Zoom sur Michel Andréo, Artiste Photographe

 
                       Zoom sur Michel Andréo, Artiste Photographe 
 
 52E43A4C-C04E-4798-AF59-E0D1E02C7099
 
Michel Andréo, exilé de l’autre côté de l’Atlantique depuis longtemps est revenu pour quelques jours de vacances sur la « French riviera ». Ce fut l’occasion idéale de le questionner sur sa vision du monde. L’oeil collé à l’objectif, sa passion chevillée au corps et le coeur ouvert, il a gardé intact son enthousiasme d’enfant malgré son parcours incroyable dans ce monde parfois impitoyable de la photographie. Pour lui, la photo est la vie et ce qu’il aime, c’est transmettre des émotions … Et nous, on les reçoit 🙂
BIO DANS NOS VIES : Paris, Los Angeles, New York …. Originaire de Nice, ta vie t’a entrainé aux USA, raconte-nous pourquoi et comment tu as atterri là-bas?
 
Michel ANDREO :
Dès ma naissance, ma famille a beaucoup voyagé, Maroc, Espagne, sud de la France.
De plus, nous n’avions pas de racines dites « françaises », pas de maison familiale ; nous étions simplement des immigrants. 
Je me suis toujours senti un peu déraciné, surtout à Paris.
Quand j’ai commencé la photo à Paris en tant qu’assistant de photographes de mode et de pub, j ‘ai très rapidement beaucoup voyagé ; les budgets le permettaient. Du coup, la découverte des villes et des pays est devenue une aventure en soi en plus de l’apprentissage de la photo.
Dans cette aventure photographique, j’ai travaillé en tant que premier assistant avec 2 photographes qui m’ont appris l’essentiel.
Le premier en France est Jean-Baptiste Mondino ; il m’a fait découvrir la créativité à
l’état pur, le monde de la musique et des films publicitaires (quand celui-ci avait un peu de « Groove » ). Il m’a appris le travail précis, rapide efficace et pro, j’ai beaucoup donné et j’ai beaucoup appris. C était magnifique et cela m’a fait rencontré mes meilleurs potes ! 

J’ai fait mes premiers voyages aux USA, j ai été aussitôt emballé par ce jeune et immense pays,  peuplé d’émigrants du monde entier, par l’esprit positif qu’avaient les équipes de photo locales de l’époque ( il y a 25 ans… )
 Et quand j’ai découvert New York, j ai eu un coup de foudre ! Je suis tombé amoureux de la ville, de son énergie,  de son mirage, de ses habitants du monde entier cherchant le rêve américain. J’étais fasciné de marcher dans les quartiers que je n’avais vus qu’au cinéma et à la télé. C’était un peu un rêve de gosse et j’ai ressenti un étrange sentiment d’appartenance ; je m’y sentais vraiment mieux qu’à Paris. 

Aux Etats-Unis, ma plus belle aventure a été d’assister Annie Leibovitz une photographe légendaire, intense, travailleuse ( pas très aimée en France ).
Je n’ai jamais autant travaillé de ma vie à un niveau aussi exceptionnel de stress,  responsabilités et professionnalisme avec une équipe d’assistants phénoménale, soudée
.
leibovitz-women-photographs-by-annie-leibovitz-essay-by-susan-sontag-livre-998626162_MLJ’ai participé à son livre de portraits sur la femme américaine ”Woman“ fait en collaboration avec l’intellectuelle américaine Susan Sontag. VISA DOCUMENTS 2 

                     

 

 

 

 

 

Photo de l’équipe technique, Michel, Annie Leibovitz, Hilary Clinton.

De Hilary Clinton à la Maison Blanche, à une commandante de navette spatiale, aux prostituées de rue, ce livre présente « La femme », comme sujet central, un éventail large et réaliste de la société américaine. Cette aventure magnifique et souvent émouvante m’a donné un point de vue très différent de l’Amérique et beaucoup d’humilité.

 
 J ‘ai vécu 17 ans de Manhattan à Brooklyn. Il y a 2 ans, j’ai déménagé à Los Angeles, mettant fin ainsi à une aventure magnifique, émouvante, brutale, excessive, qui m’a fait devenir un homme. New York, qui m’a souvent fait mettre genoux à terre,  m’a aussi relevé et reste dans mon coeur comme une superbe étape de ma vie. Maintenant à Los Angeles, je suis revenu à un style de vie que j’avais dans le sud de la France plus tourné vers la mer et la nature.
 
 
 
BIO DANS NOS VIES : J’ai remarqué que tes photos montrent des sportifs, des femmes et des hommes toujours dans le mouvement et assez souvent, des clichés noirs et blancs «healthy» comme tu aimes à le souligner… Essaies-tu de faire passer des messages autour de la santé ?COURTNEY_BEACH_041 2
 
Michel ANDREO :
Oui, mais pas de façon ultra militante ! J’ai toujours aimé le sport dans son ensemble, j’aime simplement les athlètes, les sportifs, mais aussi les gens de tous les jours qui essaient de prendre conscience de leur santé donc de leur corps et du bienfait du mouvement.
Malgré une information accessible à tous ( il faut en faire le tri aussi) cela reste difficile pour les gens de réaliser qu’ils ont en partie le contrôle de leur corps par l’alimentation et le mouvement et, sans être scientifique, il me semble qu’être dehors dans la nature et en mouvement apporte un équilibre essentiel pour aborder la vie… 
Je photographie donc ce que j’aime et si cela motive ne serait-ce qu’ une personne, c’est déjà ça !Will_2016_Shot_03_0070
 
 
 
BIO DANS NOS VIES : Penses-tu que le regard d’un photographe peut changer notre vision du monde?
 
Michel ANDREO :
Bien sûr! Certaines images de photos journalisme ont marqué des époques et réveillent les consciences. 
En ce qui concerne la pub et la mode de sport, cela peut motiver ou faire rêver. Malgré la surabondance d’informations, quelques images interpellent vraiment. Encore aujourd’hui, les campagnes de publicité en avance sur leur temps et assez controversées comme celle de Benetton dans les années 80, sont totalement d’actualité !
 
 
BIO DANS NOS VIES : Fais-tu des démarches éthiques, des achats solidaires, des actions dans des associations ou en solitaire ? »
 
14_12_03_YS_NEW+YORK_03_344
Michel ANDREO :
Dès que je peux mais pas assez… J‘ai une conscience quotidienne de ce que  je consomme, des déchets que je génère, de l’impact de mon comportement, de l’utilisation de l’eau, et de tous ces petits gestes quotidiens qui sont importants. J‘essaie donc de comprendre, de m’informer et d’améliorer mes actions quotidiennes. Mon action est plutot solitaire mais j’aimerais m’engager plus sérieusement. 
Sur le plan santé, à mon âge (52 ans), mes efforts sont centrés sur la réduction du sucre après 10 h du matin et une réduction des portions. Je ne fume pas, je n’ai jamais fumé -une chance- et je bois très peu ! Je ne mange pratiquement jamais de « processed foods » et ne bois aucune boisson sucrée, hormis un « cortado » le matin. (ndlr, le « cortado » est une spécialité populaire dans les pays hispanophones. C’est une tasse d’expresso « coupée » avec une légère touche de lait). Je choisis des aliments et des plats les plus simples avec des ingrédients naturels, très clairement énoncés.
J’ai complètement dérogé aux habitudes européennes comme manger des repas lourds le soir ! Je mange tôt, vers 19h et très léger.
Bien sûr, je pratique plusieurs sports, je cours très régulièrement, je fais du vélo, je nage et joue au tennis. J’essaie de bouger tous les jours, même pour une marche. Rien
n’égale la mer, les sports et les marches au bord de mer.
Ici à Los Angeles, quand la vie est compliquée, en fin de journée : direction la mer !!!
 
 
BIO DANS NOS VIES : Est-il possible d’être écolo-responsable lorsqu’on est photographe ( papier, encres )?
 
Michel ANDREO :
La photo n’est pas écologique et a toujours utilisé des produits chimiques pour les développements et les tirages ( c ‘était la base de la photo )
On peut tout garder en digital sur un écran, mais c’est moins intéressant qu’ un beau tirage! Maintenant cela se fait sur des imprimantes à jets d’encre qui sont encore moins écologiques. Elles deviennent même très désuètes après 2 ou 3 ans de mise sur le marché. Certains appareils sont désuets après 18 mois seulement ; malgré les efforts “verts“ des fabricants, cela reste tres polluant en général. Article du Nouvel Economiste
 
 
BIO DANS NOS VIES : Homme d’image, si tu devais faire une campagne de sensibilisation sur le sujet du respect de la planète qui pourrait faire avancer la prise de conscience, quelle photo ferais-tu ?
 
Michel Andréo :
Elles sont déjà faites!!! Quelques photographes, certains militants ont abordé le sujet avec maestria et le font toujours en publiant des images de la destruction de la planète. Je ferais comme eux. Je trouverai des sujets sur
l’inconscience de l’homme vis à vis de la planète. Malheureusement, les sujets sont nombreux.
 
 
 
BRIT_SHOT_01_0759BIO DANS NOS VIES : un petit mot pour notre site ?
 
Vos sujets traitant de l’information, de l’alimentation et de la santé sont essentiels et nécessaires. 
Toutes actions qui contribuent à aller dans le bon sens est primordial,
j’aime aussi votre vision locale ; finalement les actions efficaces commencent souvent par le local ! 
 
 
 
Michel Andreo Photographer
718 431 3455
 


BIO DANS NOS VIES : retrouvez l’univers de Michel sur son site www.michelandreo.com

Page Facebook970869_1382577955288636_1977049055_n

merci Michel, bonne route, bonne chance!

Avril 2017 / Pascale. S pour www.biodansnosvies.fr

Ce contenu a été publié dans Ecolo-attitudes, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.