Quand humanitaire rime avec jeunesse!

Des jeunes au service de la nature, des jeunes qui ont envie d’aider leur prochain, contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, il y en a.

Parmis ces jeunes-là, il y a Léa et Nicolas. De Saint-Jeannet dans les Alpes Maritimes et agés de 16 ans tous les deux, ils ont adhéré au projet Motetan Mamo.

Motetan Mamo est une association Canadienne qui organise chaque année, en été, une marche entre Joliette et Manawan au Quebec pour faire connaître et avancer le problème des autochtones en soins de dialyse ou en soins pour maladie longue durée. 175 kms à pied en 1 semaine pour communiquer sur la problématique et récolter des fonds qui serviront à financer l’aide au trajet vers les lieux de soins et l’aide au logement en milieu urbain aux malades, tous habitants de la réserve Manawan et contraints de quitter leur terres ancestrales durant les soins.

Les lois canadiennes prévoient une prise en charge des soins pour les indiens si les soins sont administrés dans leur communauté et dans la réserve. Ces mêmes lois prévoient aussi une aide au logement en dehors de la réserve pour une durée de 3 mois maximum. Au-delà de ce délai « Santé Canada » n’assume plus l’aide. Hors les dialyses sont des traitements à vie…. D’où l’importance de l’existence du projet Motetan Mamo pour soulager financièrement les familles confrontées à la maladie.

Bio dans nos vies : Bonjour Léa, Bonjour Nicolas ! Quelle joie de rencontrer des jeunes 😉 engagés de surcroit, c’est encore plus vivifiant ! Merci de partager vos motivations avec nous. Qui êtes vous ? Quelles sont vos activités en dehors de votre investissement pour le projet de Motetan Mamo ? 14615862_1103945562986010_5608998202511947218_o

Léa – J’habite à Saint Jeannet. Je suis en première L option espagnol et Art plastique. J’aime l’art. J’ai fait beaucoup de théâtre et aujourd’hui je fais de l’art plastique en dehors des cours au lycée. Je m’investis aussi dans l’association de Fréderic, mon père, « l’appel de la Nature ». C’est une association qui depuis 2006 sensibilise les jeunes à la nature par diverses actions dans notre région, autour de Saint-Jeannet et dans les collèges.

Nicolas – J’habite à Saint Jeannet aussi. J’ai suivi un cursus scolaire dans le domaine agricole et à l’heure actuelle je travaille sur l’exploitation de mon père qui est vigneron à Saint-Jeannet. Le travail de la terre me plait, être dehors la plupart du temps aussi. J’aime la randonnée et les chevaux. Je suis proche de la nature de part mon environement familial mais aussi par goût. Je suis membre de l’association « l’appel de la Nature ».

Bio dans nos vies : Vous êtes tous les deux actifs pour « l’appel de la Nature » mais en plus pour le projet Matetan Mamo. Comment vous est venue l’envie, l’idée de participer ?

Léa– C’est mon père qui m’a parlé de Motetan Mamo et du problème des indiens pour se soigner loin de chez eux. Son envie de participer à la marche m’a motivée pour la faire aussi. La philosophie de l’association « l’appel de la Nature » est proche de celle des indiens du Canada. Me rendre sur leur terres et les aider est une expérience qui me permettra de mieux comprendre. J’ai très envie plus tard d’être ethnologue. De plus, en partageant cette expérience et en discutant après, avec mes amis je participerai à la sensibilisation sur la vie et la philosophie des indiens du Canada.

Nicolas– J’ai découvert le projet Motetan Mamo grâce à Fréderic, le président de « l’appel de la Nature ». La philosophie indienne me convient, j’aime cette approche de la vie. Et puis la randonnée me plait aussi. Donc marche et rencontre avec les indiens du Canada ça a fait tilt !

Bio dans nos vies : A travers cette marche, vous allez l’un et l’autre être confrontés à des problèmes de gens malades, être dans une action humanitaire et non plus seulement écologique comme jusqu’à présent . Cela ne vous fait pas peur ?

Léa– Non, agir fait partie de mon éducation, de mon quotidien. Chez moi, mes deux parents sont engagés. Le monde associatif prend une grosse place à la maison. Je participe aux actions de « l’appel de la nature » et aux actions que l’on a déjà démarrées en France pour récolter des fonds pour Motetan Mamo. Aider ces communautés m’attire.

Nicolas– Je ne me suis pas posé la question de la maladie. J’ai toujours vu mes parents aider les autres. La maison est toujours ouverte. Du coup pour moi la solidarité, l’entre-aide font partie de la vie. Je participe déjà aux actions de sensibilisation et de collecte de fonds du projet Motetan Mamo. Je n’attends pas la marche pour être actif sur le projet.

Bio dans nos vies : Comment va se dérouler concrètement cette marche et quand va t-elle se dérouler ?

Léa– Nous allons parcourir 175 km en 1 semaine de Joliette à Manawan en Juillet 2017. Nous marcherons chaque jour toute la journée.

Nicolas– Nous allons dormir en tente la plupart du temps. A chaque étape nous ferons des veillées, nous animerons des débats, nous irons à la rencontre des gens pour faire connaître Motetan Mamo et récolter des fonds.

Bio dans nos vies : Est-ce la première marche ?

Léa– Non c’est la 4ème édition.

Bio dans nos vies : Qui participe à la marche ?imgmotetan

Nicolas -Il y a des membres de l’association Motetan Mamo, des habitants de la réserve Manawan, il y aura Fréderic bien sur, Léa et moi. C’est la première fois que des Français participeront à la marche.

 

Bio dans nos vies : Wahou bravo ! Vous devez être fiers d’être les premiers Français et si jeunes en plus! Que représente pour vous personnellement cette marche ?

Léa -Agir dans l’humanitaire, tous les humains sont égaux et l’on doit s’aider les uns les autres. J’aimerai que mon expérience donne envie à d’autres jeunes de faire pareil. Pour moi cette marche c’est aussi échanger avec une autre culture et s’apporter mutuellement. Réflechir sur la façon de vivre des indiens et s’ouvrir à d’autres alternatives.

Nicolas -Aujourd’hui notre façon de vivre ici à un impact sur l’environement. En tant que fils d’agriculteur j’ai envie de voir, de comprendre comment vivent et cultivent d’autres peuples à travers le monde pour ensuite faire ma part. Cette marche est un début. Apprendre des indiens et apporter de l’aide en plus me fera grandir. Ensuite je pourrai témoigner.

Bio dans nos vies : Est ce que la marche est ouverte à qui veut ?

Léa -Oui, on peut s’inscrire. La participation pour l’alimentation, l’hébergement et un don à Motetan Mamo est de 180 euros.

Nicolas -Il faut aussi payer son billet d’avion. L’argent que nous recoltons est pour les malades uniquement, il ne sert en aucun cas à financer les voyages des participants à la marche.

Bio dans nos vies : Et si on veut contribuer, aider sans marcher c’est possible ?

Léa– Oui, on peut faire des dons d’argent.

Nicolas -Il y a un compte Ulule ouvert par « l’appel de la Nature » pour l’association Motetan Mamo.

Bio dans nos vies : Merci Léa, Merci Nicolas. On attend votre retour du Canada pour que vous nous racontiez votre belle « dé-marche » 😉 et encore un grand bravo pour votre ouverture au monde, aux autres, à la vie! Bonne année et bonne route à vous et à tous les marcheurs.

Facebook L’appel de la nature:https://www.facebook.com/LAppelDeLaNature/

Compte Ulule: https://fr.ulule.com/motetan-mamo/

Erika DCR pour www.biodansnosvies.fr

14882167_1125420627505170_2998002843197467783_o

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.