Sortons de l’écran !

Dématérialisée, notre société tend vers cela. Visio conférences, courses sur internet et autres liseuses sont bonnes pour la planète car nous diminuons nos déplacements ou limitons la déforestation. Ah Ah, c’est un raccourci un peu trop simple. Pour les liseuses, je vous invite à relire notre dossier sur le papier en cliquant ici.

Et pour le reste, ça se discute.

Si on regarde déjà les matières premières de nos chers écrans, on s’arrache les cheveux et on pense à les conserver au delà de la garantie, même si les constructeurs font tout pour les rendre obsolètes passés 2 ans… En effet, l’ordinateur écolo n’existe pas, même si certains fabricants ou l’Europe essaient de nous le faire croire. Vous pouvez cliquer ici pour lire la réglementation européenne en la matière.

Avant l’achat, essayons de comparer les consommations énergétiques, la présence de plastiques toxiques (PVC, phtalates ou autres RFB : retardateurs de flamme bromés, … la Guide Greenpeaceliste est longue), la possibilité de réparer en cas de panne. Greenpeace s’est essayé à cela. Cliquez sur l’image pour accéder à leur étude, en anglais!

On peut aussi parler des métaux rares (lindium, lithium, gallium, rhénium, germanium…) qu’on trouve principalement en Chine. Après la course à l’or noir, assisterons-nous à la guerre des métaux rares ?

Cliquez sur la carte pour plus d’informations :Carte terres rares

Me vient tout de suite à l’esprit le film Avatar, pas vous ?

Il n’existe pas de mines spéciales métaux rares. Ceux-ci se trouvent en quantité très limitée dans les mines d’extraction de métaux plus courants. Si vous voulez revoir un exemple de l’impact d’une mine, vous pouvez relire notre dossier « Diamants » en cliquant ici.

Il faut donc souhaiter que le recyclage des ordinateurs et autres tablettes soit très vite de grande qualité afin de récupérer de façon optimale ces fameux métaux… Ben quoi, tous les rêves sont permis pour la nouvelle année non ?…

Autre face cachée des ordinateurs : les data centers.

Kézako ? Ce sont des centres de traitement des données transitant sur le web au design épuré et anodin. Ces centres consomment 2% de l’énergie de la planète. Retrouvez plus d’infos en cliquant ici.

D’après l’Ademe, l’envoi et la réception d’emails, d’une taille moyenne d’1 Mo, dans une entreprise de 100 personnes, représenteraient 13,6 tonnes d’équivalent CO2 par an, soit environ 13 allers-retours Paris-New York et la recherche d’informations via un moteur de recherche représenterait 10 kg d’équivalent CO2 par an et par internaute.
Quelques astuces pour consommer moins :

  • – Eviter d’ouvrir trop d’onglets et les fermer au fur et à mesure (c’est comme éteindre la lumière d’une pièce qu’on quitte !) ;
  • – Limiter l’utilisation des animations Flash (demandez à votre ado la traduction !) ;
  • – Eviter de surfer depuis un téléviseur ;
  • – Si vous connaissez l’adresse du site, allez-y directement, sans passer par un moteur de recherche. Et pour le retrouver facilement par la suite, mettez le dans vos favoris.

Ordi cassé

 

Ca y est, votre ordinateur refuse définitivement de s’allumer, ou le chat l’a fait tomber dans la baignoire remplie qu’à moitié (ben quoi, c’est plus écolo !), il est temps de penser à sa deuxième vie : le recyclage, dont nous parlions un peu plus haut (rubrique Rêve).

Version vitrine : cliquez sur l’image pour l’agrandir Vitrine

 

 

 

 

 

Version réalité (cliquez sur l’image pour plus d’informations) :

Guiyu

 

 

 

 

 

Version espoir :

Le reconditionnement. Certains départements (comme les Hauts de Seine) en ont offert à leurs collégiens. Cliquez ici pour accéder à l’article.

Logo officielVersion officielle : Cliquez sur le logo pour y accéder :

 

Pour ceux qui ont une envie subite de lire un livre sur le sujet (version papier !) :

LivreImpacts écologiques des Technologies de l’Information et de la Communication

 

 

 

L’ordinateur est une invention fabuleuse, et internet une bibliothèque d’une surface inégalée. Mais il faut bien reconnaître que cela pose un filtre avec la réalité et à trop rester nos yeux rivés sur les écrans (de toutes sortes), on en oublie le monde réel qu’on laisse avancer en roue libre ou entre les mains d’autres qui s’en emparent.

A chacun de savoir trouver son équilibre

Parce que nous souhaitons rester engagées, mais pas extrêmes, nous avons choisi de publier une page par saison. Nous passerons ainsi moins de temps sur nos ordinateurs, tout en continuant à communiquer avec vous au travers du site, de notre page Facebook, de notre chaîne Youtube, et d’autres façons qui restent à définir. Nous avons nos petites idées, que nous vous dévoilerons au fur et à mesure !

A bientôt, sur les écrans, et dans la vie !!!

                                                                                                                               Nathalie MJ  😉 

Coucher de soleil

La journée de l’abeille

A l’école de la Ferrage de Saint-Jeannet (06), Les ptit’s loups protègent les abeilles! Avec François Valet apiculteur attitré de l’association MAIA et Sylvie De Horsey institutrice, les élèves de CM1- CM2  de l’école de la Ferrage à Saint-Jeannet ont travaillé toute l’année pour proposer une exposition sur les abeilles. -cliquez sur la vidéo-

L’été des animaux

Ça y est, le soleil s’est installé pour les jolis mois d’été, et vous comptez bien en profiter ! Ce mois-ci, nos amis les animaux sont à l’honneur. En effet, si la majorité d’entre nous reste responsable durant les vacances d’été en voyageant avec son compagnon à 4 pattes et en ne le laissant jamais seul dans un véhicule, ce n’est hélas pas toujours le cas.

Petit tour d’horizon du sujet…

Oubliée leur petite bouille trop mignonne de cet hiver. La petite boule de poils a grandi et se révèle trop encombrante, trop aboyante ou miaulante, trop gourmande, bref trop…

Tout le monde le sait, personne ne fait jamais ça… oh non, quelle horreur !…

Et pourtant chaque été, ce sont des dizaines de milliers d’animaux qui se retrouvent jetés hors de chez eux, quand ce n’est par la portière d’une voiture en marche ou attachés au fin fond d’un bois, agonisants… La France détient le triste record avec 100 000 animaux abandonnés par an dont 60 000 l’été.

On ne compte plus les campagnes d’associations qui en parlent chaque saison estivale.

 

 

 

 

 

 

Le risque pour le propriétaire : 2 ans de prison et 30 000 € d’amende. Malheureusement, peu se font prendre. Les seuls à se retrouver derrière les barreaux sont les animaux en refuge… Y’a pas comme une erreur quelque part ?…

Alors faîtes passer le mot : L’été de nos compagnons à 4 pattes, ça s’organise aussi.

Soit ils partent aussi, soit ils sont gardés.

Cliquez sur l’image pour accéder à un site qui fourmille de conseils, idées, adresses adaptées à chaque situation, ainsi que les numéros d’urgence :

Pour ceux qui préfèrent un contact téléphonique : le 0810 150 160 de Mai à Août (prix d’un appel local).

Pour trouver un lieu de vacances qui accepte nos compagnons, cliquez ici et accédez à un moteur de recherche.

Et souvenez vous qu’un des principal danger reste le soleil et la chaleur. Il faut savoir qu’en seulement 10 minutes, la température à l’intérieur de votre voiture monte à plus de 45°C et ça, votre animal ne peut pas le supporter, même les fenêtres entrouvertes.

 

Encore trop peu répandus, les gestes d’urgence à connaître :

Et si vous souhaitez adopter durant l’été, de nombreux refuges seront ravis de vous ouvrir leur portes. Mais surtout, rappelez-vous qu’une adoption, c’est pour la vie.

Voici un document sur les 10 commandements canins, pioché sur internet, bourré de fautes, mais écrit avec le coeur <3

 

Vous l’aurez compris, ces commandements sont aussi valables pour les chats!

Bel été à tous! Pour ceux qui manquent d’inspiration, retrouvez des idées de vacances écolo en cliquant ici et si vous avez choisi l’option plage, relisez donc notre dossier sur le sable en cliquant .  😉

 Nathalie MJ

CliMates, un acteur clé transnational, de la jeunesse étudiante face au changement climatique. / Août 2014 New York

 

 

 

 

 

 

 

 

« C’est bio la vie à …. » a rencontré Jonathan Ouaret-Gave, étudiant en Droit, qui s’est engagé à CliMates, un laboratoire d’idées et actions («  think-and-do-tank ») à portée transnationale, ayant pour vocation l’élaboration, le plaidoyer et la diffusion d’outils et de solutions innovantes face au changement climatique. L’engagement d’un jeune étudiant qui défend la cause de l’environnement nous a paru intéressant…

CBVà… : Jonathan, raconte nous ton parcours…

J.O.G. : « Je suis étudiant en droit. Après avoir effectué un Master 1 Droit des affaires à Paris Panthéon-Assas, j’ai décidé de mettre en oeuvre ma conscience écologique naissante et mon intérêt pour les questions environnementales au service de la découverte de ces domaines à travers la sphère juridique. A ce titre, j’ai entrepris un Master 2 Recherche Droit de l’Environnement à Paris Panthéon-Sorbonne ». 

CBVà… : Comment as-tu connu CliMates ?
 
J.O.G. : « Une étudiante que j’ai connue en première année de droit, m’informait au cours de ma première année d’étude de droit des affaires qu’elle avait rejoint une association ou plus précisément un think-and-do-tank étudiant « Climates », rassemblant des étudiants de plus de 40 pays, tous unis autour d’une même cause, la lutte contre le réchauffement climatique. 
M’étant intéressé à titre personnel à la question environnementale, matérialisée par l’agriculture biologique et son emblématique Pierre Rabhi, ainsi qu’aux déchainements climatiques, j’ai eu envie de saisir une telle opportunité de rejoindre l’association Climates (née il y a alors moins de 2 ans) pour donner un sens à une cause qui me parle et enfin prendre le courage de m’engager intellectuellement et physiquement dans une telle aventure ». 


CBVà… Qu’est-ce qui t’a donné envie de partager l’aventure de CliMates ? Quelles furent tes premières impressions ?

J.O.G. : « Partage de savoir, ouverture d’esprit, efficacité, créativité, rapidité et surtout du fun dans cette entreprise étudiante, pourraient bien définir mes premières impressions. Je ne me suis d’ailleurs jamais départi de ce sentiment.
J’avais bel et bien atterri dans une association qui couplait à merveille l’esprit de recherche pour trouver des solutions innovantes, y compris dans les techniques de négociations, organisant à ce titre des simulations de négociations en recréant les mêmes conditions qu’une Conférence des Parties *, et l’action jeune, en vue d’influer, de responsabiliser les décideurs publics en charge de la question du climat. 
Je découvrais sans grande surprise au regard de mes premières impressions que l’association avait travaillé avec le vice président du GIEC , expert climatologue et prix nobel de la Paix (Jean JOUZEL), organisé des conférences avec Nicolas Hulot, ou encore avait reçu une accréditation de l’ONU afin d’avoir le privilège de participer en tant qu’observateur à des COP (conférence des parties) organisé dans un cadre intergouvernemental. 

Dans cette formidable aventure, je suis entré par la porte du « fundraising » où j’ai eu la responsabilité de la levée de fonds, ce que j’ai d’ailleurs poursuivi en parallèle de ma prise de fonction l’année dernière, dans la trésorerie. 
La recherche de partenaires privés et public, du Ministère des affaires étrangères aux mécènes et fondations d’entreprise, est une quête ô combien enthousiasmante puisqu’elle conditionne la force d’action de l’association. 
L’association est d’ailleurs entièrement mobilisée pour relever en ce moment le défi de lever suffisamment de fonds pour financer une rencontre entre des experts du climat et de jeunes étudiants du monde entier, au sein de la prestigieuse université de Columbia à New-York ». 

CBVà… : Que peut-on faire concrètement ?

J.O.G. : « Vous pouvez diffuser autour de vous que CliMates a besoin de tous, et proposer de faire un don. La plateforme de crowdfunding est en ligne sur Ulule : http://fr.ulule.com/2nd-climates/ … C’est maintenant que nous devons mobiliser les gens voulant soutenir notre projet et c’est un projet qui nous concerne tous! » 

CBVà… : Crois-tu que que les petites actions peuvent avoir, les unes mises à coté des autres, une portée internationale ? 
 
J.O.G : « Evidemment, dire que de petites actions n’auront qu’une portée limitée est ce qui vient à l’esprit de prime abord. Mais nos actions conscientes ne se répercutent la plupart du temps que de façon sous-jacentes sur les actions des autres.   
L’élan individuel peut de surcroit, comme cela a été mon cas, être inspirant, pousser à dépasser le schéma sociétal qui nous est proposé pour envisager le bien fondé d’une « sobriété heureuse ». 
Prenons l’exemple de l’association à laquelle je suis partie. La cause climatique ne touche pas sensiblement les citoyens du monde de la même façon. Certains frappés par des catastrophes naturelles ressentiront plus fortement l’impact du réchauffement climatique, notamment dans les pays du sud, que d’autres, issus notamment des pays du Nord. Toutefois, des actions éparses, conduites par des étudiants des quatre coins du monde aux fins de combattre un tel fléau, a fait naître le désir de fédérer une communauté d’étudiants pour conduire une action globale et unifiée à une échelle internationale. Ce qui vaut d’ailleurs à Climates d’être représentée dans plus d’une 40aine de pays étrangers, associant pays développés et pays en développement. » 

* conférence des parties ou  COP: 
       Suite à la Convention cadre des Nations-Unies sur le changement climatique adoptée au cours du sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, un organe a été créé: la COP ou conférence des parties. Ce dernier réunit chaque année les Etats parties pour s’assurer de la bonne application de la Convention et définir des lignes d’action, telles que la nécessité pour les Etats de s’accorder pour un maintien de la température à 2 degrés. 

       Cette réunion intergouvernementale constitue un champ d’action politique. La sphère scientifique est entre les mains du GIEC : Groupe d’Expert intergouvernemental sur l’évolution du climat, ouvert à tous les membres de l’ONU, réunissant des experts internationaux aux fins de comprendre, et de définir des stratégies d’endiguement du réchauffement climatique, matérialisé par des rapports (exemple: le deuxième volet du 5ème rapport a été publié le 31 mars 2014).

 
 
C’est bio la vie à … te remercie Jonathan pour ces informations qui ouvrent une fenêtre sur
CliMates, et te félicite pour ton engagement. A bientôt pour de nouvelles infos! P.S. pour www.biodansnosvies.fr
 
 
 
 
Lire plus bas, l’invitation à la participation, les objectifs et les moyens mis en oeuvre pour avancer, aider, s’associer, financer les recherches. N’hésitez pas à entrer en contact avec CliMates….

                                                   Madame, Monsieur,

Le Sommet International de CliMates réunit des étudiants de grandes universités dans le monde entier ainsi que des professionnels dans le secteur du développement durable pour 5 jours de panels, d’ateliers de développement des compétences, de savoirs et de savoir-faire et de visites de terrain. Après avoir organisé son premier sommet international à Paris en 2011, et un sommet régional en 2013 à Bogota, le 2nd Sommet International se tiendra à New York du 24 au 31 août 2014.

Nous invitons votre organisation à s’associer à cette opportunité idéale pour promouvoir vos produits et services aux actuels et futurs leaders dans les secteurs professionnels du climat et du développement durable. CliMates, un think-and-do tank dédié à l’enjeu du changement climatique, a rassemblé un réseau de profils très divers dans plus de 40 pays, impliqués dans des projets de recherche collaboratifs et innovants, reconnu par des organisations publiques, privées et académiques de renom. En l’espace de seulement trois ans, CliMates est devenu un acteur-clé des différents forums politiques consacrés aux politiques internationales et nationales sur le climat, dont notamment la Conférence des Parties de l’UNFCCC.

Le 2ème Sommet International a trois objectifs :

• EDUQUER la prochaine génération de leaders mondiaux et leur donner les outils qui leur permettront de développer un bon discernement des enjeux climatiques.

• INSPIRER le développement de nouvelles idées et solutions afin de faire évoluer positivement les sociétés à travers le monde.

• ENGAGER la communauté CliMates dans le monde entier ensemble, avec de nouveaux partenaires, renforcer les liens mondiaux entre étudiants, professionnels et chercheurs.

Nous vous invitons à prendre part au 2ème Sommet International en en devenant un sponsor. Cet événement vous donnera accès à une plate-forme afin de promouvoir votre organisation auprès d’un public d’étudiants et de jeunes professionnels provenant du secteur du développement durable. Cet événement vous permettra également d’envisager des opportunités de co-marketing telles que détaillées dans la brochure. Nous nous réjouissons à l’idée de pouvoir travailler avec vous, afin pouvoir organiser notre 2ème Sommet International à New York.

Cordialement,

Margot Le Guen

Co-Fondatrice, CliMates

Co-Directrice of the 2nd CliMates International Summit

Email: margot.leguen@climates.fr

Tel: +1-917-374-4627

www.climates.fr

Pour visiter le site du Sommet:

cliquer ici, ou scanner ce code QR:

2ND INTERNATIONAL SUMMIT @CliMatesSummit      facebook.com/climatesnycsummit

Dons en nature: Outre le parrainage monétaire, il existe de nombreuses façons de participer à travers des dons en nature. Nous vous avons identifié ci-dessous quelques exemples mais les types de donations envisageables sont nombreux. Nous établirons alors ensemble comment personnaliser votre donation en nature. Choisir ce type de soutien pour le Sommet constitue une excellente opportunité de promouvoir votre organisation et vos produits à nos participants.

Cadeaux pour nos participants : Produits qui contribuent à promouvoir la politique de développement durable de votre organisation – donations de 50 unités minimum. Peuvent inclure des fournitures de bureau, des bloc-notes, mugs, sacs, entre autres.

Autres donations: Nous acceptons des donations en nature de restaurants et traiteurs pour nos déjeuners professionnels et dîners de networking, de photographies, vidéographie, services de relations publiques et médias, services de design, t-shirts de groupes ainsi que d’autres articles. 

Tout sur l’association : @CliMates_
Tout sur le Sommet : @CliMatesSummit

Et TAFTA dans tout ça…

Coup de gueule post-européennes…

Parce que les politiques poussent désormais des hauts cris suite aux résultats, dénonçant à qui veut l’entendre qu’il s’agit là d’un tsunami, un tremblement de terre, et que sais-je encore…

Alors là, je vous arrête tout de suite, avec vos allégories avec la nature : Mère nature, elle, ne se délecte pas de sordides manipulations en tout genre, particulièrement de la pensée et des peurs humaines…

Petite, je me posais cette question : quand on a des enfants et qu’on veut s’en occuper, on ne gagne pas d’argent, et donc, on ne peut pas s’en occuper puisque tout est payant. On est obligé d’aller travailler, et payer quelqu’un d’autre pour les élever à notre place (vous l’aurez tous compris, mes deux parents travaillaient, comme la majorité d’entre vous je suppose). Et la réponse fût : ça sert à nourrir le système….

Le Système… ? Késako (dans la tête d’une enfant de 5 ans). Quel est donc cet ignoble personnage qui confie un enfant à des personnes qui ne sont pas forcément mieux habilitées à l’aimer, l’entourer, le réconforter, le nourrir, répondre à ses questions, aussi gênantes soient-elles… ? Et mes questions ont continué à le rester…gênantes…

Concernant l’argent, et la monnaie par exemple (à ce propos, vous pouvez relire notre dossier en cliquant ici).

Allez, on parie que va revenir sur le tapis l’abandon de l’Euro !… Car c’est bien connu, l’économie ne dépend que de la monnaie… C’est tellement plus facile de la changer plutôt que de s’attaquer aux vraies raisons du ratage. Ca me fait penser aux heures qu’on rajoute aux écoliers, sans changer les fondamentaux de l’enseignements scolaires… Mais là n’est pas le propos.

Je ne suis pas une économiste, ni une spécialiste, je cherche juste à solliciter mon bon sens. Un exemple de problème, le « travailleur détaché » dans l’espace Schengen dépendant de la directive 96/71 du 16 décembre 1996: comment voulez-vous que les travailleurs d’un pays, la France par exemple (mais vraiment un exemple au hasard… Lol), soient compétitifs par rapport aux travailleurs d’un pays de l’Est (je n’en citerai pas car je pourrai me faire traiter de raciste, c’est si facile ça aussi…), alors que les charges sociales que vont payer les employeurs vont s’aligner sur celles du dit pays et non de la France.

Un exemple pour illustrer, avec des chiffres n’ayant aucun rapport avec la réalité, juste pour expliquer le raisonnement :

Un employeur paye son employé 1000 euros. Là dessus, il va devoir payer des charges sociales égales à 500 euros pour un français, soit 1500 euros. S’il emploie un travailleur détaché, ses charges sociales seront de 150 euros par exemple en fonction du pays de provenance de cette personne soit 1150 euros. A votre avis, l’employeur va choisir qui ?…. (je ne mets pas en balance les compétences, je rappelle que c’est un exemple simplifié). Et ça n’est qu’un exemple des diverses problématiques présentes au sein de l’Europe, que ne résoudrait en rien un changement de monnaie.

Allez, je continue à balancer : le summum de l’arnaque du moment est à mes yeux le traité d’accord transatlantique, TAFTA pour les intimes (ou encore TTIP pour les chevronés). Les Européennes auront servi à le faire sortir de la confidentialité (le début des négociations date de juillet 2013…).

En gros, un accord de libre-échange ente l’Europe et les Etats-Unis prévu pour 2015 (oups, c’est bientôt). Waou, mais c’est génial… Moins de taxes, plus de facilités de circulation… Ca ne vous rappelle pas quelque chose…

Bref, si on gratte un peu (juste un peu suffit à nous faire bondir), on comprend rapidement que sont mis en avant, et au-dessus de tout, la compétitivité, la libre-concurrence, les fusions-acquisitions, un conseil économique transatlantique (non élu…), la possibilité d’exercer une activité même si des lois nationales l’interdisent, et cela dans tous les domaines (économiques, santé, alimentation, environnement…).

En gros et pour faire court, ça veut dire que les OGM, le poulet à la javel, ou les gaz de schistes auront non seulement le droit de déferler en France, et en Europe, mais en plus, si le pays concerné s’y oppose au nom d’une belle loi environnementale passée si facilement ces derniers temps (tiens, je commence à comprendre pourquoi maintenant…), les entreprises concernées auront le droit de faire un procès, le gagner, demander des indemnités et s’enrichir doublement sur notre dos (car au final, ce sera pris sur nos impôts, avec l’argument qu’on ne peut pas faire autrement, c’est écrit dans l’accord transatlantique…).

Ca y est, vos yeux s’illuminent, vous avez tout compris !

Alors je vous invite vivement à vous y intéresser de très près, de faire circuler l’info, de bassiner vos proches (non, ce n’est pas qu’un groupe de rock…) qui diront certainement : « mais, tu t’alarmes pour rien »… et qui changerons d’avis après vos explications.

Allez, on s’y met ?…

Pour les plus courageux, une consultation européenne a été lancée le 27 Mars 2014 sur les modalités de la protection des investissements et des RDIE dans le cadre du TTIP… Traduction siouplaît !

Cliquez sur l’image pour y accéder:

Vous y retrouverez une douzaine de questions agrémentées d’une description de 30 lignes chacune, avec un document de 43 pages en annexe nécessaires aux réponses… A savoir, le temps de connexion pour répondre au questionnaire est limité à 90 minutes, sans retour possible… Vous n’êtes pas dégoûtés ?… Youpi, foncez, mais j’ai quand même un doute sur le taux de participation…

À noter que la consultation cible les intérêts financiers. Quid du social, de l’environnemental, de la santé… ?…

Des pétitions circulent depuis un certain temps sur le web. Cliquez sur les images pour y accéder :

 

 

 

 

 

Et des collectifs voient le jour :

 

 

Et pour ceux qui ont 1h23 devant eux, vous pouvez visionner un film en cliquant sur l’image.

Le but du jeu est de s’informer, forcer nos gouvernements à négocier correctement avant de s’engager n’importe comment en se disant qu’ils rectifieront au fur et à mesure comme cela s’est vu dans un passé… très proche. Mais cela prend du temps, ce qu’ils ne veulent surtout pas. Comme si ralentir était une abomination.

Nous ne demandons pas une fermeture des frontières, puisque nous sommes censés savoir que cela ne mène à rien, et que tout ce qui vit sur notre planète est inter relié. Nous demandons des négociations pleines, avec en point de mire le bien-être et le respect du vivant dans son ensemble afin d’arrêter de nourrir un Système consommateur voué à l’échec. J’y inclus de ce fait (pour ceux qui ne l’auraient pas compris) nos amis les animaux. Merci pour eux.

                                                                                                                                   Nathalie MJ 

Muguet du joli mois de Mai…

Ces clochettes qui portent bonheur auraient été crées par Apollon, dieu grec du Mont Parnasse, afin d’en tapisser le sol et éviter ainsi que ses 9 muses ne s’abîment les pieds !

Le 1er mai était anciennement une fête nommée Beltaine (ou Beltane), fête celtique du passage de la saison sombre à la saison claire et le muguet y était déjà considéré comme un porte bonheur.

Beltaine se fêtait dans la nuit de la première pleine lune de Mai. Des feux étaient allumés par les druides et le bétail était béni pour résister aux épidémies.

Cette fête marque le début de la saison estivale, avec un changement de vie dans le quotidien puisque les activités extérieures recommencent. C’est le moment de formuler des vœux tout en tressant ou tricotant des rubans qu’on accroche aux branches des arbres le matin de Beltane. Dès que l’un d’eux se réalisera, on décrochera le ruban correspondant puis on l’ensevelira.

Cette période est propice aux fiançailles et mariages.

Dans la nuit du 1er Mai, on évitait soigneusement les lieux fréquentés par les fées et autres elfes, le voile séparant nos mondes étant alors si fin que des rencontres seraient possibles…

 

 

C’est en 1561 que le roi Charles IX aurait initié la tradition d’offrir du muguet au mois de Mai. Il en aurait reçu un brin de la part du chevalier Louis de Girard, lors d’un voyage dans la Drôme. Charmé, le roi aurait repris cette pratique, en offrant un brin à chaque dame de la cour en disant « Qu’il en soit ainsi chaque année ».

Au début du XXeme siècle, ce sont les grands couturiers français qui en offrent à leurs petites mains. Christian Dior en fait l’emblème de sa maison de couture (en cousant parfois dans les ourlets de ses modèles) et un parfum en 1956 « Diorissimo ».

Cette coutume devient alors une fête dans la région parisienne.

C’est toujours au début du XXeme siècle que la fleur de muguet est associée à la fête du travail (remplaçant l’églantine rouge). La vente du muguet se répand peu à peu en France aux environs de 1936 et le 1er Mai est officiellement reconnu « Fête du travail » le 24 Avril 1941 par le gouvernement de Vichy.

 

Il est désormais bien loin le temps où on ramassait ses brins au détour d’une forêt. Le muguet, le vrai, le sauvage, protégé dans certaines régions car en voie de disparition, est d’ailleurs un indicateur de la naturalité et de l’ancienneté d’une forêt ! Et à savoir : on n’arrache jamais un pied de muguet, auquel cas il ne pourra plus repousser. On le coupe délicatement à la base de sa tige.

Actuellement, ce sont plus de 60 millions de brins qui se vendent chaque année, 80 % provenant de la région nantaise, les 20 % restants de la région bordelaise.

Les brins sont ramassés un à un manuellement et sont par contre calibrés mécaniquement. Ces dernières années ont vu apparaître de nouveaux ramasseurs : les retraités, qui voient là une bonne occasion de compléter leurs revenus.

Cliquez sur l’image pour en apprendre davantage sur la culture du muguet :

Sur le plan environnemental, on ne peut pas dire que les clochettes soient au top :

Afin de palier aux aléas climatiques, le muguet est cultivé sous des serres qui sont soit chauffées, soit refroidies. Après leur récolte, les brins sont placés en chambre froide, puis acheminés par camions frigorifiques dans toute la France et l’Europe.

Vous pouvez donc essayer de planter du muguet dans votre jardin, s’il est ombragé et bien arrosé. Mais attention : le muguet choisit de pousser, s’il le veut ! Car même si l’endroit vous paraît idéal, seule la plante décidera ! Et il ne fleurira pas forcément pour le 1er mai… Mais après tout, est-ce cela le plus important ?

Et rappelez-vous que le muguet est très toxique, voire mortel. Feuilles, clochettes, et surtout ses baies, rouges et attirantes à souhait… De vrais bonbons que les enfants auront envie de croquer. Alors si vous en plantez dans votre jardin, soyez vigilants. Idem pour l’eau du vase dans lequel les brins ont trempé. Assurez-vous de la vider et de bien rincer le récipient, surtout s’il s’agit d’un verre…

Si vous voulez vraiment un brin de muguet le 1er mai, au lieu de faire la queue en râlant afin d’en acheter à la dernière minute, parce que tu comprends… il faut du muguet le 1er Mai…fabriquez-le, peignez-le, ou mieux, allez faire une balade familiale, amoureuse, amicale,…, en forêt. Vous n’y trouverez pas forcément les clochettes escomptées, mais le bonheur partagé sera là, et n’est-ce pas ce qui compte après tout ?!…

Certains d’entre vous auront peut-être ainsi l’occasion de fêter 13 ans de mariage. Vous l’aurez deviné, ce sont les noces de muguet !!!  😉

      Nathalie MJ

Joyeuses Pâques!

Cette année, Pâques sera le 20 Avril, en 2015 ce sera le 5 Avril, et en 2016 le 27 Mars…

Comme vous le savez tous, Pâques n’est jamais à date fixe. Mais pourquoi ?…

Pâques est fixé comme le premier dimanche qui suit ou qui coïncide avec la première pleine lune du printemps.

Cette année, la pleine lune de Mars a eu lieu le 16 Mars, avant l’équinoxe de printemps qui était le 20. La pleine lune suivante étant le Mardi 15 Avril, Pâques est donc fixé le dimanche suivant, soit le 20 Avril. 

Cette fête chrétienne, qui commémore la mort et la résurrection du Christ, est le cœur du calendrier ecclésiastique puisque c’est à partir de cette date que d’autres fêtes seront fixées :

–       Mardi gras  est le mardi de la 5ème semaine précédent la semaine sainte.

–       Mercredi des Cendres est le lendemain du Mardi gras. Il marque le début du carême.

–       Le Carême débute le Mercredi des Cendres au Vendredi Saint, sauf les Dimanches.

–       Dimanche des rameaux : le dimanche avant Pâques.

–       La semaine sainte est la semaine qui précède Pâques. Elle contient le Jeudi Saint, le Vendredi Saint et le Samedi Saint (le Triduum).

–       Le Lundi de Pâques, qui suit le dimanche de Pâques.

–       Le Jeudi de l’Ascension fixé 10 jours avant Pentecôte, soit le jeudi de la 6ème semaine après Pâques.

–       Le dimanche de Pentecôte, fixé 7 semaines après Pâques.

–       La Trinité qui est le dimanche suivant Pentecôte.

–       La Fête-Dieu ou fête du Saint Sacrement qui est le jeudi suivant la Trinité.

Allez, tous à vos calendriers et calculettes !   😉

La Pâque juive (Pessa’h – le passage) est quant à elle fixée le jour de la pleine lune du printemps, soit le 15 Avril pour cette année. Elle commémore la sortie d’Egypte du peuple juif, le passage de l’esclavage à la liberté, et la naissance du peuple d’Israël.

Pâque ou Pâques, cette fête religieuse est avant tout une fête païenne qui célèbre le passage de la nuit à la lumière, après les longs mois obscurs de l’hiver, la renaissance et le retour du printemps.

Son nom anglo-saxon de Pâques est Easter, de la déesse Eostre (East en anglais signifie Est- l’aurore).

En Allemagne, on retrouve Ostern la déesse Ostara (qui vient de Ost : direction de l’Est en allemand, le lever de soleil, l’aurore)

Ishtar est la déesse Assyrienne et Babylonienne de l’amour et de la fécondité.

En Phénicie, elle est devenue Astarté, et en Grèce Eostre ( du mot Eos qui signifie aurore).

Les symboles de Pâques

La lumière

Feux de Pâques, procession de la lumière… et oui, les jours sont enfin plus longs que les nuits et la lumière a une très grande importance pour cette fête. Dans les pays scandinaves, il est de coutume de se lever tôt afin de voir le lever du soleil, et le jaune est la couleur des décorations pascales en Norvège, Suède et au Danemark. En Allemagne, le symbole du soleil est repris par le feu dans l’âtre afin de célébrer le printemps et la fin du mauvais temps.

 

L’agneau Pascal

Alors là, je ne suis pas du tout copine avec ce symbole, étant une végétarienne convaincue depuis l’âge de 15 ans (j’en ai 47, donc ça fait déjà un certain temps !), et l’idée de manger des bébés ne m’a jamais enchantée… Ben quoi, un agneau, c’est bien un bébé non ?… 

Et d’abord, ce n’est pas un agneau qui fut sacrifié, mais un bélier… En effet, selon la Bible, Abraham fut mis à l’épreuve par Dieu qui lui demanda de sacrifier son fils Isaac. Abraham accepta, en soumission au pouvoir divin, mais Dieu le stoppa au dernier moment, l’autorisant alors à sacrifier un bélier à la place.

Les hébreux d’Egypte tachèrent leur porte du sang d’un agneau afin de protéger leurs enfants de la malédiction de l’ange exterminateur qui tua tous les premiers nés égyptiens.

Aujourd’hui, cet ange ne se balade pas tous les jours. Alors il n’est plus vraiment nécessaire de tuer un nombre incalculable d’agneaux pour ces fêtes pascales.

On peut aussi souligner certaines dernières paroles de Jésus désignant le pain « ceci est mon corps » et le vin « ceci est mon sang »…

Autrement dit, Jésus affirma à ses disciples :  » Moi Jésus je suis l’agneau pascal sacrifié volontairement, dont le sang versé fonde une Alliance réparatrice et définitive entre Dieu et tous les hommes. Je suis Isaac qui meurt sans bélier de remplacement. Je suis celui qui témoigne, par l’offrande consentie de ma vie, qu’il doit être mis fin à tous les sacrifices sanglants… « , tiré du site: http://www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Homelies/Temps-Ordinaire/Le-Saint-Sacrement/B/Moi-Jesus-je-suis-le-pain-et-le-vin

Ou encore le célèbre « Tu ne tueras point » des 10 commandements que Dieu donna à Moïse.

Privilégiez donc le pain (avec ou sans levain) et le vin et laissez gambader les agneaux tranquilles !…

 

D’autres symboles sont autrement plus sympathiques :

Les cloches 

C’est aux alentours du VIIème siècle que l’église interdit le son des cloches entre le Jeudi Saint et Pâques pour commémorer le temps écoulé entre la mort du Christ et sa résurrection.

La légende populaire raconte pour les enfants qu’elles sont parties pour Rome afin d’être bénies, et qu’elles sèment des œufs à leur retour pour Pâques où elles carillonnent joyeusement pour annoncer la résurrection du Christ.

 

Les œufs

Ils sont le symbole de la germination, de la vie et de la renaissance et étaient déjà offerts dans l’antiquité au début du printemps.

Au IVème siècle, l’église a interdit de manger des œufs durant le carême. Comme les poules continuaient de pondre ( !…), il est devenu fréquent d’offrir des œufs décorés durant cette période, et souvent teintés en rouge représentant le sang du Christ. 

Depuis, les œufs ont évolué. Ils se sont transformés en chocolat depuis le 18me siècle en France. On les perçait afin de les vider, puis on les remplissait de chocolat fondu. Avec l’évolution des techniques et des moules, l’œuf en chocolat évoluera vers les chefs d’œuvre d’aujourd’hui. 

 

 

 

 

 

Pierre Karl Fabergé reste le plus célèbre créateur d’œufs décorés, qu’il fournissait aux tzars à la fin du 19ème siècle. Il en conçut en pierres et métaux précieux, véritables chefs d’œuvre de joaillerie. Tous contenaient une surprise découverte au moment de Pâques.

De nos jours, de nombreuses chasses aux œufs sont organisées. 

 

Les lapins 

Ils sont le symbole antique de la représentation de la fécondité et auraient été associés à Pâques vers le 18ème siècle.

On raconte aussi que le lapin de pâques viendrait d’une légende allemande :

Une femme pauvre décora des œufs pour les offrir à ses enfants. Elle les cacha dans le jardin. Lorsque les enfants les recherchèrent, ils aperçurent un lapin et crurent que c’était lui qui les avait pondus. Depuis ce jour, les enfants fabriquèrent un nid qu’ils placèrent dans le jardin, espérant que le lapin de Pâques y ponde ses œufs durant la nuit !

 

Les poules et les poussins, rattachés naturellement à l’œuf et ses symboles… Car après tout, qui est apparu en premier, l’œuf ou la poule ?….

 

 


Les poissons 

Ils sont un symbole chrétien, associé à Pâques.

La marguerite et le lys, fleurs printanières, symbolisent joliment cette fête.

Et pour réaliser soi-même ses œufs en chocolat, voici une petite vidéo. Choisissez le chocolat en provenance du commerce équitable et bio et faites-le fondre au bain marie plutôt qu’au micro-ondes !!! 

 

Quant à l’île de Pâques, elle porte ce nom car elle fut découverte un jour de Pâques, le 6 Avril 1722, par Jacob Roggeven.

 

                                                                                                            

                                                                                                                  Nathalie MJ

Soutien à Sristi Village

En Inde, Karthikeyan un homme d’exception , responsable de l’orphelinat Baby Sarah’s home de Pondicherry depuis de nombreuses années a un nouveau et beau projet : créer avec et pour des enfants et des jeunes adultes déficients mentaux ou marginalisés, un éco-village auto-suffisant dont le jardin bio pourrait nourrir les résidents de l’orphelinat et à plus long terme leur offrirait l’émancipation et la dignité.

A la tête de la fondation Sristi Village, qui porte ce projet, Karthikeyan est sur le point d’acquérir les 3,5 hectares de terre à 30 km à l’ouest de Pondicherry qui accueilleraient les éco-constructions et le jardin bio. 

 

Il ne manque à Karthikeyan que peu d’argent (6000€) pour acheter le terrain et finaliser son projet. 

 

Chaque personne, chaque euro est important. 

 Envoyez vos dons au co-fondateur : 

Verein Kinderlachen
Seewaldweg 21
82418 Seehausen 

Allemagne

Tel: 08841 / 623 66 3
l.fruehschuetz@gaponline.de 

Numéro de compte: 190041

Sparkasse Murnau BLZ 703 510 30

Iban: DE61 7035 1030 0000 1900 41

Swift- bic:BYLADEM1 WHM

 

 

L’équipe de « C’est bio la vie à… » connait les projets de Karthikeyan et la vie de l’orphelinat Baby Sarah’s Home depuis plusieurs années et lui accorde toute sa confiance.

Pour avoir une idée en images de l’orphelinat cliquez sur le lien youtube suivant:

http://youtu.be/hOQGdmJohiA

 

 Contact:

sristivillage@gmail.com

Liens:

http://www.babysarahshome.de/sristi-village/

https://www.facebook.com/sristifoundation?fref=ts

 

 

Merci pour eux

 

 

Vous avez dit « Elections… »

Comme vous l’avez certainement remarqué, les élections municipales puis européennes vont occuper la scène française pendant quelques mois…

Pour les municipales, ce sont les dimanches 23 et 30 mars qui sont retenus. Les Européennes auront lieu le dimanche 25 Mai.

Alors, on le sait tous, l’abstention tend à se généraliser par dégoût, dépit, désintérêt… ou pour marquer sa désapprobation, étant donné que le vote blanc n’est toujours pas comptabilisé. On se demande d’ailleurs toujours pourquoi, puisqu’il valide un mécontentement de la part de l’électeur qui s’est déplacé afin de le glisser dans l’urne…

Une défiance s’est installée à l’égard des politiques, plus préoccupés par le pouvoir que par l’engagement véritable. Cliquez sur le diagramme ci-dessous pour accéder à un article sur l’état morose des français :

 

 

Et une enquête originale menée auprès de certains maires et citoyens de France par Armel le Coz – cliquez sur l’image:

Donc, s’abstenir est-ce la bonne solution quand on habite dans un pays où les élections se déroulent de toute façon ? Est-ce vraiment responsable de les boycotter en abandonnant ainsi son droit de vote à d’autres ?

N’est-il pas plutôt de mise de se réinvestir dans le devenir de notre territoire ? Nous avons la chance d’appartenir à une démocratie (du grec ancien souveraineté du peuple… Je devine certains sourires ironiques…).

Il est quand même incroyable de se dire que le droit de vote n’a été donné aux femmes qu’après la deuxième guerre mondiale… Récompense pour avoir tenu les rennes du quotidien pendant que les hommes étaient au front, ou simple prise de conscience qu’elles aussi savaient penser… ?!!!

Quoi qu’il en soit, se réinvestir, cela veut dire lire les programmes proposés, tous les programmes, afin de se faire une idée objective et s’interroger pour savoir si cela correspond à nos attentes, nos espoirs, nos aspirations.

Cela veut dire interpeller les candidats lorsque l’occasion se présente afin de discuter, faire évoluer leur programme et les inviter à plus d’éthique, de transparence, d’engagement véritable.

Cela veut dire aller voter le jour J… en s’organisant si nous avons prévu un déplacement en donnant une procuration à un proche !

Si vous manquez d’informations, d’arguments, d’esprit critique pour vous faire une idée en lisant les différents programmes, vous trouverez ci-dessous des informations rédigées par des personnes averties et consultables en ligne :

 

 

 

 

 

 

Différentes structures existent pour accompagner, soutenir, conseiller les municipalités intéressées par le développement durable de leur commune :

 

 

 

 

 

 

 

 

Allez, j’abuse de votre temps en vous proposant la lecture d’une réflexion philosophique : « Le développement durable est-il l’avenir de la démocratie ? » de Fabrice Flipo. Vous n’y trouverez pas de réponse servie sur un plateau, mais un ensemble de points soulevés qui interpellent …

Maintenant que nous avons fait le choix de nous intéresser au devenir de notre territoire, notre action ne s’arrête pas à un bulletin glissé dans une urne ! En réalité, l’engagement véritable commence…

S’investir en tant que citoyen, ça se fait au quotidien, par nos choix de consommation, nos habitudes alimentaires, (en achetant bio et local par exemple), nos déplacements (en privilégiant les transports non polluants, les transports en commun, le covoiturage), nos loisirs, nos choix de vie, de comportements … et tant d’autres choses encore sur lesquelles nous pouvons exercer une influence, comme participer ou soutenir une initiative citoyenne par exemple:

 

D’autres pistes existent, comme la sociocratie par exemple. Plus d’infos en cliquant sur l’image:

Ou encore sur les liens suivants:

http://www.sociocratie-france.fr/

http://developpementdurable.revues.org/2666

S’investir en tant que citoyens, c’est remettre des valeurs de respect et d’amour au centre des débats. Je ne parle pas seulement de l’humain, mais de tout le vivant dans son ensemble.

C’est en ce sens que toute l’équipe de « Bio dans nos vies» se motive et tente de trouver des idées respectueuses du vivant pour vous les transmettre un peu plus chaque mois.     A ce propos, cliquez ici pour accéder à l’article de Pascale Imbert de ce mois-ci… sur le stress !!!!   😀

 

                                                                                                                         Nathalie MJ