Ecolo-attitude de François Berléand, comédien

                                                    
                                                           

FRANÇOIS BERLEAND

Grâce à une amie qui s’occupe en coulisses des artistes comédiens ou chanteurs, nous avons été invitées à Antibes au thêatre Anthéa où se jouait la pièce « MOMO » avec François Berléand et Muriel Robin en mars 2017.

François Berléand nous a tour à tour touchés ou fait rire ; on ne reste pas insensible à son charme discret, presque timide. Une biographie cinématographique et théâtrale remarquable, un parcours sans faute à la télévision et notamment dernièrement, dans la série « Dix pour cent », fait de lui un acteur irremplaçable. Il sera au théâtre avec « RAMSES II » à partir du 19 septembre 2017 avec Evelyne Buyle et Eric Elmosnino.

Cerise sur le gâteau, François Berléand a bien voulu répondre à nos questions sur son écolo-attitude et quand il s’agit de parler écologie ou environnement, il est intarissable! Engagé depuis longtemps grâce à l’éducation de ses parents dans la lutte contre le gaspillage, il a accepté de parler de ses gestes écolos et ses convictions, et il ne mâche pas ses mots…

Bio Dans Nos Vies : Merci de répondre à nos questions pour la rubrique  » Ecolo attitude des artistes », c’est une grande chance pour nous et notre site ! On se lance ? Quels sont vos gestes écolos ?

François Berléand : Avec plaisir ! Je suis né peu de temps après la guerre, il se trouve que mes parents qui l’avaient connue, et qui avaient connu les privations ne jetaient rien. C’était très important. Dans le frigo, on avait ce qu’il fallait pour la semaine et il fallait finir le déjeuner, le diner. Le samedi, le dimanche, on finissait les restes. Le gaspillage, je ne le supporte pas, je me force à manger même les trucs que je n’aime pas qui sont dans le frigo ou le placard. C’est intégré à mon mode de vie… Sur la ligne du  » Zero waste« .

Ndlr ( Objectif Zero déchet) et objectif Zero Dechet avec V.I.E. de Vence

BDNV : Si vous aviez une baguette magique, quel serait votre voeu pour la planète ?

F.B. : La propreté ! Quand on voit tous ces sacs poubelles qui se jettent dans la mer, dans les rivières…. Comme cet espèce de huitième continent ; ces détritus qui s’amoncellent dans le Pacifique. C’est terrible ! Maintenant en Europe, notamment en France, en Allemagne, ailleurs, on fait la chasse aux déchets, aux sacs plastiques. Ca commence comme ça le recyclage et c’est quelque chose qui me tient à coeur ; ça fait longtemps maintenant…  D’ailleurs quand je fais mes courses, je ne demande plus de sac plastique. J’habite en maison, j’ai toujours fait le tri sélectif ; on a trois poubelles, c’est un réflexe comme se laver les dents ! On a toujours mis de côté les papiers chez moi. Ma mère gardait tout, les ficelles, les trucs comme ça ! On est dans une telle société de consommation, c’est dingue ! On jette tellement de choses qui peuvent encore servir. J’habitais dans le 93, le nombre d’ordinateurs que je voyais sur les trottoirs ; c’est plein de composants toxiques ces trucs, alors qu’on pourrait les recycler.

BDNV : Vous connaissez le repair café ?                                         

F.B. : Oui ! Les gens qui réparent tous les objets ?

BDNV : le « REPAIR CAFE« , c’est combattre l’obsolescence programmée !

F.B. : J’ai récupéré une machine à laver de ma grand-mère, une des premières machines à laver en France en 1950. Je l’ai récupérée en 2000, c’est une vieille « Brandt » qui marchait. Incroyable : elle n’est jamais tombée en panne !

BDNV : Quelle association ou démarche vous a particulièrement touché ?

F.B : C’est le petit panda ! ( WWF) ! Il me plait bien!                     

Après y’a quand même dans les années 70, RenéDumont, le premier écologiste politique et Yann Arthus Bertrand avec les photos qui font mal, d’autres qui me touchent.

Moi, je déteste « les Verts » politiquement ! Ca devient n’importe quoi, c’est l’extrême gauche, c’est plus « les Verts », c’est un parti politique ! Mais les premiers Verts comme Dumont etc, c’était important …. Comme quelques verts encore aujourd’hui… On n’est pour la « non-consommation » bien sûr, on ne peut pas faire machine arrière, on est pour diminuer le nombre d’enfants, les pets de vaches etc  (rires) … ça devient parfois un peu ridicule ! On va trouver un jour un truc pour mettre dans le cul des vaches, un truc pour qu’elles arrêtent de péter, je suis sûr que quelqu’un va trouver ça ! J’aime pas les « Verts ». Y’a un ministère de l’environnement, pas besoin d’un parti vert. L’énergie renouvelable c’est très bien, je suis pour l’énergie atomique, je vais me faire engueuler par vous mais tant pis … Je suis pour l’énergie atomique… Le peu d’études scientifiques que j’aie faites… ( Il réfléchit)… En France… y’a pas tellement d’émissions nocives… Toutes allégations d’énergie entraînent obligatoirement des problèmes. Même l’éolienne….   Si on met des éoliennes dans l’eau (ndlr, des hydroliennes)  … grâce aux marées, on produit de l’énergie et il y aura toujours de l’énergie dans la mer surtout dans la mer du Nord et dans l’Atlantique… Mais en cas de tempête, on ne sait pas ce que ça peut provoquer… Y’a toujours des risques… Sur l’énergie atomique, c’est vrai, il y a eu des problèmes de fuites dans les réacteurs français etc, mais y’a jamais eu de catastrophe, les catastrophes ont touché Tchernobyl à Fukushima ! Le stunami, c’est japonais ! C’est pas un nom français ! Y’a jamais eu de raz-de-marée dans des endroits sensibles en France…

BDNV: Nos réacteurs sont quand même assez vieux, ça peut créer des inquiétudes…

F.B. : Oui je sais bien, je sais bien …

BDNV : Vous savez, il y aura débat autour de ça ! Je suis sûre que vous allez soulever des questionnements et des réactions… 

F.B. : Oui, je sais ! Je pense qu’il faut garder cette énergie qui n’est pas chère, qui est une énergie que l’on peut exporter. Important d’avoir une balance commerciale  ; on importe un peu d’électricité -un peu trop-  alors qu’on pourrait se débrouiller pour être le premier producteur européen… Et avec le vent ?

BSNV : Et avec le bruit aussi ! On fait maintenant de l’énergie avec le bruit, avec les décibels des boites de nuit, d’une gare, d’un mur routier etc … Vous allez entrer en scène alors on va conclure ? Je vous remercie beaucoup d’avoir passé ce moment à échanger avec moi pour « Bio dans nos vies » et bonne chance pour vos prochains projets.

Filmographie de François Berléand

Pascale S pour www.biodansnosvies.fr / Mars 2017 

Nous avions eu la chance en 2014 de poser quelques questions à Muriel Robin, cliquez !

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.