou rouge, le jaune intense du curcuma, le vert prairie de l’épinard, le rouge bordeaux violacé de la myrtille. De quoi émerveiller petits et grands. Car le plaisir est d’être entier absorbé par la préparation de « ses peintures » avant d’imaginer comment les utiliser. Pas de limite à la créativité, tout est possible…

 Extraordinaire chou rouge

Lui, c’est mon préféré avec l’épinard. Il suffit d’un bon quart de chou rouge, coupé en morceaux puis mixé dans un robot avec un verre d’eau. Avec une passoire vous filtrez la mixture pour récupérer le jus. Dans un bol, vous obtenez un beau violet que vous pouvez utiliser tel quel pour dessiner. Mais, le chou rouge n’a pas dit son dernier mot. Dans un autre récipient, vous pouvez vous amuser à mélanger le violet avec une goutte de vinaigre blanc et jouer à l’infini avec les dosages. S’offre alors au regard une variété de roses tyrien du plus sombre au plus clair. Le bonheur. Dans un autre contenant, au jus de chou rouge vous ajoutez une pincée de bicarbonate de soude – on en trouve en grande surface ou en pharmacie pour trois francs six sous. Surprise, le bleu s’impose en majesté. Plus le ph devient basique, plus on vire vers des verts forêt… Vous voilà prêt à devenir chimiste ! Si, si. Avec l’épinard, on quitte le vert forêt pour gambader dans la prairie. Comment faire ? Prendre une grosse poignée d’épinards frais que vous mettez dans un mi-bas – c’est fou ce qu’on peut faire avec un mi-bas ! Vous malaxez les feuilles au dessus d’un bol pour en extraire le jus et là, la palette du peintre s’enrichit d’un coup. C’est étonnamment beau. Bluffant même. Très vite une envie s’impose. Ça donne quoi la betterave crue, la chicorée, la carotte, le sureau ? Et bien testez !

                                                                                          … 

On peut se lancer aussi dans la teinture textile sans passer par les colorants de synthèse. Entre nous, si vous aimez le jaune, vous ne pourrez plus vous passer du curcuma, réputé aussi pour ses vertus anti-cancéreuses et anti-inflammatoires. 

G.P.

 

Pour en savoir plus :

http://www.ateliersdubricorecycleur.org/. 

https://www.facebook.com/ateliers.dubricorecycleur. 

Oui, je sais, ce n’est pas dans les Alpes-Maritimes. Mais les bonnes idées n’ont pas de frontière…

Le bisphénol A est nocif : comment l’éviter !

L’info est tombée et il fallait s’y attendre : le bisphénol A est dangereux pour la santé !
Le bisphénol A (BPA) est une substance chimique principalement utilisée en association à d’autres substances chimiques pour la fabrication de plastiques et de résines. Le BPA est par exemple utilisé dans le polycarbonate, un plastique rigide et transparent de haute performance. Le polycarbonate est utilisé pour fabriquer des récipients alimentaires tels que des bouteilles recyclables, des biberons, de la vaisselle (assiettes et tasses) ainsi que des conteneurs destinés au stockage. Des résidus de BPA se retrouvent également dans des résines époxy utilisées pour fabriquer des revêtements et des films de protection recouvrant les canettes et les cuves destinées à recevoir des aliments et des boissons. Le BPA peut migrer en petites quantités dans les aliments et les boissons stockées dans des matériaux qui contiennent cette substance.(source EFSA). On doit pouvoir s’en protéger, en attendant le mois de janvier 2015 pour que les autorités le proscrivent totalement des emballages alimentaires.
Vous pouvez observer vos emballages plastiques pour se garantir du bisphénol A; le chiffre 7 (autres plastiques) est à éviter, surtout s’il porte en dessous le sigle PC qui signifie polycarbonate. Les contenants alimentaires portant les numéros 1 à 6 ne contiennent pas de bisphénol A.

Evitez de boire l’eau des bonbonnes en plastique souvent présentes dans les salles d’attentes, les entreprises, les bureaux. Achetez des conserves en bocaux de verre est la première précaution à prendre, spécialement pour l’alimentation des femmes enceintes et des jeunes enfants. Evitez aussi de réchauffez vos produits dans des barquettes ou des tupperware. Pour protéger les aliments ou vos restes dans le frigo, préférez les récipients en verre, les plats en porcelaine, les torchons, les bocaux en verre que vous aurez conservé. Bon slalom, ça vaut le coup !

http://www.leparticulier.fr/jcms/p1_1421737/bisphenol-a-phtalates-et-autres-plastifiants-les-plastiques-alimentaires-sont-ils-dangereux