Paula VIOLANTE, thérapeute psychocorporel, coach de vie,

Si on sait tous que notre corps parle, encore faut-il le comprendre …. 

                                                     

S’il nous envoie divers messages que nous avons parfois du mal à décoder, il se peut aussi que nous fermions les écoutilles pour ne pas aller à l’aventure de nous-mêmes; c’est parfois difficile de quitter ses petits arrangements personnels. Cependant, nos blessures, nos douleurs, nos phobies et nos angoisses expliquent les mécanismes de défense que nous avons mis en place pour « survivre ».
Parfois nous n’avons pas envie d’entrer en thérapie, de ressasser notre passé et de passer des heures voire des années chez un psy. 
Pourtant on a tous besoin à un moment ou à un autre de faire le point sur nous, à la suite d’un deuil, d’une séparation, d’une douleur, d’un changement de vie, d’un problème de communication avec un collègue, un enfant, un amoureux… Parfois une séance ou deux suffisent à retrouver le cap !
 
Bienvenue ! Entrez dans la dimension de compréhension de Paula Violante, praticienne de la méthode TIPI, coach de vie et thérapeute psycho-corporel hors pairs.
Nous sommes entrées en contact avec Paula pour faire une séance afin de mieux comprendre comment déprogrammer une peur, se débarrasser d’une angoisse ou d’une phobie et comme nous aimons partager nos rencontres, nous vous invitons vivement à la connaitre.
 
Sa générosité et son approche toute bienveillance nous offrent un beau voyage à l’intérieur de nous, avec à la clé, apaisement et changements. Nous avons eu la chance d’établir avec elle un dialogue qui nous a beaucoup appris. Lors de ses séances, elle utilise des outils comme la bioanalogie, le décodage biologique, et est très à l’écoute de notre champ lexical. Ces séances peuvent se faire par téléphone et uniquement sur rendez-vous.
 
Elle est aussi la créatrice d’une méthode « A.M.I. de l’être » : A comme analyse, M comme Maux et I comme inconscients.
 

Faites ou faites-vous un vrai cadeau de vie ! Un cadeau qui ne se fanera pas, qui ne se démodera pas, un cadeau qui vous apportera un mieux-être … 

BDNV : Paula, merci de prendre un peu de votre temps pour échanger avec nous.

Comment en êtes-vous arrivée à travailler avec  « l’être humain » et parlez-nous de la méthode que vous avez créée, A.M.I. de l’être.
 
Paula Violante : Depuis toute petite, je suis passionnée par la compréhension de l’humain et je cherchais à comprendre pourquoi il y des « malentendus », les réactions dites disproportionnées face à certains événements, pourquoi certains guérissent d’autres pas pour une « même » maladie (mal à dit), pourquoi certaines personnes sont « chanceuses » et d’autres pas etc….
J’ai toujours été persuadée que tout avait du sens, que toutes ces choses là étaient forcément porteuses d’une mission, d’un message… Ne pas comprendre, ne pas voir, ne veut pas dire que cela n’existe pas….
J’ai donc lu énormément de livres sur différentes techniques juste pour satisfaire ma curiosité personnelle et comme le hasard n’existe pas… il est arrivé un moment dans ma vie où j’ai pu utiliser mes connaissances pour moi et les autres jusqu’au jour où j’ai décidé de devenir thérapeute.
J’ai alors assumé le fait de « piocher » de-ci de-là des outils qui me parlaient, des méthodes que j’avais moi-même testées, lors de mes séances et un jour… une de mes accompagnée m’a demandé quel était le nom de ma méthode. Je lui ai dit que ce n’en n’était pas une, juste ma façon de travailler en me laissant porter par mes ressentis.
S’en est suivie une longue discussion avec elle qui a donné le jour à ma méthode . 
Celle-ci repose sur différentes techniques (lues pour certaines, pratiquées pour d’autres) et courants de pensées. Elle ne cesse de s’enrichir au fil du temps grâce à chacune de mes séances, grâce aux résultats observés.
La méthode A.M.I de l’être (entendez également « ami de lettre », un petit jeu de mot pour mon goût du sens des mots ) permet de découvrir l’incidence énorme de certains mots (phrases assassines ou phrases guérisseuses) dans nos « choix » de vie, dans nos schémas dit « répétitifs », de comprendre ce qui se joue dans nos expériences douloureuses afin de décider si nous continuons à subir ou si nous décidons de devenir acteur de notre vie… d’en prendre la responsabilité.
Oui, cette prise de conscience passe par des moments douloureux en séances mais tellement libérateurs par la suite….
 
Photo Matthieu Marin
Mes principales sources d’inspirations concernant les outils que j’utilise sont : 
Le décodage biologique, la méthode TIPI, la bionalogie, la psychogénéalogie, la langue des oiseaux. Elle se nourrit également de différents points de vus avec lesquels j’adhère, de coachs, formateurs , conférenciers au travers de très longues heures d’écoutes.
Le point commun à tous ces outils? pourquoi les ai-je privilégiés? 
Parce qu’ils mettent le mental (la raison, la bienséance, l’opinions des autres etc…) de côté. Ils nous invitent à regarder les événements, les maladies sous un autre angle … Et par dessus tout, ils nous proposent une démarche non culpabilisante. 
L’Analyse des Maux Inconscients permet donc de porter un regard neuf sur notre propre vie, notre fonctionnement en découvrant les messages que cherche à nous adresser notre inconscient, notre corps.
L’utilisation que j’en fait est guidée par ma réelle écoute de l’autre, ma bienveillance et surtout, la base de ma démarche de thérapeute est de ne jamais oublier que chaque être est UNIQUE (ce que l’on a un peut trop souvent tendance à oublier), ce qui rend chaque séance unique, riche de merveilleux moments, de précieux échanges.
 
 
 
BDNV : La date de naissance donnerait des informations capitales sur qui nous sommes ?
 
Paula Violante : Oui, tout à fait! Notre date de naissance est comme un passage de flambeau porteuse de TOUTE notre histoire familiale que nous « décidons » de transmettre à notre tour, du mieux que nous pourrons.
Comme je vous l’ai dit plus haut, je suis certaine que tout à du sens, que tout à sa raison d’être…il n’y a pas de hasard! Donc, si tout à son « utilité » et que je pars du principe que les choses sont bien faites, il y a forcément un mode d’emploi….A nous de le découvrir! 
Notre date de naissance est donc un de ces modes d’emploi….NOTRE mode d’emploi unique et personnalisé….
Grâce à la bioanalogie et la psychogénalogie nous pourrons comprendre notre propre fonctionnement de nous avec nous même et mieux comprendre ce qui se joue pour chacun de nous dans une relation, au travers d’un emploi etc….
Notre date de naissance va nous donner différentes dates que nous analyserons (4 dates importantes qui vont de 18 mois avant notre naissance à nos 9 premiers mois de vie).
Elle nous donnera de très précieuses informations sur ce qui nous anime, nous nourrit, nous effraye, nous oriente, nous permet de poser des actes justes, nos croyances limitantes et bien d’autres choses.
Ce qui est incroyable c’est que lorsque nous arrivons à trouver les bons mots qui définissent notre mode d’emploi, de nombreuses choses changent, se mettent en place comme par magie sans avoir pour autant des choses à faire.
Le « décodage » des dates de naissance ne cessera jamais de me surprendre, de m’émouvoir.
 
 
BDNV : A qui s’adresse cette méthode et doit-on avoir déjà fait un travail psy pour venir vers vous ?
 
Paula Violante : Elle s’adresse à toute personne ayant une démarche d’amour pour soi! 
Envie de comprendre ce qui nous sépare de notre réalisation de vie …. Sortir de la survie pour se donner les moyens de vivre!
Il y a un proverbe Portugais que j’aime beaucoup qui dit « nao custa viver, custa saber » ce qui signifie « il n’est pas difficile de vivre, il est difficile de savoir » et c’est tellement vrai (le « difficile de savoir », dans un travail thérapeutique est la fameuse peur de découvrir quelque chose, de confronter une vérité que nous redoutons, la peur de notre propre  jugement etc…).
Le  programme peut paraître prétentieux, voir très ambitieux mais pourtant! Tant de merveilleux papillons ont pris leur envol suite à cette méthode…
C’est pour toutes ces raisons que vous comprendrez qu’un travail fait avec un psy n’est pas une obligation, ça peut être un complément mais il faut bien comprendre que cette méthode propose une façon de travailler totalement différente. Je pense qu’il n’y a pas de bonne ou mauvaise méthode! Il y a celle qui convient ou pas.
Je pense également que le thérapeute fait toute la différence car c’est lui qui fait vivre ses outils au travers de ce qu’il est lui même.
Que faire d’une voiture puissante s’il ne sait pas la conduire?!….
 
 
BDNV : Comment se passe une séance ?
 
Paula Violante : Juste une petite précision avant de répondre à votre question.
Quelle que soit la demande de la personne, mon support sera toujours la date de naissance (ce qui permet de gagner du temps et d’avoir une idée d’orientation de mes questions selon la problématique évoquée).
 
Il y a 2 possibilités :
  1. Je veux savoir ce que me dit ma date de naissance
    C’est surtout moi qui parlerai en donnant les différentes informations. Toutefois, chaque chiffre ayant plusieurs significations, je m’assurerai régulièrement que les mots aient du sens pour la personne car un seul mot dénué de sens peut faire prendre une mauvaise direction et ne plus apporter l’aide précieuse qu’elle pourrait apporter
  2. Je souhaite faire un travail sur moi, comprendre une problématique
    La 1ère séance sera plutôt une prise de contact, une prise de connaissance de l’histoire personnelle de la personne (écoute de son champs lexical, du ressenti sur les événements, son histoire etc…)
  3. A l’issus de cette 1ère séance, il y aura un mini debrief fait par mon accompagné(e) afin que je m’assure que mes explications, informations aient été claires.
    Libre à lui, à elle de revenir vers moi.
    Si la personne décide de continuer, nous déciderons ensemble de l’objectif de la ou les prochaines séances.
    Certains accompagnés préfèrent m’appeler juste pour avoir une « interprétation  » de tel événement, de telle douleur sans pour autant vouloir creuser… juste essayer de comprendre la fameuse invitation qui cherche à s’exprimer.
    Ma particularité est qu’à la suite d’une 1ère séance, j’envoie systématiquement un message pour savoir comment se sont passées les dernières 48h afin de voir si le corps, la vie a envoyé des signes…. Je souhaite également apporter une précision importante à mon avis.
Comme je vous l’ai expliqué en parlant de ma méthode et de ma façon de voir la vie, je pars du principe que puisque chaque être est unique, chaque séance est unique, chaque réaction face aux résultats de la séance est unique c’est pour cela que je ne propose jamais de nouvelle date de séance… Ma démarche est que chacun prenne la responsabilité de sa vie… Je pense qu’il est donc normal que ce soit la personne qui décide, selon son ressenti, si ma façon de travailler, ma méthode lui convient et de revenir ou non vers moi.
Je donne le meilleur de moi dans chaque séance, de celà, je suis responsable, par contre, je ne suis pas responsable de la façon dont cette authenticité sera accueillie par mon accompagné(e), je lui laisse donc la liberté de vivre en pleine conscience son libre arbitre… continuer nos séances parce que ça l’aide ou stopper parce que cette méthode ne lui convient pas….
 
 
 
BDNV : Mettre des mots sur ses maux, pourquoi est-ce si libérateur ?
 
Paula Violante : En fait, en exprimant oralement notre ressenti, nos émotions, nous nous libérons de celles-ci qui pourraient nous « ronger », obligeant notre corps à apporter une solution de « survie » (maladie, accident par exemple) selon le degré de danger que notre cerveau aura attribué à la situation.
J’insiste sur la notion de ressenti car c’est là où réside la différence d’appréciation d’une situation selon NOTRE vécu.
C’est une des raisons pour lesquelles en séance j’explique que ce n’est pas l’événement qui est douloureux mais le ressenti qu’il vient réveiller en nous… Mettre les bons mots sur nos maux permet également, très souvent,  à nos cellules de se reconnaître et de se guérir….de « clôre le dossier » qui était en suspend.
 
 
BDNV : En quelques mots qu’est-ce que la méthode TIPI ? 
 
Paula Violante : La méthode TIPI est une Technique d’Identification des Peurs Inconscientes. Elle permet de se libérer de peurs récurrentes dont nous ne souhaitons pas connaitre la cause.
 
Il y a 2 types de méthodes, celle dite à chaud (= auto-TIPI) et celle en différée (= besoin d’un thérapeute).
Le fonctionnement est simple, pour l’auto-TIPI, il suffit de le faire soi- même au moment où nous sommes confrontés à notre peur.
Le process est simple, se mettre en sécurité, fermer les yeux et être à l’écoute de ce qui se passe dans notre corps, puis, au bout de 2 ou 3 minutes, les sensations disparaîtront ou diminueront, nous pourrons ouvrir les yeux et se remettre face à notre peur et observer ce qui se passe.
Pour le TIPI en différé, c’est un peu plus complexe car il faudra pouvoir identifier le moment le plus intense dans notre peur, de trouver une situation vécue qui résume le mieux ce moment, puis, à l’aide du thérapeute, de le vivre là, ici, maintenant, comme si c’était la 1ère fois. Dès que les sensations désagréables apparaissent, la personne devra focaliser sur celles-ci.
Selon le degré de peur, il sera peut être nécessaire de faire 2 ou 3 séances. L’autre intérêt de cet outil, c’est que nous pouvons l’utiliser avec des enfants dès le moment où ils savent exprimer leur ressenti.
 
 
BDNV : Quels sont les principaux motifs de consultation de vos accompagnés, comme vous aimez les appeler ?
 
Paula Violante : Je dirais que les 3 principales demandes sont
– connaitre mon mode d’emploi (1 séance)
– comprendre pourquoi je n’arrive  pas à avancer (selon les cas, 3 ou 5 séances)
– comprendre le pourquoi de ma maladie
 
 
BDNV : Vous êtes dans une dimension de sagesse humaine, bienveillante, où le jugement n’a pas sa place …. parleriez-vous de vocation ?
 
Paula Violante : Une vocation je ne sais pas, mais une évidence pour moi sans aucun doute. Chacune de mes cellules vibrent de joie, de certitude que je suis à la bonne place à chaque instant, chaque fois qu’il m’est offert d’accompagner une personne.
 

BDNV : Je vous cite : « J’aime à dire que la maladie, nos symptômes sont nos guides et c’est pour cela qu’ils nous offrent de précieuses informations, dans le seul but de nous mettre en VIE, d’être sur le chemin de l’expérimentation de NOTRE vie qui est unique » Pourquoi ce message n’est-il pas accessible à tous?

Paula Violante : Parce que très, trop souvent, nous sommes habités par la peur de l’inconnu. Nous avons été formatés dès notre naissance, par tellement de choses (les attentes de nos parents, l’histoire familiale, l’inconscient collectif, le fonctionnement de notre société, nos traditions, nos croyances etc….) que celles-ci sont devenues notre vérité, notre façon d’appartenir à cette vie … Comprendre la maladie, les maux du corps,  c’est prendre un chemin tout à fait inhabituel qui nous amène à réaliser que NOUS SOMMES LES CREATEURS DE NOS VIES. C’est remettre en question des tas de choix que nous avons fait, c’est avoir peur du jugement, peur de se tromper. Tout ceci est légitime et compréhensible car effectivement, nous aurons tous des raisons différentes qui justifieront nos choix… alors, je me pose la question suivante, si nos réactions sont légitimes humainement, pourquoi notre corps, notre cerveau n’auraient ils pas leur propre raison de fonctionner?!…

Je vais essayer d’être un peu plus claire. Comprendre le fonctionnement du cerveau, c’est savoir par exemple qu’il ne fait pas la différence entre le réel, le virtuel, le symbolique. Il n’a pas la notion du temps. Il se souvient d’absolument tout. 
Il faut également savoir que son principal objectif est de s’assurer que nous sommes en vie seconde après seconde donc, face à ce qu’il considère comme un danger, il passera l’information au corps pour que les parties pouvant retarder le danger ou le fuir puissent entrer en action ce qui pourra, dans certains cas, donner lieu à une maladie, des émotions, un ressenti physique et ou psychologique.
Sa logique de bienveillance est loin d’être la même que nous puisqu’elle passe par la souffrance….Mais dites vous bien que c’est la seule façon qu’il a de nous prévenir, d’attirer notre attention.

Face à tout ceci, vous comprendrez aisément que rester dans nos habitudes dont nous connaissons les résultats est plus « confortable » que de prendre le risque de tout chambouler dans nos vies, de procéder autrement sans être certains que ce sera mieux. Il n’y a pas de mal ni de bien! Il y a juste ce que chacun est prêt à accepter selon ce que nous pensons être un « moins  pire ».

Nous avons souvent oublié que la vie n’est qu’une succession d’expérimentations diverses à notre service, qui sert notre évolution…

BDNV : Quel serait votre message à partager avec les lecteurs de Bio dans nos vies aujourd’hui Paula ?
 
Paula Violante : Je dirais simplement, « qu’avez-vous à perdre en essayant d’expérimenter une autre façon de voir les choses? Au mieux, une solution positive, au pire, une expérimentation qui vous permettra de vous positionner dans vos choix de vie…
Je dis souvent, à quoi ça sert de se plaindre tous les matins que mon café est trop sucré si je n’essaye pas d’expérimenter ce que ça fait de mettre peut-être un demi sucre pour commencer et observer ce qui se passe…
Soyez les chimistes de vos propres expériences! Vous avez tout à votre portée ! Découvrez vos propres mélanges !
 

 

BDNV : Merci Paula. Quelle chance de vous avoir rencontrée 🙂

                Vous pouvez consulter Paula sur rendez-vous uniquement

Paula Violante
13bis, rue R.Legrand
94350 Villiers sur Marne
06.26.04.69.00
paula.violante@hotmail.fr

page facebook Visitez son site Simplement Zen

PS pour biodansnosvies.fr 

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.