PORTRAITS DE FEMMES

                                  

PORTRAITS DE FEMMES

Nous avons la chance au hasard de nos journées  » Bio dans nos vies », et dans notre vie personnelle de croiser de belles personnes . Cette nouvelle rubrique nous permettra de vous présenter des femmes qui ont des idées, des métiers pour nous aider à vivre plus sereinement notre vie, pour nous offrir de nouvelles chances d’entrer en contact avec nous-mêmes et avec les autres. Elles ont des ressources en elles assez vives pour entreprendre et rebondir dans la vie toujours avec bienveillance. Nous allons vous présenter aujourd’hui Virginie Le Helley et Anne-Marie Lopez.

VIRGINIE LE HELLEY

Virginie est une femme qui vous écoute vraiment. Quand elle plonge ses yeux dans les vôtres, vous savez que quelqu’un d’immensément généreux se trouve là auprès de vous et c’est très réconfortant. Cette gentillesse et cette empathie naturelles couplées à son expérience professionnelle de psychomotricienne, Virginie les a mises au service de la Méthode FELDENKRAIS qui a fêté ses 30 ans dernièrement et qui en France, commence à se faire connaître.

Parle nous un peu de toi, de ton parcours.

V.LH : Je suis professionnelle de santé, plus précisément psychomotricienne et graphomotricienne, depuis une vingtaine d’années maintenant. J’ai travaillé essentiellement en institutions auprès d’une population d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes handicapés avant de m’installer progressivement en libéral à Cagnes sur Mer. Ma patientèle s’est alors variée malgré la prédominance de l’enfant.

Tu es devenue « Praticienne FELDENKRAIS », peux-tu nous dire ce qui t’a conduite jusqu’à la formation ?

photo ©Virginie LE HELLEY-AUFRERE

V.LH : Lors de ma formation en psychomotricité, on évoque les méthodes de relaxation. La méthode FELDENKRAIS a alors été présentée brièvement. Ensuite, une de mes maitres de stage en EPHAD faisait allusion lors de certaines séances individuelles encore à cette méthode… J’étais alors très interrogative car je n’y comprenais pas grand-chose…
Le métier de psychomotricien(ne) demande une disponibilité importante et constante auprès de l’enfant et de sa famille, de nos patients. Après des années d’exercice en pédopsychiatrie, j’ai eu un besoin de me ressourcer, et je me suis inscrite à un stage organisé par un syndicat des psychomotriciens sur la découverte de la méthode FELDENKRAIS. Après 2 semaines de stage, j’étais persuadée que cette approche serait un outil professionnel mais aussi personnel. J’ai alors participé à un atelier hebdomadaire puis bimensuel durant lesquels j’y ai beaucoup appris: connaissance de soi, meilleure conscience de soi, approche du mouvement, détente, exploration…un temps pour MOI mais pas seulement. La décomposition du mouvement pour arriver à une fluidité et à une absence d’effort m’a permise d’entrevoir certaines pathologies autrement et de proposer à mes patients, enfants comme adultes, une autre façon de percevoir et de découvrir leur corps en mouvement.
Ma boite à outils devait se remplir…j’ai alors décidé de m’investir durant 4 ans pour devenir Praticienne FELDENKRAIS certifiée (accréditation EuroTAB). Toujours confrontée au handicap au sens large, je souhaitais et souhaite toujours aussi ouvrir mon savoir-faire à tout un chacun: à l’enfant, à l’adolescent, aux adultes et aux seniors mais aussi aux sportifs, aux danseurs, aux musiciens, aux comédiens, aux managers, aux salariés…

En quoi consiste cette Méthode FELDENKRAIS ? Et d’où vient-elle ?

V.LH : Cette méthode porte le nom de l’homme qui l’a mise en place: Moshe FELDENKRAIS. Né en Russie en 1904, il gagne la Palestine par ses propres moyens à l’âge de 14 ans où il reste une dizaine d’années. A partir de 1928, il étudie à Paris, devient ingénieur puis Docteur ès Sciences Physiques sous la direction de Frédéric Joliot Curie et Irène Curie. Il rencontre Jigoro Kano, le fondateur du judo, en 1933 et accepte de participer à l’introduction du judo en Europe. Suite à une blessure au genou, il se penche sur la mécanique interne de son corps. Il fait alors une synthèse de toutes ses connaissances tant au niveau du développement psychomoteur de l’enfant que de la conception du mouvement efficace, harmonieux utilisant une énergie minimale. Il constate alors que sa capacité à se déplacer sans douleur dépend grandement de sa façon de faire, et que celle-ci peut être réajustée grâce à un processus simple. Après la seconde guerre mondiale, il abandonne progressivement le monde de la Physique et de l’électronique, pour se consacrer entièrement à la recherche qui aboutira à sa méthode qui porte son nom. Il enseignera en Europe, aux Etats-Unis, en Australie et en Israël où il meurt en 1984.

Cette méthode permet de retrouver l’équilibre, de se remettre en marche, d’atteindre ses objectifs, d’acquérir plus d’aisance, d’avoir moins mal au dos, etc. En quoi est-elle différente des diverses méthodes que nous aurions pu ici ou là essayer ?

V.LH : Avant tout, il n’y a pas de modèle, pas de posture à maintenir, pas d’objectif prédéterminé et pour moi, c’est une dimension importante, une ouverture à soi et à l’autre: elle permet à chacun de se faire sa propre idée, sa propre image de soi, sa propre opinion. En PCM,(Prise de Conscience par le Mouvement), je propose un mouvement par la voix, mouvement dont chaque participant dispose. Ce mouvement va empreinter un chemin peut-être connu, méconnu, inconnu…mais il sera réalisé avec conscience, attention et concentration. En IF,(Intégration Fonctionnelle), le toucher amène le mouvement et la participation de « l’élève » est requise. Ce n’est pas comme dans d’autres lieux, où l’on se pose sur une table et le professionnel agit alors que nous restons passifs (même si les résultats sont là). Le but est d’apprendre de soi, de choisir, d’agir, d’interagir et de réagir à son rythme. On parle d’EDUCATION SOMATIQUE.
Ainsi, on retrouve des gestes faciles, confortables, légers, élégants parce qu’adaptés aux besoins et aux limites de son propre corps. La méthode fait appel à notre mémoire corporelle et à notre développement psychomoteur. Ainsi, elle permet de redécouvrir des gestes, des mouvements oubliés, enfouis par la mise en place d’automatismes auxquels on ne porte plus attention, automatismes efficaces à une période mais qui ne le sont plus forcément après. Lors des séances collectives (ou Prise de Conscience par le Mouvement) ou individuelle (ou d’Intégration Fonctionnelle), on apprend à doser ou à partager les efforts avec plus de justesse, à renouer avec les positions naturelles (debout, assis, allongé sur le dos ou le ventre ou le côté…), la souplesse, l’agilité: atouts que nous possédions tous et que nous avons oubliés au fil du temps. Cependant, la plasticité cérébrale permet de trouver des chemins divers et variés dans notre propre organisation du mouvement: pourquoi s’en priver?

Cette Méthode se développe bien en France et de nombreux professeurs de gym, infirmiers ou kinésithérapeutes s’inscrivent aux formations. Pouvons-nous imaginer qu’ à l’école aussi les maitres et professeurs utilisent un jour vos outils pour le bien-être de la vie en classe ? Des démarches sont-elles faites dans ce sens ?

V.LH : Cette méthode est en effet reconnue mondialement et se développe en France. Lors de ma formation à IFELD, j’ai été bien surprise car les professionnels de santé étaient en nombre restreint par rapport aux Artistes: je ne m’y attendais pas du tout! En fait, cette approche fait partie intégrante de leur cursus de base de formation alors que dans le secteur médical ou paramédical, il est encore bien méconnu!
Utiliser la méthode à l’école? Oui. Tout le monde a accès à cette formation, même les enseignants. Des collègues praticiens sont aussi enseignants!
Ces outils peuvent être dispensés en classe, quelque soit le niveau scolaire, par un praticien. Simplement, il faut faire des projets…qui n’aboutissent pas toujours. Des collègues interviennent sur des temps périscolaires, d’autres comme une activité extrascolaire…La méthode s’adresse à TOUT PUBLIC alors pourquoi ne pas la développer au sein des établissements scolaires ou des entreprises?

Qu’est-ce que la méthode FELDENKRAIS t’a apporté (personnellement, professionnellement,socialement) ?

V.LH : Avant tout une qualité de vie, d’écoute, un bien-être, de la détente. Je m’autorise aujourd’hui à prendre du temps pour moi, que ce soit sur mon lieu de travail (pauses) ou dans ma vie personnelle. Plus confiante, je peux faire des choix plus aisément, m’affirmer, agir selon mes principes et convictions et surtout les défendre. ETRE SOI et PRENDRE SOIN DE SOI.
Par ailleurs, fini les courbatures quand on se connait à travers le mouvement, fini de courir après le temps…
Cette méthode est bien une méthode d’éducation somatique mais elle amène aussi à une philosophie de vie et à de belles rencontres.

Est-il compliqué d’expliquer cette méthode, ne faut-il pas l’essayer avant d’en parler?

V.LH : On me demande fréquemment de répéter le nom, de clarifier la prononciation et bien sûr d’expliquer la méthode. Parler de la méthode est un bel exercice car cela clarifie ma pensée et la façon dont je l’ai intégrée à ma personne, à ma profession, à mon quotidien. Cependant, parler, utiliser des mots pour expliquer est moins efficace que de vivre la méthode à travers son propre corps, faire ses propres expériences, explorer, éveiller, ressentir, apprendre, choisir, ralentir… En fonction de son vécu et de son expérience personnelle, chacun agit, porte attention, ressent. Si bien qu’au cours d’une même leçon, tous les participants trouveront un bienfait, un bien-être, une réponse, un éclaircissement sur une partie de soi propre à soi…tout autant de découvertes que de personnes présentes.

Une citation de Moshe FELDENKRAIS: « Si vous ne savez pas ce que vous faites, vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez ». Ne peut-on appliquer cette phrase à tout un chacun, quel que soit le contexte?

Pour connaitre mieux la méthode, quels sont les lieux de formation et les sites à consulter pour en savoir plus. Dans notre région, peux-tu nous indiquer les lieux et les horaires des cours que tu proposes ?

V.LH : L’association FELDENKRAIS France (www.feldenkrais-france.org) permet d’avoir un bel aperçu de la méthode, des lieux de formation ainsi que l’annuaire des praticiens certifiés exerçant en France.
Pour devenir praticien FELDENKRAIS, il faut suivre 800 heures de formation réparties sur 4 ans. Il existe 3 lieux de formation:
– à Paris: Self-Wise, institut de formation Feldenkrais
– à Lyon: IFELD
– à Aurillac: Centre Feldenkrais Cantal
En région, des groupes de praticiens se sont formés pour échanger sur nos pratiques, pour organiser des formations professionnelles…Dans notre région, il y a le regroupement des praticiens du Sud-Est www.feldenkrais-sudest.fr, groupe auquel je suis rattachée (il existe aussi une page Facebook pour Feldenkrais Sud-Est!).
Ne pas oublier aussi International Feldenkrais Federation sur le site www.feldenkrais-method.org

Depuis septembre dernier, je propose à l’heure actuelle un atelier collectif hebdomadaire le jeudi de 17h45 à 18h45 au Dojo de La Gaude, un atelier collectif mensuel le premier lundi du mois de 19h à 21h à La Baronne. Les séances individuelles d’Intégration Fonctionnelle se déroulent sur RDV, généralement à Cagnes-sur-Mer à mon cabinet, au 83 avenue de Nice. Elles peuvent aussi avoir lieu à domicile sur le secteur de Vence, Saint-Jeannet, La Gaude, Gattières.
Des ateliers ponctuels sont proposés pendant les congés scolaires ou le week-end, selon la demande. L’inscription est obligatoire pour maintenir les ateliers. J’ai auparavant animé des ateliers à Villeneuve-Loubet.

Je n’ai pas de site mais j’ai créé une page Facebook: BOUGER AUTREMENT. Toute l’actualité sur la méthode ainsi que celle de l’association Bouger Autrement avec la méthode Feldenkrais y figure.
On peut me contacter via l’adresse mail: atelierbouger@gmail.com ou par téléphone/SMS au 06 09 94 26 28.

Soyez curieux de vous-même, venez vous ressourcer, apprendre, vous écouter… Je vous attends !
A bientôt dans le mouvement !

Merci à Virginie Le Helley pour ce moment partagé tout en douceur !

 

ANNE-MARIE LOPEZ

Anne-Marie a une présence solaire, un sourire toujours dessiné ; elle irradie de l’intérieur. La soixantaine invisible et joyeuse, on a envie de savoir ce qui l’anime… 

Je retrouve Anne-Marie que je connais depuis l’enfance, au Café de la Place à Saint-Paul de Vence, nous commandons un thé…

Raconte-moi ce que tu fais aujourd’hui ?

 Je viens de créer, à la Colle sur Loup, un lieu où les gens ont envie de se retrouver, où ils tissent des liens, un peu comme dans une association. Je propose des activités, comme la marche rapide, des parcours santé au Parc de la Guérinière.

J’organise aussi des petites randonnées, ou des séances d’initiation à la méditation. J’offre aussi des évaluations de bien-être comme un bilan nutritionnel. Grâce à une balance « impédance »,  je peux calculer l’indice de masse grasse, de masse musculaire, je calcule l’âge métabolique et le pourcentage d’hydratation dans le corps. Mes conseils aident les femmes, les hommes, les sportifs à devenir plus alertes ; ils apprennent à lire les étiquettes et à équilibrer leurs repas. Cette rééducation nutritionnelle est diffusée aux membres du club. Ces séances et ces activités sont gratuites. Voilà c’est mon concept: un club qui offre un lieu de partage !


Tu fais tout ça toute seule et gratuitement ?

Oui et non ! Je représente une marque de compléments alimentaires qui a fait ses preuves, j’utilise ces compléments alimentaires depuis 15 ans et ma vie a changé ! Mais ce que je propose à coté des compléments sans obligation d’achat, c’est un accompagnement de développement personnel, des formations gratuites au club, et une écoute.

 
C’est quand même du Marketing …

Oui ! Du marketing relationnel. On appelle nos clients « challengers » car on les place dans une situation positive d’atteinte d’objectif.

Leur objectif peut être, la perte de poids, le regain d’énergie, gagner de la masse musculaire, ou transformer sa silhouette. Nos challengers peuvent devenir coachs à leur tour pour venir en aide aux autres. Pour cela il y a des formations gratuites au sein du club ( Comment devenir coach, développement personnel etc).

Qu’est-ce qui différencie les compléments alimentaires que tu proposes de ce que nous trouvons dans les magasins spécialisés ou dans les parapharmacies?

Les magasins et les pharmacies regorgent effectivement de produits diététiques en tous genres, mais ce qui fait la différence de ma démarche, c’est l’accompagnement personnalisé, l’écoute. Ce qui compte c’est la prise en compte globale de la personne : son âge, son poids, sa façon de vivre, c’est l’aider à changer d’habitude alimentaire, à faire ou refaire du sport, c’est l’emmener vers un mieux-être, mais toujours avec bienveillance.

Qu’est-ce qui a fait qu’à 45 ans, divorcée, avec 4 enfants, au chômage, tu choisisses de « t’embarquer » dans l’aventure du marketing relationnel?

La vie m’a souvent envoyé les personnes bienveillantes pour m’aider sur mon chemin de vie. De fil en aiguille, je me suis retrouvée avec un cadeau : cette proposition de travailler au sein de l’équipe Herbalife. Cela a transformé ma vie; j’ai entrepris un travail psy, fait du développement personnel pour acquérir de la confiance. J’ai fait des formations de communication non-violente, travaillé sur l’acceptation et cela a changé ma perception de la vie et mis en évidence ce qui était bien caché au fond de moi. J’ai beaucoup grandi au travers de mes voyages notamment au Vietnam. Je suis partie avec une équipe de travail, sans ma famille pendant 7 mois et l’Asie a été révélatrice pour moi. Je me suis inscrite à mon retour à des ateliers de développement personnel, de numérologie, d’astrologie, d’estime de soi…

Ta sensibilité particulière te donne la chance de reconnaitre les cadeaux que la vie t’envoie, des signes ?

Disons que je me pose des questions … et la question c’est :  « c’est quoi ton pourquoi  » ? Qu’est-ce qui te donne envie de te lever le matin, quel est ton booster, ta motivation?                                     J’ai appris à m’aimer, plus on prend soin de soi, plus on peut aimer les autres. Mon « pourquoi » à moi, c’est aimer les autres et les écouter car les gens ont tellement besoin d’amour!

Au quotidien, quels sont tes gestes écolos ?

 Je n’aime pas le gaspillge, je limite mes courses, je prends des sacs en papier, je mange bio le plus possible, je ramasse les crottes de mon chien sur le trottoir, je ne jette rien par terre, je fais le tri sélectif, je ne laisse pas les lumières allumées en permanence. Je bois l’eau du robinet, je fais attention à ma consommation d’eau (douche, brossage des dents etc), j’achète des produits d’entretien écologiques, je mange de moins en moins de viande.
Et je défends les animaux, je respecte la nature ; j’adore me balader en foret et embrasser les arbres !

Merci pour l’énergie que tu diffuses et qui sera bien utile aux personnes qui viendront à ta rencontre au Club.

ANNE-MARIE LOPEZ, Coach de vie

annemarielopez7@orange.fr / 0698305122

CLUB :  » Les fées nutrition » 67 rue Georges Clemenceau                    06640 La Colle sur Loup.

 

 

Pascale S pour www.biodansnosvies.fr

Ce contenu a été publié dans Des Personnes, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.