Osez le changement de cap!

Bio dans nos vies s’est intéressé à 4 personnes qui ont eu envie de changer de route professionnelle. Suite à une prise de conscience, un licenciement ou tout simplement par besoin vital, elles se sont détournées de leur activité première poussées par l’évidence pour plus d’épanouissement, de partage, ou de bien-être. Nous remercions Paola, Yvette, Lola et Frédérick de nous avoir fait confiance.

Petite fille, Paola Gavard se rêvait en Heidi ! Son premier métier était gardienne de refuge de haute montagne où elle gérait tout autant, l’accueil, la gestion, la coordination des équipes que la sensibilisation environnementale. Pendant 18 ans, elle s’occupait du plus vieux refuge sur le plus haut sommet des Pyrénées, le Vignemale. C’était le bonheur ! C’était un métier-passion, et ce pendant de nombreuses années. Déménager deux fois par an est devenu contraignant, puis, petit à petit elle a vu changer la clientèle. Quand elle remarqué qu’elle ne voyait plus la montagne qu’à travers la fenêtre, et que stress, contraintes et frustrations avaient eu raison de sa passion, elle a changé de vie.

Mais Paola a plus d’un tour dans son sac : une maitrise de Géographie et d’aménagement du Territoire, un Master pro en communication Environnementale et en développement durable, et de très nombreuses expériences professionnelles. Tour à tour, elle a été pisteur-secouriste, chargée de l’aménagement des chemins du Baou à Saint-Jeannet. Elle a même été guide de brousse en Afrique ! Photographe à ses heures,  une âme de voyageuse, parlant plusieurs langues, elle travaille dans la rigueur et s’implique toujours avec son coeur. Passionnée par les sports de montagne, très attirée par le yoga et la relaxation, ses voyages sur les 5 continents vont l’emmener à la découverte des massages du Monde. Elle s’est souvenue qu’adolescente, elle pratiquait l’auto-massage, massait ses amies, et ressentait toujours une énergie incroyable après avoir massé. Elle s’est donc écoutée, a beaucoup travaillé, étudié, et en décembre 2012, elle obtient son Certificat de formation Praticienne SPA Vital Body Formation de Nice, puis en 2013, celui de Shiatsu  de relaxation…  Paola Gavard est praticienne de massage bien être et vous pouvez aller visiter son site « Corpus relax »            http://www.corpusrelax.fr

Deep relax, californien, suédois, ayurvédique, Kata Amma, le massage est varié en fonction de vos besoins. Il aide à se ressourcer, à se reconnecter à son corps et à renforcer les défenses immunitaires. Dans notre société, nous n’avons pas appris à lâcher prise, le stress nous régie parfois, et Paola propose d’ouvrir une parenthèse de détente. Découvrez ses soins bien-être à domicile, en cabinet ou dans votre entreprise et profitez d’un moment cocooning rien que pour vous.

 

CABINET « ANTIBES BIEN ETRE ET SOINS »  

mercredi, jeudi et samedi « sur rendez-vous ».

13 AVENUE GUILLABERT, LES BLEUETS, bAT B, ANTIBES 06600  

07 89 45 56 52 /   contact@corpusrelax.fr / pour le centre bien-être et rdv à domicile /
 

 

Yvette Pécori est une femme qui déborde d’énergie positive. Elle est toujours encourageante nous a beaucoup soutenues pour «Bio dans nos vies»

Après avoir fait des études en Droit, Yvette a été greffière stagiaire auprès du Tribunal de Commerce de Nice. Embauchée au service de la Propriété Intellectuelle d’IBM, elle a assisté aux premiers jours de l’informatique dans l’entreprise et a formé bon nombre de managers et d’employés à la bureautique.  A cette époque, on travaillait  avec des machines à écrire, des télexes, des Minitels, des téléphones filaires  et de très gros ordinateurs. Yvette, visionnaire, voit en ces machines électroniques (personal computer) l’avenir et s’en émerveille.

A la suite d’une restriction de budget, les Psychologues de l’entreprise ont été supprimés. Yvette, s’est vue proposer un poste pour animer des réunions de gestion de conflits, d’organisation, d’installation de nouveaux outils… Donne des cours à l’Ecole Supérieure de Toulon dans la cadre du rayonnement d’IBM.

Elle suit alors un Master en Programmation Neuro Linguistique (PNL) est amenée à recevoir les confidences sur les problèmes rencontrés, dans les services ou département, par la Direction, par des Managers et par collègues des services. Facilitatrice, elle anime des « Cercles de Qualité ». Elle s’est mise à réfléchir sur son engagement auprès des autres. Aider, accompagner, guider,  accueillir les difficultés et tenter de trouver avec ces personnes une réponse à leurs questionnements, leurs soucis, leurs problèmes. Ce fut une révélation pour elle.

Elle quitte IBM avec un plan social.

Changer, oser…..

En 1996, alors qu’elle fait du bénévolat, elle a rencontré sur sa route des personnes en rupture, en recherche de travail, et certains qui se nourrissent dans les poubelles. Yvette touche du doigt la misère de ces êtres perdus par la vie, et son instinct l’a poussé à apprendre encore plus, pour assister mieux les personnes dans la douleur, la dépression, la violence parfois.

Grace à son empathie, son écoute, et les moyens qu’elle se donne dans ses études, après 3 années de Master PNL, Yvette a envie de s’investir encore plus. Le Tribunal de Commerce et IBM sont bien loin et elle, qui aime se lancer des défis, voit se rapprocher sa véritable mission de Psychothérapeute. Pour cela, elle réussira un DEUG et une licence en Psychologie, spécialisation « cognitif » en 2004.

Jamais rassasiée, toujours l’âme étudiante, Yvette va pousser encore un peu ses limites (en a-t-elle ?), pour aller chercher un autre diplôme à coup de lectures, d’études, de documentation,  d’examens et de stage. En 2010, c’est un Master, un « DU de Coaching et de Préparation Mentale pour Sportif ». Elle se promènera entre Dijon et Nice pour apprendre encore et toujours.

Entre deux parties de golf, sport qu’elle affectionne, elle coach deux golfeurs alors adolescents. Les écouter, les suivre, les accompagner, les aider à trouver une alimentation en adéquation avec leur sport et leurs besoins a été une fois de plus ce qui a permis à Yvette d’aller plus loin. L’un d’entre eux, au terme de ce suivi laissera tomber ce sport, car il n’était que la projection du désir de son père et ne répondait en rien à ses attentes personnelles. Pour aider le père et le fils, Yvette, bienveillante et armée, a utilisé un outil «le contrat de bienveillance» : chacun dit ses besoins et les qualités de l’autre et avec ça, ils ont trouvé un compromis. Ce fut l’équilibre !

Yvette Pécori travaille sur l’humain, et c’est encore l’humain qui l’emmènera à poursuivre des études de Nutrition en 2010 pendant deux ans à la Faculté de Médecine de Nice. Etudes pour l’alimentation destinées à guider les femmes enceintes, les bébés,  les ados, les adultes et les personnes âgées.

Mais pas encore satisfaite, son objectif était d’apprendre « La Nutrition du Sportif ». Alors, elle décide en 2013 de s’inscrire à la Faculté de Paris Descartes et de la Sorbonne pour travailler sur des cas réels et aider très concrètement les sportifs dans leur recherche de la performance,  de l’équilibre entre nutrition, hydratation, entraînements, repos et compétitions.

Yvette suit quelques jours par mois, les cours pour l’obtention d’un  « DU de Nutrition » pour Activités Physiques et Sportives » (DUNAPS)  à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris pour travailler enfin sur des cas. En fonction de l’âge, du bilan biologique, du poids, de la taille, du tour de taille, du journal alimentaire, de l’entraînement pratiqué par le sportif, Yvette et ses amis étudiants essaient de diagnostiquer chez le sportif, s’il y a  déséquilibre, carence ou excès, au vu du journal alimentaire ou  pourquoi ils s’épuisent, ont des « coups de pompe » ou des fractures de fatigue, déprime…

Les recommandations qui suivent sont basées sur leurs connaissances, leurs appréciations et leurs récents savoirs. Celui d’Yvette est assis sur de nombreux diplômes, certes mais aussi sur son instinct, son expérience, son acharnement, sa volonté d’entrer en communion avec ceux qu’elle reçoit et conseille.

Elle a confiance en la vie, utilise son énergie positivement, et explore toujours le cerveau humain, sa passion est à l’infini.

Pour « Bio dans nos vies », Yvette nous a confié qu’elle avait -évidemment- une alimentation saine et réfléchie, équilibrée et parsemée de tests ; en effet, elle essaie sur elle-même les associations alimentaires et leurs conséquences sur le poids, l’énergie donnée ou ralentie… Elle fait des achats de proximité, consomme des fruits et des légumes bio de chez Pierre Boijout à Saint-Jeannet, achète fromage et œufs chez Frederick et Claire au village, pains aux céréales chez Laurent et Ludmilla et achète dès qu’elle le peut, sa viande aux petits producteurs. Elle économise l’eau tant qu’elle peut, fait le tri de ses déchets, et communique autour d’elle sa vision positive de la vie.

 

Elle s’appelle Lawrence, mais elle est Lola. Car Lola est une créatrice-née, une artiste qui a suivi ce que son coeur lui dictait…. Avant la vie d’artiste, il y a eu des étapes à valider, des détours à faire, parfois des épreuves à vivre. C’est dans un salon de  coiffure qu’elle a commencé, mais ce métier de coiffeuse n’était pas assez créatif pour elle, bien qu’elle ait gagné le premier prix du concours des Alpes Maritimes. Elle a pensé que coiffer au Club Med serait plus drôle ; jouer, chanter, danser, apprendre les rouages du café thêatre l’a pour un temps nourrie, mais au bout de quelques saisons loin de la France, Lola veut reprendre le cours de sa vie. Elle sera tout à tour, serveuse, vendeuse et accumule les petits boulots. Elle s’est même vue voler des brins de lavande sur les terre-pleins de Marseille pour les vendre sur le marché afin d’assurer son gîte et son couvert…. C’est là, sur les marchés et brocantes qu’elle a pris l’habitude de recycler tout ce qu’elle trouvait.

Ses premières créations sont nées là, avec dans ses mains du fimo et du cristal de Bohème jusqu’en 2000. De nombreux soucis personnels l’obligent à trouver un métier plus « sérieux » et plus rentable. Elle fut pompier suite à un très grave accident, puis guide sur un bateau promenade sur le lac de Serre Ponçon. Elle reprit ses études pour obtenir un diplôme de guide-accompagnatrice. Mais les voyages s’enchainent et l’entrainent en Allemagne, en Belgique, en Hollande. Le soleil lui manque cruellement. Elle revient sur la Côte d’Azur, à Grasse chez le célèbre Fragonard en tant que guide-vendeuse. Encore une fois, Lola sait qu’au fond d’elle se tisse la toile de ses envies artistiques.

Elle ose et se lance en créant sa marque LOLABYE.

Eco-designer de talent, Lola crée, expose dans sa petite boutique dans la rue piétonne au coeur du vieux Grasse, fait des expos, et vit de ses créations: fauteuils en cartons, bijoux, livres porte-objet, sacs, toute une gamme d’accessoires qui lui ressemblent. En novembre 2013, Lolabye a participé au concours de jeunes créateurs au salon de la mode et du mariage à Monaco (Forum Grimaldi) : ses robes en capsules de café sont très remarquées par le public… Lola pratique au quotidien une écolo-attitude faite de recyclage tout en tissant un lien social avec les villageois qui lui apportent parfois des objets dont elle sait toujours quoi faire. Vous pourrez retrouver l’univers de Lolabye en cliquant sur: http://www.lolabye.com

7 Rue Marcel Journet,

06460 Grasse

06 64 95 63 34

 

 

 

 

Retrouvez l’échange que nous avions eu avec Frédérick Marchaland en janvier 2013:

 Frederick Marchaland était photographe, et technicien vidéo dans une grande société de production à Paris. Il a suivi parallèlement des études de médecine traditionnelle chinoise à l’institut Shuzen à Paris et obtenu des diplômes de praticien.

Il a changé de vie et s’est installé à Toulouse avec sa petite famille.

Frederick, parle nous de ton envie de changer de trajectoire?

Ce changement de cap est le résultat d’une lente maturation qui m’a amené à vouloir donner un autre sens à ma vie en m’orientant vers le soin, à travers l’étude et la pratique de la médecine traditionnelle chinoise.

Qu’est ce que la médecine traditionnelle chinoise a changé dans ta vie ?

La médecine chinoise m’a apporté un autre regard sur notre environnement, qu’il soit d’ordre professionnel, émotionnel (famille, enfants, amis..), relationnel,  et environnemental (notre place dans la nature, l’influence des saisons, l’alimentation..). Elle m’a aussi montré comment se positionner par rapport à tous ces éléments qui ont une incidence directe sur notre santé.

Tu enseignes aussi la pratique du massage lors de stages. Peux-tu nous expliquer ce qu’apporte le massage chinois ? Est-il thérapeutique ? En quoi est-il différent du massage traditionnel fait par un kiné ?     

Le massage chinois que l’on appelle Tuina est bien sur thérapeutique car faisant partie intégrante des techniques de soins de la médecine chinoise au même titre que la pharmacopée, l’acupuncture ou encore la diététique. Ce qui le différencie d’un massage pratiqué par un kiné est non seulement l’utilisation de techniques propres au Tuina, mais surtout leurs mises en œuvre au regard d’un bilan énergétique qui sera particulier a chaque patient. On ne traite pas une maladie, on traite un patient qui rencontre une maladie. Qui plus est le concept de circulation de l’énergie « Qi » à travers des voies de circulations « les méridiens » sous tend la pratique du Tuina, celui ci vise notamment à lever les blocages énergétiques dans les méridiens en stimulant les points d’acupuncture de ces méridiens.

Le Qi gong Tuina que je pratique met en avant cette notion de Qi par une pratique du Qi gong associé au Tuina pendant un soin. Cette technique vise à favoriser la circulation du Qi au sein du système des méridiens et des organes par la mise en œuvre de techniques utilisant uniquement le Qi et non la force.

Dernièrement tu es parti au Pérou découvrir la Terre Mère. Parle nous de cette aventure. Avec qui es-tu parti et dans quelles conditions ? `

Je suis effectivement parti au Pérou à la rencontre de la Pacha Mama (Terre Mère) dans le cadre d’un voyage de fin d’étude en soins Egypto-Esséniens. Cette formation nous invite à explorer les problématiques Psycho – Emotionnelles en faisant appel à notre ressenti le plus profond. Ce ressenti, je l’ai exploré au cours de ce voyage qui fut pour moi une explosion des sens au contact du monde végétal, minéral, arbres, temples, montagnes, rocs, vent, rivière, tout ces mondes et leurs expressions ne sont qu’enveloppes parcourus par des courants de vie, une force qui nous habite également.

A l’inverse du mental qui est la réduction de tout à des concepts, le sentir est une ouverture au monde par une dilatation des sens, une ouverture de Cœur  permettant de contacter les émotions tout autant que les corps subtils (rayonnement d’un chakra, comme celui d’un arbre ou encore d’un temple).

Cette exploration du sentir que j’ai vécue au cours de ce voyage, de cette rencontre avec la Pacha Mama est venue naturellement enrichir ma pratique du Qi gongTuina.

Vous pouvez contacter F. Marchaland, praticien de médecine chinoise à Toulouse et Paris au : 06 80 27 71 29

f.marchaland@free.fr          http://copartner.wix.com/tuinatoulouse#!contact

 

 www.actisse.net cliquez sur ce lien, si vous êtes seniors, bientôt ou déjà à la retraite, vous trouverez plein de conseils, d’astuces, d’idées pour vous rencontrer autour d’ateliers et de séminaires, et envisager l’avenir avec sérénité.

Et puis, si vous avez envie d’entrer en contact avec un professionnel, contactez Fabien Drougard, life coach et coach sportif ; il vous aidera à cerner vos besoins, à trouver en vous, et avec des outils adaptés, les ressources nécessaires aux changements professionnels, et à établir un plan d’organisation. Le Life Coach est un spécialiste en gestion émotionnelle et relationnelle, il questionne les projets de vie de la personne : famille, vie sociale, couple, travail et le “moi”.

Le côté coaching : www.coachpersonnel.sitew.org

Pour la marche nordique : http://www.walkyourtalk.sitew.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.