Le safran: fleur mythologique et fascinante !

De la cueillette à partir d’octobre à la dégustation en passant par l’émondage, le séchage et l’affinage pendant plusieurs mois, le safran est l’école de la délicatesse et de la patience. 

 

 

Cette petite fleur ravissante, fine et robuste à la fois offre des vertus culinaires bien sûr, mais aussi bien d’autres vertus médicinales et cosmétiques. Voyage dans le temps avec le safran garanti aussi.

 

 

Dans la mythologie grecque, on raconte que Krokus, jouait au lancer du disque avec Hermès, son ami, sur l’Olympe. Malheureusement, il fût mortellement blessé à la tête par ce disque. On dit que le sang coula et fertilisa la terre. A cet endroit, une petite fleur mauve apparu. Cette fleur qui depuis porte son nom « crocus » est le symbole de la vie et la résurrection.


A priori originaire de Crète à l’âge de bronze, l’implantation du safran s’est lentement répendu dans tout le Moyen-Orient et l’Eurasie puis plus tard en Amérique du Nord et en Océanie.

Durant l’antiquité cette épice s’utilisait essentiellement en médecine pour ses effets emménagogues (qui régularisent les menstruations) et en parfumerie. On retrouve des essences de safran dans les premiers parfums de l’Egypte Antique.

Au temps des grandes conquêtes et des routes des épices, le safran est très couru et se vend déjà à prix d’or.

Au moyen âge le safran de France pouvait même servir de monnaie d’échange et une grande foire au safran se tenait dans le Quercy. Puis sa culture déclinera doucement après la révolution jusqu’à quasiment disparaître pour des causes économiques et du trop grand besoin de main d’oeuvre (essentiellement des enfants et des femmes à l’époque).

Aujourd’hui ses facultés arômatiques, colorantes et d’exausteur de goût qui subliment les plats les plus basiques et les plus complexes, n’ont plus de secret pour les chefs dans les grands restaurants du monde. On le cuisine en salé ou sucré au gré des envies, des saisons et de l’esprit créatif des cuisiniers, et pas seulement pour de la cuisine orientale.

La France qui fut l’un des plus gros producteur européen de safran au moyen âge retrouve, depuis quelques décennies, petit à petit ses coutumes ancestrales et les produceurs français sont de plus en plus nombreux. Les exploitations françaises proposent un safran d’une qualité exceptionnelle qui tient fièrement la rampe face au safran d’Iran (plus gros producteur mondial actuel). Les chefs étoilés des restaurants français ne s’y trompent pas et se tournent de nouveaux vers des productions locales pour leurs achats de safran, par goût des circuits courts certes mais aussi par goût de l’excellence et pour l’authenticité du produit.

Les chercheurs en cancérologie à l’heure actuelle travaillent ardemment sur les molécules des pistils de safran secs qui s’avèrent très interressants en matière de soins dans le domaine.

Les molécules des pistils de safran secs sont aussi à l’essai pour des traitements anti dépression nerveuse. Les premiers résultats sont apparemment probants. A suivre… Je vous tiendrai informés des avancées de ces travaux.

Concernant la cosmétique se sont les pétales qui sont utilisés pour leur aspect anti oxidant dans les crèmes pour le visage.

En parfumerie, toutes les parties de la fleurs peuvent être intéressantes. On trouve des senteurs safranées dans beaucoup de grands parfums connus tel que « 1 million intense » de Paco Rabanne, « Oud Ispahan » de Christian Dior, « Boss Bottled Oud » d’Huguo Boss, « L’Arlésienne » de l’Occitane en Provence.

Magnifique SAFRAN où rien ne se perd des pistils aux pétales…

En cadeau, pour une approche de la cuisine au safran, une petite recette:

  Poulet Basquaise au safran!

La veille, comme toujours, faire infuser vos pistils de safran dans un petit volume d’eau tiède.
Comptez 3 pistils par convives.
Le jour du repas préparez votre poulet basquaise comme à l’accoutumée. Laissez mijoter et 15 mn avant la fin de la cuisson incorporez votre infusion de safran, pistils compris, à votre préparation. Bien mélanger, servez. Bon appétit.

Recette du poulet basquaise classique au cas où :

Pour 4 personnes
4 cuisses complètes de poulet
4 oignons
8 tomates
4 poivrons rouges
6 c. à soupe d’huile d’olive
3 gousses d’ail
sel, poivre

Épluchez les oignons et les gousses d’ail.
Lavez soigneusement les cuisses de poulet ainsi que les poivrons et les tomates.
Dans une marmite, rissolez les morceaux de poulet et laissez dorer chaque côté. Ajoutez-y les oignons déjà finement tranchés et continuez de cuire jusqu’à ce qu’ils deviennent transparents.
Découpez les poivrons rouges et concassez l’ail.
Mettez vos légumes dans la marmite.
Salez et poivrez selon vos goûts.
Ajoutez les tomates et versez-y un tout petit peu d’eau pour diluer légèrement la sauce.
Poursuivez la cuisson sur feu doux pendant 30 min.
10 à 15 mn avant la fin de la cuisson (attention pas plus, sinon le gout du safran serait altéré) rajoutez l’infusion de safran. Laissez mijoter à feu doux.
Régalez-vous !

N’hésitez pas à me contacter pour vous fournir en safran. Notre safran est produit à Saint- Jeannet dans les Alpes Maritimes. Cultivé sans aucun produit chimique sur un terroir d’exception entre mer et montagne ; il est classé catégorie qualité n°1  selon les normes mondiales ISO. 

Erika DCR pour Bio dans nos Vies

Erika, Safran des Baous de la Côte d’Azur, Saint Jeannet, 0660185442, Facebook safran baous

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.