L’écolo-attitude de Remy Rasse

 

Pour l’écolo attitude des artistes de notre page été, c’est une rencontre avec Remy Rasse artiste peintre et sculpteur français, né à Saint Jeannet et vivant en Argentine que nous vous proposons.

Remy Rasse a depuis toujours porté en lui l’amour de la nature et de l’art mêlés. Son parcours illustre à merveille cette double approche de la vie.

Jeune homme, il a d’abord réalisé des études universitaires sur l’environnement et la protection de la nature puis est entré à l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Lyon.

En 1989, il met pour la première fois le pied sur le continent sud américain, sans imaginer que se sera pour lui le début d’une aventure humaine et personnelle immense. A travers deux expéditions à cheval de six mois en Argentine et au Chili, montées avec un de ses frères et un ami, il concrétise son rêve d’artiste voyageur en transportant à dos de cheval son atelier de peintre.

« Partir loin, au bout du monde, couper les influences avec l’Europe, pour trouver son propre chemin dans la peinture »

 Les Andes deviennent son lieu de prédilection. Avide de se plonger dans les mystères de ces peuples proches des origines, qui donneront un souffle nouveau à son œuvre, il se lie d’une relation profonde avec les communautés de ses terroirs isolés.  

En 1994, il réalise un projet humanitaire et culturel dans le petit village d’El Angosto, situé dans une vallée perdue entre l’Argentine, le Chili et la Bolivie. Il organise des ateliers de peinture associant l’art et l’écologie avec les enfants de l’école, construit avec les enseignants et les élèves une serre permettant la production de légumes pour la cantine communautaire et favorise le renouvellement des plantations par l’apport de semences extérieures pour les petites exploitations agricoles. 

Suivront d’autres projets, d’autres aventures humaines dans ses régions de la Cordillère des Andes.

La richesse de la culture du peuple andin qui a bâti son identité au cours des millénaires dans une entente harmonieuse avec la nature et la beauté des paysages imprègnent ses tableaux et ses sculptures.

Aujourd’hui il est installé avec son épouse Analia dans « La Quebrada de Humahuaca au Solar del Trópico » qui est devenu son atelier d’artiste mais aussi une chambre d’hôtes avec une petite exploitation en agriculture biologique. 

Bio dans nos vies: – Bonjour Remy, en découvrant ton parcours entre art et nature toujours fortement liés, nous imaginons aisément que pour toi la protection de l’environnement coule de source.

Remy Rasse: – Oui en effet! 

Par exemple la petite exploitation agricole que ma femme et moi tenons avec notre chambre d’hôte est entièrement cultivée en bio. Nous y produisons des fruits et légumes pour les repas de nos hôtes et nous avons quelques ruches pour faire un délicieux miel de fleur de cactus pour les petits déjeuners. Nous faisons le pain pour nous même mais aussi pour nos hôtes.

Comme tous les locaux  j’ai des chevaux pour le plaisir des balades, pour les peindre bien sur et aussi pour l’utilité de leur fumier qui devient dans notre climat semi aride un excellent apport humique pour le sol pauvre en matières organiques. 

 Bio dans nos vies: -Fais tu des achats solidaires et des démarches respectueuses de l’environnement? 

Remy Rasse: -J’achète dans notre région les produits locaux des communautés indiennes sur les marchés paysans. Nous avons investi dans l’énergie solaire, chauffe eau et cuisinière solaire, puisque nous avons dans notre région un des plus fort ensoleillement au monde.  

Au fil du temps en vivant dans cette région, j’ai constaté hélas, que comme dans beaucoup de pays en voie de développement, l’Etat ne recyclait pas encore les poubelles. Pour sensibiliser les populations à notre échelle, sur le recyclage avec l’association des hôteliers du secteur de Tilcara et Huacalera, nous récupérons toutes les bouteilles plastiques et nous fabriquons avec une machine manuelle des bottes de bouteilles compressées. Ces grosses bottes sont ensuite transportées à Jujuy (capitale de notre province) par le marchand de boissons qui avant repartait toujours avec des camions à vide. De cette façon le transporteur rentabilise le voyage retour et le bénéfice que nous tirons de ce retour du plastique aide notre groupe d’hôteliers à monter des actions de sensibilisation sur l’environnement auprès des habitants de la vallée.

 J’ai animé aussi des ateliers d’art plastique avec des enfants autour du thème de la nature pour préserver et valoriser le lien spirituel qu’ils ont avec leur environnement.  

 Bio dans nos vies:-Ta qualité d’artiste te permet sans doute de faire passer des messages à travers tes oeuvres? Lesquels?

Remy Rasse:– Oui certainement. Toute une partie de mon travail artistique nait du recyclage de matières végétales et animales, ainsi que de ferrailles, boites de conserves oxydées, etc. Une partie du message est là. Renouveau permanent.  Et puis le sujet essentiel de mon œuvre, entre mythes et symboles, sont la terre mère « Pachamama » et « Yemanja » la déesse des océans pour conscientiser sur la fragilité des écosystèmes. Il faut retrouver le sens du sacré dans la nature! 

Bio dans nos vies:– En dehors de tous les matériaux que tu récupères pour tes oeuvres, utilises tu des produits, des peintures douces pour l’environnement?

Remy Rasse: -J’essaie de travailler avec des pigments purs naturels et des liants traditionnels comme la gomme arabique, la caséine et du liant à l’œuf. Bien sur j’utilise aussi des huiles car c’est un procédé irremplaçable, mais par contre je ne travaille pas à l’acrylique. 

Les cadres de mes tableaux sont aussi pour la plupart en bois de cactus mort récoltés au cours de mes balades à pied.

Bio dans nos vies:– Tes oeuvres sont profondément empruntes de la culture andine, de sa spiritualité, de ses couleurs et de la force de la nature. Qui sont les amateurs de tes oeuvres?

Remy Rasse: – Je suis un peintre figuratif dans un monde où l’art abstrait a la part belle. Néanmoins ce genre de travail continue d’émouvoir, de parler à la sensibilité de bon nombre d’amateurs d’art. Ils y en a en Argentine bien sur, mais beaucoup en Europe et aux Etats Unis.

Bio dans nos vies:– Un artiste est toujours en mouvement non? Quels sont tes projets?

Remy Rasse:– J’envisage de construire au Solar del Tropico une galerie d’art alternative. Je vais utiliser en majorité des matériaux naturels récoltés directement aux alentours de la maison. Ce sera une construction en terre avec pierres et bois de récupération. Mon souhait: y exposer mes oeuvres bien sur, mais y inviter d’autres artistes à exposer. Et ainsi créer un réseaux participatif pour diffuser des artistes de qualité pour leur talent mais aussi pour leur engagement éthique et critique face à la spéculation du marché de l’Art. 

Et dans la continuité, la création d’une maison d’artiste me plairait beaucoup aussi pour permettre à d’autres artistes de venir travailler ici sur des temps plus longs. Vivre et faire vivre encore la richesse de l’échange et du partage artistique.

Bio dans nos vies:– Belle démarche! Beau projet!  Nous te souhaitons de poursuivre encore longtemps ton parcours et que vivent tes projets, éthiques, engagés et en harmonie avec l’environnement! Un grand merci Remy. Un petit mot pour notre site ?

Remy Rasse:– Dans le monde d’aujourd’hui où tout n’est que profit, bravo de dédier votre temps pour faire prendre conscience aux gens sur l’urgence et la nécessité de protéger notre planète unique et sacrée : la Terre.    

Pour en savoir plus sur Remy Rasse, les chambres d’hôtes qu’il tient avec son épouse Analia et son atelier d’artiste: http://solardeltropico.com/fr/

Livres

  • Livre « Arte en la Quebrada » 2017 Ed. Tilcarallajta, Buenos  Aires. Argentina
  • Baussum méditerranée Livre d’Art. Sant Jeannet 2007
  • Livre « ANDES » visions d’un peintre itinérant. Éditions Transboréal, Paris 2002.
  • Livre “Les Aventuriers du Bout du Monde”, « A l’Orée du Monde », une chevauchée de six mois sur le territoire vierge de la Patagonie Chilienne. Éditions. ASA Paris 98.

  Erika pour Bio dans nos vies

  Fontaine du jardin du Solar del Tropico

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.