Ecolo-attitude des artistes Irina Brook

Irina-Brook©Nicolas-DubreuilIRINA BROOK, enfant de la balle, artiste metteur en scène, créatrice de bonheur !

Fille du metteur en scène Peter Brook et de l’actrice Natasha Parry, Irina Brook est une artiste dans toute sa splendeur et sa diversité. D’abord actrice en Angleterre, elle s’est dirigée vers la mise en scène avec talent. Elle a été récompensée du Molière de la mise en scène en 2001 pour la pièce très remarquée « Une bête sur la lune ». Son répertoire de prédilection : William Shakespeare, Tennessee Williams, Bertolt Brecht. Son approche artistique, son énergie solaire, son amour de la danse et de la musique, son professionnalisme joyeux et altruiste ont offert à Irina Brook de traverser le temps et les modes.

imagesElle dirige depuis 2014 le Théâtre National de Nice et de ce fait, la ville a gagné en horizon. Avec toute son envie de communiquer de beaux messages par le théâtre, par ses choix, par son mode de vie proche de la nature, par son sens des responsabilités, elle diffuse dans son sillage des messages utiles, des messages humains emprunts de bienveillance et de bon sens.

Elle rêve de théâtre ambulant dans des écoles, sur des parking pour permettre à tous dès le plus jeune âge d’avoir accès aux textes et au bonheur qu’offre le spectacle des comédiens qui jouent. Elle a beaucoup de belles idées pour un monde plus juste, plus respectueux de l’environnement, des idées pour améliorer l’accueil des enfants dans les écoles, et sur la responsabilité de chacun dans les transmissions éducatives. Malgré son emploi du temps bien chargé, nous avons eu la chance de poser à Irina Brook quelques questions sur son écolo-attitude et elle y a répondu volontiers, nous l’en remercions.

theatre-national-nice-93828Voici le programme du TNN

home-achetez-carte-saison

 

 

 

 

Biodansnosvies : Quelles sont vos astuces ou vos démarches éthiques au quotidien ?

Irina Brook : « Je me sens encore coupable d’une vie de mauvais achats. Ma prise de conscience est récente, comme beaucoup. 
J’étais une sorte « d’addict des grandes surfaces », il faut dire que tout est y est étudié pour nous attirer. C’est presque hypnotique : les lumières, les allées, les promotions, les caddies trop grands. 
D’ailleurs j’ai une astuce, ne jamais prendre de caddie dans une grande surface ; préférer le petit panier permet d’éviter les achats compulsifs, superficiels et les tentations.
J’ai commencé à faire des listes de tout ce que je ne devais plus acheter. Les produits pleins de pesticides, de colorants et toxiques pour ma santé et celle des enfants ont été barrés de ma liste. Boycottés ! Pour commencer, je me suis rendue compte que faire disparaitre les céréales « Kelloggs et Quaker »  (avec le monsieur souriant) qui fait du faux « healthy » pour les petits déjeuners des enfants était un acte obligatoire. Je ne voulais pas les empoisonner avec ces aliments riches en maïs transgéniques ! Le marketting est un problème car les enfants sont attirés par les dessins d’un « Gentil pépé paysan, d’un tigre ou d’un lion ». 
Avec les enfants, je me suis aperçue qu’une semaine suffisait pour changer d’habitudes alimentaires. J’ai fabriqué des «  granola aux fruits rouges », puis je découpe des fruits frais en morceaux, j’y ajoute du yaourt bio et du lait de soja, les enfants se régalent. Au bout d’une semaine, ils ne pensaient plus aux petits dejeuners d’avant ; la conversion était faite toute en douceur. Quand la prise de conscience est réelle, ce n’est plus un problème pour convaincre. 
Ma liste est longue, donc pourquoi aller au supermarché où tout ce que l’on me propose est contre mes choix ! Puisque je n’ai plus d’intérêt à acheter ce genre de choses et comme il n’y a pas non plus d’intérêt nutritionnel, et même si la nature humaine va vers la facilité, j’ai tenu bon. 
 
J’ai conscience que ce n’est pas toujours facile de faire ses courses chez les petits commerçants, ou dans les magasins bio. Les AMAP aussi sont une bonne alternative, ainsi que les petits producteurs.  D’un point de vue financier, c’est évidemment un investissement. C’est un gros budget que je consacre à la nourriture bio, mais cela en vaut la peine. Je cherche des légumes qui ont un vrai goût de légumes ; rien n’est meilleur qu’une tomate qui a du goût !
 
 Je cuisine maintenant des aliments tout simples. J’ai arreté de faire des fritures ! Je fais cuire les légumes à la vapeur. Par exemple, une belle courgette bio cuite doucement, du quinoa, du tofu coupé en petits morceaux, le tout arrosé d’un peu de sauce soja et de gingembre à la japonaise, c’est délicieux! J’accompagne mon plat d’un bon chutney. J’utilise aussi de savants mélanges d’épices pour parfumer.
Biodansnosvies : Quel est votre voeu pour la planète ?
Irina BrookSi j’avais une baguette magique, je ferai beaucoup de choses évidemment. J’aimerais, un peu comme dans les dessins animés de « Barbapapa », que les usines polluantes soient remplacées par des campagnes où repoussent des arbres, que nous vivions plus proches de la nature. J’aimerai vivre dans un environnement mieux adapté comme dans certains pays qui ont réfléchi avant nous au cadre de vie, vivre dans des villes propres où nous n’aurions pas à subir la pollution. 
 
BiodansnosviesUn mot pour notre site ?
 
Irina BrookQuand je suis arrivée à Saint-Jeannet, j’ai regardé sur internet les différentes choses que l’on pouvait voir ou faire. J’ai découvert votre site et je l’ai trouvé vivant et agréable. J’espérais vous rencontrer un jour ! C’est une bonne démarche que de parler des activités autour de la nature. 
 
Biodansnosvies : Merci Irina. A la question:  » que faites vous en faveur de la planète? », nous avons déjà la réponse ! Nous soulignons que vous mettez en oeuvre un festival « Réveillons nous » au TNN du 26 novembre au 13 décembre.

Irina Brook :  » le théâtre se mobilise pour la planète autour de la COP 21. Au programme, des spectacles de théâtre, de danse, des conférences avec des invités tels que Hubert Reeves, Mélanie Laurent, Vandana Shiva, Coline Serreau ou Marie-Monique Robin…, mais aussi avec des projections de films, des expositions, des ateliers pédagogiques. Le Théâtre National de Nice et ses partenaires ont décidé qu’il était temps de se réveiller, d’agir et de se projeter dans un avenir où, ensemble, nous saurons trouver les solutions nécessaires à un changement de cap dans la gestion des ressources de la Planète, pour que nos enfants regagnent la possibilité de vivre dans un autre monde … Réveillons-nous ! »

P.S. pour biodansnosvies.                        crédit photo : Nicolas Dubreuil/ archives AFP

Ecolo-attitude de Lorène Devienne, chanteuse et comédienne

« Le fabuleux destin de Lorène Devienne ». 11261445_10153276684856955_1048283483_nEn 2015, biodansnosvies.fr vous présentait une artiste complète : auteure, compositrice, multi-instrumentiste, Lorène Devienne. Elle a été choriste de Laurent Voulzy, d’Olivia Ruiz, a aussi remporté la « Rose D’or » à l’Olympia et fait partie de la comédie musicale « Hair ». Elle relevait de nouveaux défis en tant que comédienne pour des courts, des longs métrages, et des séries télé et venait surtout d’achever la réalisation de son EP.

11149332_867348639991068_2191120196564752699_n11078175_10153199910431955_7769620684612488059_n

AUJOURD’HUI EN 2018, Lorène cherche un financement pour la réalisation et l’enregistrement de son nouvel album, voir ULULE, plateforme de financement participatif

 

Sur les réseaux sociaux, elle n’hésite jamais à parler des causes qui lui tiennent à coeur. On vous fait partager ses idées, ses astuces, ses démarches éthiques…  Lorène a répondu à nos questions écolos et c’est réjouissant !

Quelle est votre écolo attitude au quotidien?
L.D. : JE NE MANGE PLUS DE VIANDE ! Comme ça je ne donne plus mon argent à cette production massive et non respectueuse de la planète.
Je jardine de plus en plus !! À Paris ce n’est pas toujours simple mais j’ai un mini potager pour des repas plus colorés.

Faites-vous des achats solidaires et des démarches respectueuses de l’environnement?
L.D. : J’achète, autant que faire se peut, des produits bio et des produits avec les moins d’emballage possible. Comme ça, finie la pollution et finies les corvées de poubelle !

Votre qualité d’artiste vous permet sans doute de faire passer des messages? Lesquels?
L.D. : Je suis assez transparente en ce qui concerne mon engagement pour une nature durable, alors je partage régulièrement des articles sur ce sujet. Je ne suis pas là pour donner des leçons, seulement partager avec ceux qui ont les mêmes valeurs. Un jour peut-être, j’écrirai une chanson là-dessus.

Utilisez-vous des produits doux pour l’environnement ?
L.D. : Yes! Le vinaigre est devenu mon meilleur ami ! Si on fait abstraction de l’odeur, ça nettoie du tonnerre.

Un mot pour notre site ?
L.D. : Merci de partager ces belles valeurs !! Parce que malgré tout… On est bio dans nos vies, nan ?!

 

Merci Lorène 🙂

Juillet 2015 / P. Schembri pour biodansnosvies.fr

Ecolo-attitude de Lily Berry, chanteuse, compositrice, interprète

11149264_864956910216718_7647561448150524024_nCoup de projecteur sur Miss Lily Berry !!!
C’est une vraie chanteuse. Elle a l’âme d’une grande artiste, un vrai talent, de l’émotion dans la voix et un coeur sensible.
Finaliste de l’émission Popstars en 2002, Lily a dessiné son destin: elle sera auteure, compositrice, interprète. 10616211_745760085469735_443492973886470889_nPendant dix ans, elle a vécu à Paris et chanté au sein de divers groupes de la capitale. Elle a décidé maintenant de retrouver sa Côte d’Azur, bien plus proche de la nature et de ses racines, le calme provincial pour continuer à travailler ses textes et ses compositions. Elle se produit régulièrement avec son duo CoverNow :  accents pop folk, chansons en français, en anglais, reprises personnalisées et très émouvantes, accompagnée par John Dray à la guitare. Ce duo est un vrai coup de coeur… Il est au delà des attentes des clients des cafés-concert, lounges et restaurants. Ils savent créer une ambiance et donner envie de chanter avec eux Sheryl Crow, Alanisse Morissette, Vanessa Paradis… Leurs voix en harmonie sont portées par peu de matériel. Pourtant le son est là, comme le rythme et l’émotion. Tout nous permet de dire qu’au Zénith avec le déploiement technique et les effets lumière, ils casseraient la baraque!!!
11169884_864939513551791_9154511516262211002_nLily Berry avec CoverNow se produit cet été dans de nombreux endroits de la Côte d’Azur 🙂13566063_1042907529136073_346701510_n
Quelle est votre écolo-attitude au quotidien?
L.B. : Cela passe entre autres par plusieurs petites actions comme par exemple manger des fruits et légumes de nos maraichers azuréens (ou du potager de mes parents), trier et recycler au maximum mes déchets et autres emballages (en les minimisant au préalable lors de mes achats), éviter la voiture et les transports en commun pour me rendre jusqu’à mon lieu de travail. Aussi, je ne prends que des douches et ce sans trop traîner. Je limite l’écoulement de l’eau quelque soit la situation et j’éteins les lumières inutiles. Enfin, habitant la Côte d’Azur, j’ai la possibilité d’aller me balader en montagne, en forêt ou au bord de la mer, et là, je n’hésite pas à mettre à la poubelle ce que trop de gens laissent trainer derrière eux: ça, ça me rend vraiment folle de rage!
Votre qualité d’artiste vous permet sans doute de faire passer des messages? Lesquels?
 
L.B. : A mon niveau, dans mes chansons, je parle souvent de sentiments et ressentiments. Mes textes parlent d’amour, de la vie en général, de lieux servant de décors à mes mots… J’espère toujours dans le fond que l’histoire se terminera bien dans le respect de tout un chacun. Après, c’est au travers de mes photos et autres vidéos que j’exprime peut-être un peu plus mon amour et mon respect pour la nature et les animaux en la montrant belle comme elle sait l’être au naturel.
Ce qui est certain, c’est que je n’hésite pas sur les réseaux à parler d’associations: les bouchons d’amour par exemple, à laquelle je participe depuis sa création en 2001, alliant le tri à l’aide d’handicapés, ou bien encore à défendre et signer toutes pétitions officielles, défendant nos forêts, nos animaux, nos fonds marins…header
 Utilisez-vous des produits doux pour l’environnement?
 L.B. :Oui. J’essaye au maximum et ce de + en +, pour la vaisselle, la lessive, les produits cosmétiques même… J’essaye parfois même de trouver des astuces bio, très souvent tirées des mémoires de nos anciens ( que l’on a bêtement laissées au détriment de produits chimiques et autres détergents soit-disants magiques mais ne respectant en rien l’environnement). J’utilise le vinaigre blanc, du savon noir, le bicarbonate de soude, le citron etc….
Un mot pour notre site ?
L.B. : Merci « biodansnosvies » pour vos partages remplis de bon sens dont tout être humain devrait être pourvu…11020734_1100297216653022_1539774046232103954_n
 
Merci Lily, on peut te retrouver sur tes pages 🙂 

Découvrez les compositions personnelles de Lily et Une femme espère : une chanson-hommage aux femmes (P. Schembri/ M.Rodier) 
sur un montage photos de Nathalie Lord 
Bonne chance à bientôt.
Juillet 2015 /P.S. pour biodansnosvies.fr

Ecolo-attitude de Yannick Noah

Yann 4
Il a été plusieurs années de suite, une des personnalités préférées des Français. Yannick Noah, on ne le présente pas. Il nous a fait vibrer sur les cours de tennis et sur les scènes de France. Il sait donner de la voix pour partager ses émotions, en chansons, mais pas seulement.

Il participe à de nombreuses associations telles que : Fête le mur, WWF et Enfants de la Terre . Discrètement, il participe à de nombreuses actions humanitaires et sociales.

Nous avons, grâce à une amie de « biodansnosvies.fr » qui travaille à ses côtés, pu lui poser par écrit nos questions au sujet de son écolo-attitude. Voilà ses réponses et nous ne sommes pas déçues. Merci Yannick pour ces quelques mots par écrit qui sont un vrai cadeau 🙂

Pour revoir le clip de  « aux arbres citoyens »

Le site de Yannick Noah

pochette-yannick-300x297

CBV Y NoahMerci Yannick de rester connecté à Biodansnosvies.fr 🙂

 

Rencontre avec Valérie Tenza-Darmandy, astrologue

Rencontre de Bio dans nos vies avec Valérie Tenza-Darmandy, astrologue professionnelle et inspirée 🙂

L’article qui suivra date de 2015.

 

Depuis Valérie a écrit un ouvrage  dans lequel elle développe ses réflexions sur des sujets de société, d’écologie, sur le retour des valeurs et la montée d’une époque spirituelle aussi.

L’avenir fera une large place à la culture. Pour le commander : https://www.priceminister.com/offer/buy/3154282888/uranus-en-taureau-2018-2026-le-retour-des-valeurs-format-broche.html

Valérie
Valérie Tenza-Darmandy est une astrologue souvent consultée, ici et ailleurs. Elle est aussi enseignante et son parcours est fort intéressant : Bio dans nos vies a eu la chance de la rencontrer :

BDNV : Les astrologues sont-ils des êtres doués d’une sensibilité particulière, d’une intelligence particulière?

Je pense que le besoin de guider les autres est le moteur dans cette discipline qui exige un investissement conséquent. Nous sommes des traducteurs, habités par un métier au cœur de l’humain.

L’astrologie a survécu depuis l’antiquité sous des formes différentes et dans des cultures diverses. Pourquoi avons nous eu tellement besoin de faire appel à cette science? Pourquoi le ferons-nous encore, voire plus?

Comme vous le dites, depuis des siècles l’homme a besoin d’interroger le ciel.

Ses motivations à savoir de quoi seront fait ses lendemains sont variées et certaines légitimes.  Il peut s’agir d’une inquiétude face à une situation ou le fait de vouloir recevoir un avis confortant ses choix.

L’astrologie répond à plusieurs demandes. Plus que jamais en ces temps difficiles, les personnes veulent des réponses concrètes et situer leur évolution dans le temps. Le climat économique et social actuel  demande à l’astrologie d’être apte à délivrer des repères, en identifiant des périodes.

La société actuelle exige que tout aille vite, les gens s’interrogent et désirent obtenir des réponses rapides à travers l’outil astrologique. L’astrologie n’échappe pas aux conséquences de cette course effrénée à la consommation qui, si nous ne mettons pas le holà, finira par la détourner de  son usage initial.

Ne perdons pas de vue l’objectif principal de l’astrologie consistant à guider, orienter et conseiller. L’astrologie est mise au service de ceux qui s’interrogent, traversent des turbulences ou ont besoin de dresser un bilan.  Si le prévisionnel est inhérent à l’astrologie, puisqu’un ciel établi sous un lieu et un instant précis, évolue sous des cycles,  l’astrologie doit maintenir son cap, à savoir que son langage éveille à la connaissance de soi et des autres. Il s’agit d’un outil pertinent ouvrant à la tolérance.

 

BDNV : Pourrais-tu nous parler de l’avenir de notre monde? Les cataclysmes, les inondations, les tsunami révèlent une terre en souffrance, pourrais-tu nous éclairer sur l’avenir proche ou lointain de notre planète?

Le monde est en pleine mutation avec une évolution progressive vers une plus grande solidarité, des changements dans les modes de consommation, l’adhésion des consciences au respect de la nature. Le climat mondial devrait assister à la montée en puissance d’une époque spirituelle et artistique. Au niveau technologique, la notion de distance  sera réévaluée grâce à des performances technologiques, à ce titre, des révolutions se joueront dans la conquête spatiale à partir de  2025-2026.

Dans le contexte astrologique présent, 2014-2015, l’accent est mis sur la dématérialisation et un processus de globalisation œuvre, par étapes, au cours des 10 prochaines années. Les repères actuels sont appelés à devenir obsolètes.

Pour l’humanité, un cap important se situe dès 2025 2026 avec l’entrée dans une période de  prouesses technologiques défiant ce que l’on connait actuellement et parallèlement en matière de communication, l’émergence d’un climat liberticide.   L’homme jouera à l’apprenti sorcier avec les technologies.

Actuellement, nous évoluons vers des prises de conscience collectives et venons seulement d’amorcer le chemin des métamorphoses. Le climat astrologique mondial contemporain reflète une profonde évolution dont on devrait voir l’objectif d’ici 2025-2026. Ce qui se déroule depuis quelques années n’est pas une crise mais une étape parmi d’autres pour aboutir dans une dizaine d’années à la mise en place de nouveaux repères.  Le monde tel que nous le connaissons n’aura plus le même paysage économique et social.

Actuellement et jusqu’en 2016 c’est le temps des convulsions collectives, non sans douleurs. Les années 2015 et 2016 marquent un déclin social et économique en accéléré, notamment en France, à la suite de quoi, nous devrions avoir une période de croissance atone de 2016 et à 2023. La dynamique se relance progressivement autour de 2023 et surtout 2025-2026 avec l’implantation  de nouveaux repères et modes de vies.

L’écologie est appelée à occuper une place de choix d’ici quelques années, probablement vers les années 2022-2023.

BDNV : Que fais-tu personnellement en faveur de la planète ?

Le tri dans les déchets.  Avec un jardin de toute façon la législation a changé depuis un moment. Les déchets verts ne sont plus acceptés par les éboueurs. Il faut les amener dans une déchèterie où chaque container est destiné à recueillir autant les végétaux, les piles usagées que les appareils ménagers.

BDNV : Achats solidaires?

C’est notamment dans les produits d’entretien, que j’ai le réflexe pour la préservation de l’environnement.

BDNV : Alimentation?

Etant une fervente amatrice de cafés et de thés, autant joindre l’utile à l’agréable, pour le café j’achète des produits issus du commerce équitable, le plus souvent venant du Guatemala ou du Mexique.  Je consomme régulièrement du soja en boissons et légumes, des, tomates, épinards, lentilles vertes ou corail ou le gombo.  Il s’agit probablement d’une histoire de palais,  j’ai une préférence pour la cuisine étrangère et épicée. Lorsque j’ai du temps je fais mes courses dans les supermarchés exotiques  où l’on trouve des légumes avec une bonne valeur nutritive.  Depuis 25 ans, je mange peu de viande. J’essaye d’équilibrer entre les plaisirs, les besoins du corps et ceux du mental.

BDNV : Astuces écologiques?

C’est juste une histoire de bon sens sur le tri des déchets d’autant que les entreprises produisent bien trop d’emballage. Je suis à la ville et parfois à la campagne. Deux styles de vie bien opposés.

A la campagne, tout est différent, on utilise le compost, on laisse le sol s’enrichir par la décomposition des végétaux, ce n’est pas nouveau… Nous avons des arbres fruitiers, pommiers, poiriers, kiwis, peu traités et côté goût on s’y retrouve vraiment.  La production dépend de leurs entretiens mais aussi des abeilles.

BDNV : Choix de vie ?

Pour avoir grandi à la campagne et sensibilisée tôt à la culture des potagers selon les cycles lunaires, le respect de l’environnement est précieux. J’aime la biodiversité et les animaux. Leur sensibilité et leur intelligence me touchent.  Que ce soit dans les consultations ou dans l’enseignement, mon métier demande une concentration constante sur plusieurs heures d’affilé, aussi dès que mon planning le permet, je pars  me ressourcer dans la nature Je me déconnecte, mais étant une hyperactive, le repos est toujours de courte durée.

Dans mon métier, j’écris beaucoup et afin d’avoir l’esprit clair pour la rédaction, la qualité de mon environnement est bien sûr fondamental.

L’année dernière, des visiteurs inattendus ont fait irruption dans mon quotidien. Des mésanges charbonnières ont commencé à rentrer dans l’appartement et à voler dans les pièces, puis une grive musicienne s’est posé sur mes affaires d’astrologie. Depuis des mésanges viennent plusieurs fois par jour, dans un rythme immuable vers les mêmes heures. J’ai fini par leur installer de la nourriture, en récompense de leurs visites régulières.

Travailler en leurs présences est agréable.  Pendant mes activités elles viennent si près que j’observe les détails de leur plumage et leur mode de vie en clan et hiérarchisé. Elles viennent sur ma fenêtre quand je rédige des articles d’astrologie ou chantent pendant que je suis en consultation. Leurs présences affichent ce fossé entre les animaux et les hommes. Ces animaux vivent selon les rythmes diurnes et nocturnes,  tandis que nous humains, nous nous en sommes éloignés de la nature, happés par la spirale infernale d’un monde matérialiste où les valeurs ont disparues. On a perdu de vue l’essentiel.

Le confort d’une vie passe par des moments simples tels que ceux-ci. Ma philosophie est d’être consciente de vivre des instants précieux et d’apprécier les beautés de la vie.

Je pense que le bonheur réside en un état d’esprit.

Quelle association ou personnalité t’interpelle du point de vue de son engagement en faveur de la planète

Pendant des années j’ai suivi l’émission Ushuhia de Nicolas Hulot, il ouvrait une fenêtre sur le monde. Le photographe Yann Arthus Bertrand et sa fondation Goodplanet nous fait partager son regard sur la planète et nous sensibilise aux divers problèmes.

BDNV : On peut clairement aujourd’hui se rendre compte que la population des pays riches prend conscience de l’importance de la protection de la planète. Pourrons-nous un jour renverser ce que l’homme a généré (dégâts, pollutions diverses)

Œuvrer pour la planète est à la portée de chacun, sans financement particulier, avec des gestes responsables, chacun peut faire en sorte que la planète soit plus propre, bien que des dégâts soient déjà faits entre les pollutions industrielles et le problème des déchets.

La question du respect de la planète commence dans l’éducation avec un effet papillon sur les générations. En transmettant aux enfants l’aspect précieux de la planète où nous vivons, on peut sensibiliser les consciences au respect de l’environnement, qui aujourd’hui, appelle au secours. La fonte des glaciers, le réchauffement climatique, les déboisements et l’océan de plastique, mettent en péril la survie d’animaux, détériorent la faune et la flore. ll y a urgence pour certains animaux, si ce n’est pas trop tard. Il y a surtout une préoccupation, majeure,  la pollinisation.

Les abeilles sont essentielles dans l’agriculture, il y va de notre équilibre alimentaire et par conséquent de notre santé. L’engagement pour la planète retentit jusque dans nos assiettes.

BDNV : Un petit mot pour notre site Bio dans nos vies ?

L’esprit de votre site fait écho à l’évolution des consciences sur l’écologie et je pense que vous avez anticipé l’air du temps car l’écologie devrait occuper une large place dans la société dans les années à venir. Elle pourrait devenir un art de vivre.

BDNV : Quels sont tes projets ou activités pour les mois à venir?

2015 commence par des conférences en Belgique et en France, tout en poursuivant en parallèle mon enseignement astrologique et les consultations. J’aime diversifier mes activités, en allant d’un niveau à l’autre, que ce soit dans l’enseignement ou les écrits, c’est-à-dire que j’aime m’adresser aussi bien à un public néophyte qu’à un lectorat initié.

Je suis lucide des problèmes liés à l’image de l’astrologie : désinformation, complexité du langage, besoin de plusieurs années pour assimiler le mécanisme de lecture, idées reçues et même tabou de la pratique.  L’astrologie est hélas souvent associée à l’horoscope. Est-ce une carence d’information ou une volonté de groupes d’influences de préserver le véto sur cette discipline, toujours est-il que l’on pense, à tort, que l’astrologie se résume à l’horoscope ou bien qu’elle repose sur une croyance.  Cette image de l’astrologie est si ancrée dans les consciences depuis des générations que seul le temps pourrait faire évoluer les mentalités.  Si être astrologue en France suscite des réactions et divise, l’absence de neutralité est le symptôme de son rayonnement, à travers les époques et les volées de bois verts de ses opposants.Dans mon enseignement depuis 10 ans je suis régulièrement confrontée à la surprise agréable des élèves qui, au-delà du Zodiaque, découvrent au fil des années l’immense langage symbolique et son mécanisme.

Pour  l’astrologie, il est essentiel de faire un travail de fond, de transmettre au grand public sa dimension car c’est dans ce public que se trouvent les astrologues de demain. Il est essentiel d’ouvrir la porte au public désireux de la découvrir, en adaptant un discours simple, libéré du jargon astrologique.

Notre époque sert de tremplin à l’astrologie. Internet révolutionne nos modes de vie et l’astrologie engouffrée dans la brèche, pourrait bénéficier d’une révolution.

De nos jours son accès en est facilité, en quelques clics, la connaissance astrologique entre dans les foyers comme on consulte le bulletin météo. Nous aurons toujours des détracteurs mais je suis intimement convaincue qu’à l’avenir, grâce à sa large diffusion sur la toile,  la discipline rassemblera de nombreux défenseurs.

Je n’ai qu’un seul projet, continuer ma route et ouvrir la porte à ceux et celles qui veulent se découvrir à travers cet outil intelligent.

 

photoBDNV : Tu nous offres un article très complet sur la Lune :

Satellite naturel de notre belle planète, la Lune avec le Soleil exerce sur la Terre le phénomène des  marées.

Baromètre des jardiniers, la Lune est un allié précieux pour réussir son potager. Jardiner selon les cycles de la Lune c’est entrer en harmonie avec les dynamiques naturelles et optimiser ses cultures.  En fonction des travaux de la terre et récoltes  certains sont à effectuer de préférence sous une Lune descendante et d’autres sous une Lune montante. La Lune descendante favorise tout ce qui se passe sous la terre et se dirige vers le bas tandis que la lune montante est propice à ce qui se déroule au-dessus de la terre. Le sol n’est pas l’unique lieu où les cycles lunaires sont utilisés puisque certaines personnes  n’hésitent pas à couper leurs cheveux à la nouvelle lune afin d’en booster la repousse.

Les lunaisons marquent des étapes où l’énergie naturelle est ascendante, à son apogée, ralenti ou décline.  La nouvelle lune, synonyme de nouveau cycle, marque un départ,  initie une dynamique, c’est pourquoi cette lune est favorable à tout lancement ou tout changement destiné à connaitre une croissance ou une augmentation.  Dans sa phase montante, la Lune est favorable à un aménagement, un lancement professionnel ou une décision  qui aura de la portée.  Selon l’état astrologique des nouvelles Lunes, ces climats généraux sont nuancés.  Il est propice de créer, lancer, initier, ou mettre en œuvre sous une Lune montante mais harmonieuse.  Un projet professionnel lancé sous une nouvelle Lune a plus de chance de prendre de l’envergure sans forcer que si il est lancé sous une Lune descendante.  Utiliser la dynamique naturelle du couple Terre Lune, formant les lunaisons,  optimise l’action  qui s’inscrit dans un courant naturel.

Les actions destinées à trier, ranger, vendre ou à se débarrasser entrent en harmonie avec une Lune descendante.

Cette Lune descendante est en phase avec une action visant à nettoyer, liquider. Elle s’harmonise avec le fait de jeter d’anciennes affaires ou de vendre mais aussi de drainer votre corps, tandis que l’énergie ascensionnelle d’une nouvelle Lune est idéale pour amorcer une cure de vitamines et reprendre du tonus.

L’astrologie commence ici simplement à travers ces dynamiques naturelles  à la différence que pour une analyse astrologique, la Lune n’est pas le seul luminaire utilisé, les  référents astrologiques sont nombreux : astres, luminaires, aspects, maisons….

D’un point de vue symbolique, en astrologie la Lune est associée aux figures féminines, elle représente donc les femmes et la mère ainsi que votre fibre maternelle.  La Lune fournit de précieux renseignements sur votre seuil de sensibilité et votre intuition,  le lien que vous entretenez avec le passé et la place de celui-ci dans votre vie présente, l’attachement aux racines, l’importance du foyer. Elle renseigne également sur le degré de popularité, cette dernière étant bien sûr toute relative.

Ce luminaire symbolise le reflet, votre image en tant que femme, elle signe la féminité et si vous êtes un homme, la Lune dans votre carte natale situe aussi cette part de féminité ainsi que la qualité de la relation avec les femmes en général.

En astrologie, la Lune est associée au signe maternel du Cancer, sa localisation dans tout thème est importante, cependant la Lune est un élément parmi d’autres, à l’instar de votre signe solaire ou votre ascendant. Seule la lecture globale du thème, compose votre personnalité, vos évolutions et vos rythmes.

BDNV : Merci Valérie de ce moment partagé et éclairé! On peut te retrouver sur ton blog pour en savoir plus :

Valerie Tenza-Darmandy

(photos Valérie Darmandy – Dominique Duyck)

Ecolo-attitude de Debbie Davis from California

  • Debbie DAVIS, the Artist ! En France ou aux Etats-Unis, Debbie Davis a laissé une trace ; celle d’une grande et belle artiste. Sa voix nous a émus, touchés, et fait danser…. Elle a accompagné les plus grands à Paris, New York ou Los Angeles et « Disney » a gravé sa voix sur la bande originale du film d’animation  » Le roi Lion », et a triomphé dans le monde entier avec la chanson du film « Joy ».…. Aujourd’hui elle a de beaux projets …. En exclusivité pour c’est bio la vie à… Debbie répond à nos questions ….

     

    CBVà… : Debbie, raconte-nous ton parcours…

     

    D.D. : « J’ai commencé à chanter quand j’avais 3 ans.. Même avant, dans le ventre de ma maman, je pense… J’ai baigné dans la musique, tous styles confondus :  de Chopin jusqu’à Jimi Hendrix en passant par le jazz… Je crois que c’était mon destin de rencontrer les grands de la musique! »

     

     

     

    CBVà… : Avec qui as-tu travaillé?

     

     

    « J’ai travaillé avec pratiquement toutes les stars françaises des années 80 et 90 : Mylène Farmer, Julien Clerc, Francis Cabrel, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, JJ.Goldman,Michel Sardou ,Eddy Mitchell. J’ai eu la chance d’accompagner des stars Américaine aussi : Lionel Ritchie, Ray Charles, Issac Hayes, Phil Collins, George Benson,  David Sanborn, Bobby McFerrin, Al Jarreau… »

     

     

    CBVà… : Qu’est-ce que t’apporte le métier de chanteuse?

     

     

    D.D. : Chanter, c’est une façon de partager les histoires de la vie et les émotions. C’est drôle parce qu’un de mes plus grands succès, est « l’histoire de la vie » la bande originale du « Roi Lion ». Cliquez !

     

    http://www.youtube.com/watch?v=Vr9q3eehnJY

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les autres chansons parlaient d’amour comme les titres l’indiquent… J’ai eu un très gros succès en club dans les années 80 : « Parlez d’amour » « J’aime l’amour avec toi ».

     

     

     

     

     

    CBVà… : Les chanteurs et les techniciens ont-ils, d’après toi, une écolo-attitude durant les tournées des spectacles?

     

    D.D. : A l’époque où il y avait beaucoup d’argent dans l’industrie musicale, je peux dire qu’on était un peu moins « bio »… C’était chacun pour soi! … Les grosses voitures, les grandes maisons, la cocaïne, les voyages de rêve dans les avions privés, les achats incroyables… Un peu comme les millionnaires d’aujourd’hui qui sont les nouvelles rock stars… On était là pour le plaisir et pas vraiment pour « l’art » dans la plupart des cas. Aujourd’hui, on a envie d’être créatif dans l’art, on a besoin de plus de sens, de communauté… Maintenant, je vois les Artistes et les techniciens manger plus sainement; ils ne fument plus, ils font du sport, ils ont une vie équilibrée.  On voit le résultat de l’époque du chacun pour soi… Il faut dire que j’habite et travaille en Californie où les gens sont toujours un peu en avance. Aux états-Unis , tout est bio!  Yoga, méditation, l’alimentation, on fait pousser ses propres légumes, même dans une grande ville comme Los Angeles, c’est devenu la norme! »

     

    CBVà… : Et toi, as-tu au quotidien une écolo attitude? Achats éthiques solidaires? Démarches éthiques en faveur de l’environnement? Habitudes alimentaires ?

     

    D.D. : Mon quotidien à la maison, c’est recyclage!  Il n’y a presque pas de chimie dans mes produits de maison et dans mes produits de beauté

     

     

    Je fais très attention à ma consommation d’électricité et d’eau… Chaque matin, je me prépare une mixture : fenouil, pomme, gingembre,  épinard, et orange… Je fais pousser dans mon jardin des légumes qui n’ont pas besoin de beaucoup d’eau ( j’habite dans le désert !) A part mes arbres : Oranger, citronnier, avocat et kumquat… Il y a aussi des rosiers qui poussent presque comme des »weeds », j’ai aussi des plantes du coin… weeds = mauvaises herbes

     

    C’était très facile pour moi d’adopter un régime sain grâce à ma belle mère qui est Auvergnate…  Je dis ça parce que pour moi, lorsque je vivais en France, tout était au « TOP du bio »… Pas d’énorme supermarché dans Paris, mais des petits marchés, avec des produits frais et « organics »… Les parisiens prenaient leur vélo… et mettaient dans leur panier les fruits et légumes… On buvait toutes sortes d’eau… On a fait pousser des herbes aromatiques et des tomates même dans les petits appartements ou dans les chambres de bonnes… En France, je suis allée à la pêche, j’ai mangé les grands et délicieux fromages… « le pied quoi!!! » Même en tournée, je rêvais des escales à Lyon, juste pour la gastronomie!!! Je crois que l’Europe a adopté une façon de vivre à « l’ Américaine ». Je peux dire que les Americains commencent à realiser que l’on est on train de mourir d’obésité et d’autres maladies directement liées à notre façon de vivre… J’espere que L’europe va nous suivre puisqu’on nous recommande, à nous Américains, de vivre comme les Européens… » « mdr »

     

    CBVà… : Un mot pour notre site ?

     

    D.D. : Votre site est SUPER … Il faut que nous soyons tous un peu plus respectueux dans notre façon de vivre et ce site a beaucoup d’idées. Il est aussi frais et jeune dans l’approche, un peu zen , très Californie ! J’adore !!! Voilà !!! Merci Debbie, nous pouvons te retrouver sur Facebook.

    P.S. pour  www.biodansnosvies.fr

Jean Gabriel Causse : « L’étonnant pouvoir des couleurs »

« Bio dans nos vies… »  vous présente Jean-Gabriel Causse, Colors Designer. Il a répondu aux questions « écolo-attitude » et nous vous invitons à lire son livre « L’étonnant pouvoir des couleurs ». Il ne s’agit pas seulement d’un livre sur la couleur et ses symboliques. Il nous propose de comprendre que notre inconscient nous guide positivement ou négativement en fonction de notre environnement. Les couleurs qui nous entourent nous parlent : choisissons les bien! Oui! pour être heureux il faut mettre

De la couleur dans nos vies

Jean-Gabriel Causse est le premier Designer Couleurs à aborder la couleur non seulement d’un point de vue esthétique mais aussi en tenant compte des influences qu’elles peuvent avoir sur nos comportements.

Ce Français de 44 ans partage sa vie entre Tokyo et Paris. Au Japon, c’est le Colors Designer du groupe Textile Onward (Joseph, Jil Sander, DKNY Asie, 23ku, etc.) où il définit des gammes chromatiques et crée des événements autour de la couleur. Il a par exemple reconstitué à partir de 2000 polos, un autoportrait de Van Gogh à Tokyo aux couleurs exactes du tableau.

http://www.dailymotion.com/video/xdwbas_autoportrait-de-van-gogh-en-polos-p_creation

En France, Jean-Gabriel Causse est membre du Comité Français de la Couleur où l’on réfléchit à l’évolution et à l’expression de la couleur dans la mode, le luxe, la décoration, les arts ménagers… Cet ancien publicitaire (élu créatif français de l’année 2002 par le journal CB-news) donne des conseils en couleurs dans tous les domaines (automobile, textile, packaging, aménagement d’intérieur,etc.)

Sous l’autorité des professeurs Marcel Rufo et David Da Fonseca, il a par exemple en 2012 déterminé les couleurs du nouvel hôpital de pédopsychiatrie de Marseille en fonction des pathologies des adolescents.

Des couleurs qu’il a mises en scène par de spectaculaires trompe-l’oeil…

 

Ce livre, qui ne nous fera plus choisir une couleur par hasard, nous l’avons beaucoup aimé! Pour connaitre les couleurs qui font du bien, les relaxantes, les tonifiantes, les couleurs déterminantes en fonction de votre style de vie et pour vous aider à optimiser les lieux de vies (bureaux, chambres d’enfants, salon…), procurez-vous ce livre qui vous accompagnera sans doute tout au long de votre vie…

« L’étonnant pouvoir des
couleurs » est édité aux Editions du Palio
. Vous lisez ce texte certainement parce que le Bleu de la couverture a anormalement « accroché » votre regard. C’est en effet la couleur exacte qui excite le plus la rétine. Ce Bleu a une autre vertu, il vous relaxe et vous invite donc à prendre un peu de temps pour poursuivre cette lecture.
Le Vert du titre vous conditionne à agir et à aller de l’avant. Pensez aux feux de signalisation! Il suggère à votre inconscient que ce livre est aussi instructif qu’accessible. Et que vous serez donc satisfait de votre achat…
Vous découvrirez dans ce livre que les couleurs vous influencent fortement dans tous les domaines:
Psychologie, apprentissage, décoration d’intérieur, mode, productivité, créativité, marketing, désir sexuel…

http://www.fr.fnac.be/a6981921/Jean-Gabriel-Causse-L-etonnant-pouvoir-des-couleurs

 

« Ecolo-attitude » de Jean Gabriel Causse:

CBVà… : Quelle est votre écolo attitude au quotidien?

J.G.C. : Je vais travailler en vélo. 1/2 heure le matin, 1/2 heure le soir. C’est mon sport quotidien. Et il n’y a pas qu’à la planète que ça fait du bien!

 CBVà… : Faites-vous des achats solidaires et des démarches respectueuses de l’environnement? 

J.G.C. : J’ai crée il y a quelques années une ligne de vêtements avec un concept de couleurs. Cette collection était équitable, labellisée Max Havelaar et fabriquée en France. Outre le bilan énergétique qui était exemplaire, ce type de démarche permet de conserver des emplois en France. Je pense qu’il serait intéressant d’exiger un bilan carbone de chaque produit que l’on consomme, cela nous aiderait à favoriser l’emploi dans notre pays.

CBVà… : Votre qualité d’artiste vous permet sans doute de faire passer des messages? Lesquels?

J.G.C. : Je travaille sur la couleur et son incroyable pouvoir d’influence. Un exemple :  on a fait goûter à des enfants 3 sirops de fraise. le premier était très peu coloré, le deuxième moyennement coloré et enfin les troisième avait une couleur ultra-saturée. Ce que les enfants ne savaient pas, c’est qu’ils goûtaient 3 fois le même sirop et que l’on testait l’influence de la couleur. Les enfants ne s’en sont pas rendu compte et ont tous préféré le sirop le plus coloré, trouvant qu’il avait plus de goût. Pour lutter contre l’obésité des enfants, on pourrait donc facilement augmenter la perception de sucre en saturant plus fortement les colorants (naturels) et en diminuant la quantité de sucre. Autre pouvoir formidable de la couleur : en décoration d’intérieur, la couleur aide à lutter contre la dépression. Les études scientifiques sont formelles. Il n’y a rien de pire que des murs blancs. Mon message principal, c’est « osez la couleur, elle vous fera du bien ».

CBVà… : Utilisez-vous des produits, des peintures douces pour l’environnement?

J.G.C. : La législation sur les peintures impose en France des normes très élevées. En achetant de la peinture made in France, vous êtes sûr d’acheter une peinture respectueuse de l’environnement.

CBVà… : Un mot pour notre site ?

J.G.C. : « Dans un monde où prédomine le marché de l’offre et de la demande, la seule façon de laisser une planète propre et éthique à nos enfants, c’est de boycotter les marques qui se conduisent mal. » Le point positif de notre ère ultra-médiatique, c’est qu’en un instant, on peut se mobiliser et frapper là où ça fait mal, c’est à dire sur le compte des résultats des entreprises. Aujourd’hui par exemple, plus aucune marque de sport ne fait fabriquer ses ballons par des enfants, c’est trop dangereux pour leurs images et donc leurs ventes. Un exemple personnel: je m’interdis d’acheter des tee-shirt à 5 € dans les grandes enseignes. Parce que pour produire un tee-shirt à ce prix-là, il y a fort à parier que l’ensemble de la chaîne de production, du cultivateur de coton jusqu’à la couturière soit honteusement exploité. J’ai la chance de gagner suffisamment bien ma vie pour payer plus cher mes vêtements en choisissant des marques responsables. J’invite tous ceux qui en ont les moyens à faire de même. Il est donc important de s’informer sur les marques. Connaitre celles qui sont éthiques et boycotter les autres (quand on peut). Ces dernières deviendront à terme responsables. Non par philanthropie mais parce qu’il en ira de leurs survies si elles veulent continuer à vendre. Et votre site internet est l’une des pierres à cet édifice de l’information responsable qui peut changer le monde. Bravo!

sur Internet, retrouvez l’univers de jean gabriel causse

Jean Gabriel merci et bravo pour vos démarches, votre engagement et votre philosophie.

Août 2014 / P.S. pour  biodansnosvies.fr

 

 

 

 

Ecolo-attitude de Bruno Henry, comédien

 

Bruno Henry a une présence solaire, un sourire généreux ; de son regard émane beaucoup de douceur et de gentillesse. Danseur exceptionnel, il a choisi d’être comédien. Depuis des années, il travaille d’arrache pied et arrive aujourd’hui dans la cour des grands! Il a participé à la grande fête des « Molières ».

Cet acteur Français, né à Bordeaux est d’origine Afro-Antillaise. Après trois ans de cours de théâtre Dominique Viriot, il passe un casting pour « Monsieur Amédée » avec Michel Galabru et Bernadette Lafont… Il enchaine les pièces de théâtre telles que « Antigone » , « Pygmallion », « Des Souris et Des Hommes », « Ma Tatie Alfred » sous les directions du célèbre Nicolas Briançon, de Anne Bourgeois, et de Michel Morizot…

A la télé, on a pu le voir dans l’incontournable « Un Gars Une Fille », et dans bien d’autres téléfilms. Au cinéma, il est la voix française d’acteurs noirs américains tels que Tyreese Gibson, Déreck Luke, Djimon Ounsou, Glenn Plummer, Terrence Howard, Jimmy Jean Louis…. On l’a vu dernièrement dans : »Globe » de Jonathan Musset, « L’ Engagement 1.0 » de Stéphane Guénin, « Dealer » de Jean Luc Herbulot….. « Être » de Fara Sene…

et « W.A.K.A » de Françoise Ellong qui a obtenu le Grand Prix du Jury  au festival International du Cinéma Africain à Khouribga ( Maroc). Bruno y  tient l’un des rôles principaux.

https://www.youtube.com/bande annonce W.A.K.A

Cette année, il a de nombreux  projets : pièce de théâtre, série et longs métrages mais tant qu’il n’entendra pas le mot « action » il ne dira rien… « ça porte malheur » (sic).

Bruno a répondu aux questions écolos de « Biodansnosvies »

CBVà… : Quelle est ton écolo-attitude au quotidien?

B.H. : « Pour être honnête, j’ai mis un peu de temps avant de passer à l’écolo attitude…
Maintenant je mets les plastiques de côté pour les jeter dans la poubelle avec la couleur appropriée… Je vais jeter les bouteilles en verre dans un container sur la place à côté de chez moi….Quand je vais faire les courses à la pharmacie ou autre, je refuse les sacs en plastique… J’ai des sacs auto-dégradables.
J’ éteins les lumières quand je ne suis pas dans les pièces…. Je ne laisse plus les appareils (Sono, Télé, Ordi ) en veille…
Je ne chauffe pas chez moi à bloc quand il fait froid, je privilégie un pull ou plaid pour pallier à tout ça…. »

CBVà… : Quelle est ta vision du monde en matière d’écologie ; sommes nous assez engagés? Endormis ?

B.H. : « Ma vision du monde en matière d’écologie est que nous sommes en pleine évolution mais qu’il y a encore du boulot pour éduquer les gens… Quand je me ballade sur les plages et que je vois tous ces déchets (restes de repas, mégos de cigarette , canettes, bouteilles en plastiques etc), je me dis dis que c’est dégueulasse…. Pourtant les plages sont équipées de poubelles…
A l’époque où je fumais il m’est arrivé de le faire, puis j’ai compris et ramassé , ensuite j’avais un cendrier portable et pour finir j’ai complètement arrété de fumer…
Quand je conduis, je vois des gens ouvrir leur fenêtre et balancer leurs ordures sur la chaussée … Je les klaxonne en leur signalant que ce n’est pas bien….
C’est en partant aux Etats-Unis ( Los Angelès) que j’ai muri. Grâce à une ex, j’ai ouvert les yeux… Elle lave même les plastiques avant de les jeter ( j’en suis pas encore là lol !) Et puis dans les supermarchés, on te donne des sacs en papier….
Nous sommes engagés mais pas encore assez… Et je pense aussi que ceux qui nous gouvernent devraient donner encore plus l’exemple…. En ne se servant pas des Verts uniquement pour des » faim » personnelles de pouvoir,  mais comme une évidence de vie et de sauvegarde de la planète…. »

CBVà… : As-tu du temps à consacrer à une asso?

B.H. : « Je suis désolé, je ne connais pas d’asso , par ignorance ou manque de temps… Mais je veux bien essayer et continuer à apprendre… »

CBVà… : Parle moi de ton métier, de ce qu’il t’apporte, de ce que tu transmets, bonheur? Messages?

B.H. : « Mon métier me permet de partager des émotions avec les gens…Que ce soit au cinéma ou au théâtre, c’est toujours un envol de couleurs… Une invitation au voyage… Je me mets à nu et les spectateurs ou téléspectateurs m’ habillent d’éloges -ou pas- en fonction de ce qu’ils ont ressenti ou vu … Cela doit rester libre et spontané…. Je me veux vrai dans mes maux , mes mots, mon jeu, mes je ( personnages de scénarios ou théâtre…Sourire). Timide, pudique mais qui se soigne avec un seul mot d’ordre: je suis capable… J’affronte mes peurs dans le regard de l’autre… Qui est l’ombre de moi-même finalement… J’encourage… Je donne… Je partage…. »

Merci Bruno pour ce moment partagé, on te souhaite beaucoup de beaux rôles au cinéma et au theâtre.

Retrouvez Bruno sur :
http://www.imdb.com/name/nm1380272/

Sa filmographie:http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-219308/filmographie/

P.S. pour www.biodansnosvies.fr

Camille Saféris: de l’humour dans son écolo-attitude

C’est bio la vie à…. est allé à la rencontre d’un drôle d’artiste, créatif et productif : Camille Saféris.

Il vole de projets en projets en actionnant tous ses talents d’auteur, de réalisateur ou de scénariste. On a tous ri un jour à ses chroniques et à ses sketchs délirants dans les émissions de Michel Drucker, de Christine Bravo ou de Philippe Gildas à l’heure de « Nulle part ailleurs », et plus récemment pour France Inter, RTL. Réalisateur de programmes courts (Samantha OupsAu Cabinet ! ) avec François Berléand sur France 2 en 2013, Camille est aussi auteur de chansons, de fictions télé et de pièces de théâtre.  

 

Après un grand succès avec son livre « Je parle le parisien » où il expose les concepts vintage, les tendances culinaires, les expressions en vogue dans la capitale, il est actuellement en pleine promotion de son premier roman « Rayon hommes« , aux éditions « la Musardine ».

A commander en librairie ou sur  :

http://livre.fnac.com/a6960575/Camille-Saferis-Rayon-hommes#ficheResume

 

 

CBVà… : Dans le dictionnaire, voilà en résumé,  la définition du mot artiste : « personne cultivant un art, un savoir, et dont on remarque entre autres la créativité, la poésie, l’originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes… « En faisant le point sur ton parcours, j’ajouterais: polymorphe, rebelle, voulant se démarquer …. Que dirais-tu pour compléter cette définition ?

C.S. : Rebelle ? Je ne crois pas. Je ne cherche jamais à me démarquer spécialement. Si ce que je fais apparait comme original, j’en suis ravi mais je ne le fais pas exprès ! J’aime les premières fois, les objets artistiques nouveaux et inattendus, mais pas plus qu’un enfant inventeur de choses amusantes — d’abord pour lui-même. En fait, je cherche surtout à m’amuser, et chaque idée qui survient prend une forme différente. Voilà, c’est tout. Vous me direz combien je vous dois docteur, pour cette interview ?

CBVà… : Quel est le rôle de l’artiste dans la société d’après toi ?

C.S. : D’être lui même, de creuser son sillon en écoutant son intuition et son inspiration. Une société a besoin de ses artistes, et qu’ils soient dans leur rôle. Point. C’est déjà pas si mal d’y parvenir, en ces temps troublés…

CBVà… : Crois-tu que l’artiste doit prendre parti, doit convaincre, faire réfléchir ?

C.S. : Chacun sa manière, je ne porte pas de jugement. Pour ma part, je ne prends jamais parti publiquement, c’est une règle d’or. Sinon il y a l’effet pervers du « faites ce que je dis, pas ce que je fais »… Et puis un artiste est là pour tout le monde, même (surtout ?) ceux qui ne voient pas les choses comme lui. C’est justement là son travail. Donc s’il doit convaincre et faire réfléchir, c’est surtout à travers ce qu’il fait et qui touche le public… Je suis hyper sérieux là, non ? Ça va ? Ça fait pas trop écrivain qui se la pète ?

CBVà… : Si ! Mais tu es écrivain !!! En matière d’environnement, que pourrais-tu proposer pour faire avancer les mentalités?

C.S. : D’arrêter de nous faire la morale avec l’environnement, précisément. Nous avons déjà les écologistes les plus stupides du monde, si en plus on culpabilise perpétuellement les gens avec les « bonnes manières vertes », on les infantilise, on les prend pour des imbéciles et on n’oeuvre pas beaucoup pour la prise de conscience. Bref, on est contre productifs. Pardon de m’emporter, mais je n’ai pas pris mes graines de goji ce matin !

CBVà… : (rires)… Notre site « c’est bio la vie à… » est très positif; il propose, diffuse, informe sans faire la morale :).  Donc, le fil rouge de ta vie, c’est l’écriture, pour le théâtre, la télévision, des bouquins humoristiques, et maintenant ton premier roman. Qu’est-ce qu’écrire te procure, et quels messages veux-tu faire passer, sous le trait de l’humour souvent, la caricature?

C.S. : Pour ce qui est des messages à faire passer je ne peux rien dire: j’ai juré à mes éditeurs de ne rien laisser filtrer à l’extérieur (ça, c’est pour que les gens achètent mes livres et voient mes films — c’est fou comme le monde est mercantile !) (rires….)

CBVà… : Le rire est-il écologique ?

C.S. : Le rire est écologique, oui (sauf quand on ricane trop fort: pollution sonore). En revanche, le pêt est recyclable, puisqu’il s’agit d’un gaz naturel. Donc il faudrait soutenir le retour officiel des pétomanes — ah on savait rire, au temps des rois !

CBVà… : Parle nous de « Rayon Hommes ».

Mon héros, c’est Barnabé, et la future femme de sa vie: Zoé. C’est leurs journaux de bord croisés, avant leur rencontre et jusqu’au début de leur histoire. Voici la 4ème de couverture (c’est le héros qui parle): « Les filles d’aujourd’hui sont compliquées. Prenez Zoé, ma cliente. Encore une qui cherche l’amour au Rayon Hommes, le nouveau concept-store des Grandes Galeries : des mâles “prêts- à-emballer” que les femmes viennent se choisir en magasin – c’est l’idée du siècle, un vrai carton ! Et moi dans tout ça ? Je suis juste Barnabé, le vendeur. Des semaines que ma Zoé fait du lèche-vitrines, teste tous ces types l’un après l’autre, sans conviction. Son problème, c’est qu’elle cherche un modèle qui n’existe pas, sans voir que l’homme de sa vie, c’est moi. Le seul du Rayon Hommes qui ne soit pas à vendre. » Ce premier roman épicé, drôle et cash, est une vraie histoire d’amour en 3D. De l’aventure, du frisson, de l’émouvant qui ferait presque chialer… et des scènes de sexe non simulées ! (Ed. La Musardine).

CBVà… : Tu fais sans doute des gestécolos au quotidien mais plus globalement, plus universellement? 

C.S. : Je suis très intéressé par la démarche de « Fuck For Forest« , un portail web qui fait du Green Porn domestique et reverse tous ses bénéfices pour replanter la forêt Amazonienne. Il faut savoir que l’industrie du sexe engrange des sommes d’argent colossales, qu’il conviendrait d’utiliser à des gestes utiles à la planète (plutôt que de continuer à engraisser d’infâmes milliardaires adipeux fabricants de silicone qui roulent en Hummer diesel et méprisent l’écologie et l’humanité entière).

CBVà…Fais tu partie d’associations ? Si oui, lesquelles ? Crois-tu au rôle de l’association en France?

C.S. : En France je ne sais pas, il faut penser plus grand à mon sens. C’est pourquoi une fois par an, je participe au Global Orgasm. Chaque 21 décembre à 21 h 12, des individus du monde entier (tous ceux qui le veulent) sont appelés avoir un orgasme et le dédier à la paix dans le monde (on fait comme on veut: seul, à deux, à plusieurs… là n’est pas la question). Il s’agit d’éveiller les consciences à l’amour universel et de lutter contre les vibrations de haine et de violence qui polluent l’atmosphère de la planète. En gros c’est « faites l’amour pas la guerre », mais en vrai — un geste éminement bio. Car le plaisir sexuel est une énergie qui peut avoir un sens, et qui a aussi une signification politique. Eh oui, la bombe humaine, tu la tiens dans ta main ! (enfin ta main…)

CBVà… : Un mot pour notre site « c’est bio la vie à …. »

J’aime beaucoup ce que vous faites. Mais je me suis toujours demandé si le nom de votre site avait un rapport avec une célèbre chanson d’Isabelle Aubret, « C’est beau la vie »… Non parce que elle, je ne suis pas très sûr qu’elle soit 100% bio !

CBVà… : Merci Camille, bonnes vibrations avec tes « associations favorites » et ton roman « Rayon Hommes ».

Retrouvez Camille Saféris « on the ouèbe » :  www.saferis.com           

et sur Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=635977806&fref=ts     

 

                      P.S. pour www.biodansnosvies.fr

Ecolo-attitude de Muriel Robin


On a de la chance ! Muriel Robin a répondu aux questions de BIO DANS NOS VIES !

Même s’il y a de plus en plus d’humoristes, il nous semble qu’on riait moins fort depuis 8 ans…. Car Muriel Robin était partie faire un tour…. Un long tour de sa piste, de son coeur, de son essentiel. Elle est revenue, plus belle et plus vraie, ouf !!! avec un spectacle qui parle de sa vie :

« Tsoin Tsoin », deux mots comme une signature dont on se souviendra longtemps. Au Nikaia de Nice, comme dans toutes les villes de France, la salle oscille entre barres de rires toutes les 30 secondes, non stop pendant 1 heure 40 et émotion. Oui! beaucoup d’émotion se dégage de son récit drôle et sincère. Muriel Robin, dans un superbe décor, partage avec son public quelques souvenirs personnels, des secrets de famille, enrobés, croustillants et des confidences acides et hilarantes. Résultat : son public pouffe, s’esclaffe, se reconnait, et puis retient une larme. 

Bref ! On l’a adorée et elle nous a beaucoup touchées. 

1/Muriel Robin, quelle est votre écolo-attitude au quotidien?

MR : Je trie mes poubelles;  je garde les feuilles de papier imprimées pour en faire des brouillons, j’arrête l’eau quand je me brosse les dents.  
 
 
2/ Faites vous des achats et des démarches éthiques?
 
MR : Je fais des achats bio en priorité pour tout! Je vérifie toujours l’huile de palme dans les produits. Je privilégie toujours les producteurs locaux dans le but de devenir complètement « locavore ». J’achète et mange exclusivement les légumes et fruits de saison. 
 
3/Vous soutenez une association…
 
MR : Ce n’est pas forcément lié au Bio mais ça me tient à coeur. « Joséphine pour la beauté des femmes » – pour que les femmes en situation précaire retrouvent l’estime de soi.
 (Muriel qui est la marraine de l’association est sensible à ces femmes que la vie n’a pas épargnées ; elle les soutient afin qu’elles reprennent confiance en elles dans la perspective d’une recherche d’emploi et plus généralement d’une réinsertion sociale). Pour mieux connaître l’association ou pour faire un don:  http://josephinebeaute.fr.
 
4/ Votre actualité, vos projets?
 
MR : Côté professionnel : 
la suite de ma tournée des Zéniths en France, puis les dates aux Etats -Unis et un retour de tournée des théatres en France en novembre et décembre.
Côté privé: 
faire un jeûne de 3 semaines loin de Paris, en pleine nature, afin de reprogrammer mon organisme en le mettant au repos et surtout de me recentrer sur l’essentiel! …
 
Pour tout savoir sur Muriel (dates et lieux du spectacle, vidéos, audio, presse, news ) murielrobin.com/
Bonne chance et merci Muriel Robin d’avoir accepté notre invitation.
P.S. pour www.biodansnosvies.fr