Le printemps ou la vie en vert, rouge, violet, jaune par Pascale Imbert

LA VIE EN VERTROUGE, VIOLET, JAUNE

Il y a plus de trois millions d’années, notre terre était recouverte d’une « soupe primitive » dans laquelle seraient apparus des premiers êtres vivants. Les cellules primitives étaient autotrophes et anaérobies c’est-à-dire qu’elles n’avaient pas besoin d’oxygène (O2) pour vivre. Heureusement, car, en ces temps lointains, ce gaz vital n’existait pas. De développements en complexifications, 800 millions d’années plus tard, des cyanophytes ou algues bleu-vert ont fait leur apparition avec, dans leur cytoplasme, une molécule incroyable : la chlorophylle… Prodigieusement, ce pigment a changé la face du monde ! Car, c’est grâce à lui que de l’O2 a pu être synthétisé par photosynthèse… et que, quelques millions d’années plus tard, de développements en complexifications, une atmosphère viable s’est constituée ! De tous temps, et certainement pas de manière fortuite, la couleur verte a inspiré de nombreux peuples ; c’est avant tout la couleur du naturel, de l’écologie, la couleur de l’espoir. En médecine ayurvédique, c’est celle du 4ème chakra (Anahata) correspondant au plexus cardio-pulmonaire ; en médecine chinoise, le vert-bleu (en Asie, ces 2 couleurs sont parfois confondues) correspond au foie … l’Anahata et le foie sont deux points centraux de la libre circulation de l’Energie (Prana et Qi). Le vert est la couleur de la Vie, du Renouveau !

Depuis quelques semaines, les jours rallongent, le soleil monte au zénith, les températures s’adoucissent, les oiseaux chantent, les bourgeons laissent entrevoir les premières feuilles. La nature se pare de ses plus belles teintes. Nous assistons à un dégradé de toute beauté. Chaque saison a sa couleur ; le vert du printemps, le jaune de l’été, le rouge-orangé de l’automne et le marron-noir de l’hiver. La végétation se transforme au rythme du temps, de tous temps… Les premiers végétaux, algues, mousses, fougères étaient entièrement verts, la couleur originelle… Ce n’est que bien plus tard que les plantes à fleurs, plantes sexuées, apparurent, très colorées et de formes variées. En cette période de douceur, les premiers boutons éclosent et nous donnent un spectacle enchanteur. C’est le printemps !

Du jaune, du rouge, du rose, du bleu, du violet… elles sont toutes là ! Les pissenlits, les genêts, les crépis, les coquelicots, les thyms, les muscaris, les lavandes, les cistes… Quel feu d’artifice ! Leurs couleurs, leurs formes attirent notre regard, leurs odeurs évoquent des souvenirs d’enfance ou des pensées intimes. Elles touchent directement nos sens, notre inconscient… Certaines plantes sont douces car légèrement pubescentes, d’autres piquent de leurs épines acérées… Elles ne nous laissent jamais indifférents… Comme tous les êtres vivants, les fleurs ont évolué et se sont complexifiées afin d’assurer au mieux leur pérennité. Certaines ont même, poussé le vice ou « l’intelligence » jusqu’à se déguiser en fleurs pour tromper les insectes pollinisateurs… Approchez-vous d’un pissenlit, d’un arnica, d’un crépis… Où est la fleur ou, plus botaniquement correct, où sont les fleurs ? Elles sont toutes regroupées en son cœur… des dizaines de petites fleurs que nous distinguons à peine ; ce que nous voyons n’est en fait qu’un capitule décoré de « faux pétales »… Ne soyez pas rouge de colère, ni vert de honte ! Mais elles nous ont, quand même, bien eu les Asteraceae ! C’est le printemps, l’heure de la découverte et de l’émerveillement ! Laissez-vous emporter ! Laissez vos sens s’ouvrir et accueillir toute cette beauté… Regardez, observez, sentez, touchez… avec respect, vous y êtes conviés. Mais n’oubliez jamais que c’est un vrai privilège.

Je vous laisse ! Chut !

Pascale Imbert Docteur en Pharmacie                                  www.biodansnosvies.fr

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.