Ecolo-attitude des artistes Irina Brook

Irina-Brook©Nicolas-DubreuilIRINA BROOK, enfant de la balle, artiste metteur en scène, créatrice de bonheur !

Fille du metteur en scène Peter Brook et de l’actrice Natasha Parry, Irina Brook est une artiste dans toute sa splendeur et sa diversité. D’abord actrice en Angleterre, elle s’est dirigée vers la mise en scène avec talent. Elle a été récompensée du Molière de la mise en scène en 2001 pour la pièce très remarquée « Une bête sur la lune ». Son répertoire de prédilection : William Shakespeare, Tennessee Williams, Bertolt Brecht. Son approche artistique, son énergie solaire, son amour de la danse et de la musique, son professionnalisme joyeux et altruiste ont offert à Irina Brook de traverser le temps et les modes.

imagesElle dirige depuis 2014 le Théâtre National de Nice et de ce fait, la ville a gagné en horizon. Avec toute son envie de communiquer de beaux messages par le théâtre, par ses choix, par son mode de vie proche de la nature, par son sens des responsabilités, elle diffuse dans son sillage des messages utiles, des messages humains emprunts de bienveillance et de bon sens.

Elle rêve de théâtre ambulant dans des écoles, sur des parking pour permettre à tous dès le plus jeune âge d’avoir accès aux textes et au bonheur qu’offre le spectacle des comédiens qui jouent. Elle a beaucoup de belles idées pour un monde plus juste, plus respectueux de l’environnement, des idées pour améliorer l’accueil des enfants dans les écoles, et sur la responsabilité de chacun dans les transmissions éducatives. Malgré son emploi du temps bien chargé, nous avons eu la chance de poser à Irina Brook quelques questions sur son écolo-attitude et elle y a répondu volontiers, nous l’en remercions.

theatre-national-nice-93828Voici le programme du TNN

home-achetez-carte-saison

 

 

 

 

Biodansnosvies : Quelles sont vos astuces ou vos démarches éthiques au quotidien ?

Irina Brook : « Je me sens encore coupable d’une vie de mauvais achats. Ma prise de conscience est récente, comme beaucoup. 
J’étais une sorte « d’addict des grandes surfaces », il faut dire que tout est y est étudié pour nous attirer. C’est presque hypnotique : les lumières, les allées, les promotions, les caddies trop grands. 
D’ailleurs j’ai une astuce, ne jamais prendre de caddie dans une grande surface ; préférer le petit panier permet d’éviter les achats compulsifs, superficiels et les tentations.
J’ai commencé à faire des listes de tout ce que je ne devais plus acheter. Les produits pleins de pesticides, de colorants et toxiques pour ma santé et celle des enfants ont été barrés de ma liste. Boycottés ! Pour commencer, je me suis rendue compte que faire disparaitre les céréales « Kelloggs et Quaker »  (avec le monsieur souriant) qui fait du faux « healthy » pour les petits déjeuners des enfants était un acte obligatoire. Je ne voulais pas les empoisonner avec ces aliments riches en maïs transgéniques ! Le marketting est un problème car les enfants sont attirés par les dessins d’un « Gentil pépé paysan, d’un tigre ou d’un lion ». 
Avec les enfants, je me suis aperçue qu’une semaine suffisait pour changer d’habitudes alimentaires. J’ai fabriqué des «  granola aux fruits rouges », puis je découpe des fruits frais en morceaux, j’y ajoute du yaourt bio et du lait de soja, les enfants se régalent. Au bout d’une semaine, ils ne pensaient plus aux petits dejeuners d’avant ; la conversion était faite toute en douceur. Quand la prise de conscience est réelle, ce n’est plus un problème pour convaincre. 
Ma liste est longue, donc pourquoi aller au supermarché où tout ce que l’on me propose est contre mes choix ! Puisque je n’ai plus d’intérêt à acheter ce genre de choses et comme il n’y a pas non plus d’intérêt nutritionnel, et même si la nature humaine va vers la facilité, j’ai tenu bon. 
 
J’ai conscience que ce n’est pas toujours facile de faire ses courses chez les petits commerçants, ou dans les magasins bio. Les AMAP aussi sont une bonne alternative, ainsi que les petits producteurs.  D’un point de vue financier, c’est évidemment un investissement. C’est un gros budget que je consacre à la nourriture bio, mais cela en vaut la peine. Je cherche des légumes qui ont un vrai goût de légumes ; rien n’est meilleur qu’une tomate qui a du goût !
 
 Je cuisine maintenant des aliments tout simples. J’ai arreté de faire des fritures ! Je fais cuire les légumes à la vapeur. Par exemple, une belle courgette bio cuite doucement, du quinoa, du tofu coupé en petits morceaux, le tout arrosé d’un peu de sauce soja et de gingembre à la japonaise, c’est délicieux! J’accompagne mon plat d’un bon chutney. J’utilise aussi de savants mélanges d’épices pour parfumer.
Biodansnosvies : Quel est votre voeu pour la planète ?
Irina BrookSi j’avais une baguette magique, je ferai beaucoup de choses évidemment. J’aimerais, un peu comme dans les dessins animés de « Barbapapa », que les usines polluantes soient remplacées par des campagnes où repoussent des arbres, que nous vivions plus proches de la nature. J’aimerai vivre dans un environnement mieux adapté comme dans certains pays qui ont réfléchi avant nous au cadre de vie, vivre dans des villes propres où nous n’aurions pas à subir la pollution. 
 
BiodansnosviesUn mot pour notre site ?
 
Irina BrookQuand je suis arrivée à Saint-Jeannet, j’ai regardé sur internet les différentes choses que l’on pouvait voir ou faire. J’ai découvert votre site et je l’ai trouvé vivant et agréable. J’espérais vous rencontrer un jour ! C’est une bonne démarche que de parler des activités autour de la nature. 
 
Biodansnosvies : Merci Irina. A la question:  » que faites vous en faveur de la planète? », nous avons déjà la réponse ! Nous soulignons que vous mettez en oeuvre un festival « Réveillons nous » au TNN du 26 novembre au 13 décembre.

Irina Brook :  » le théâtre se mobilise pour la planète autour de la COP 21. Au programme, des spectacles de théâtre, de danse, des conférences avec des invités tels que Hubert Reeves, Mélanie Laurent, Vandana Shiva, Coline Serreau ou Marie-Monique Robin…, mais aussi avec des projections de films, des expositions, des ateliers pédagogiques. Le Théâtre National de Nice et ses partenaires ont décidé qu’il était temps de se réveiller, d’agir et de se projeter dans un avenir où, ensemble, nous saurons trouver les solutions nécessaires à un changement de cap dans la gestion des ressources de la Planète, pour que nos enfants regagnent la possibilité de vivre dans un autre monde … Réveillons-nous ! »

P.S. pour biodansnosvies.                        crédit photo : Nicolas Dubreuil/ archives AFP
Ce contenu a été publié dans Ecolo-attitudes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.