Gaz de schiste…le retour !

Les gaz de schiste sont de nouveau en vedette dans l’actualité environnementale. 

 

En effet, la refonte du code minier français est en cours d’élaboration. Ce code a été créé en 1956, en s’appuyant sur des textes qui remontaient à 1810 (Loi impériale du 21 Avril 1810).                                                                                                                                                Va-t-on, comme aux Etats-Unis, passer aux dessus des lois protégeant la santé et l’environnement pour laisser la voie libre aux industriels ?

C’est en tout cas ce que souhaiterait l’UFIP (Union française des industries pétrolières), qui joue sur la peur de voir un monde, construit autour du pétrole, s’effondrer.

L’UFIP s’appuie sur le modèle américain, sur l’estimation faîte du sous-sol français avec d’éventuelles réserves de gaz et huiles de schiste, sur les emplois à créer, l’avancé technologique, faisant miroiter une indépendance énergétique à plus ou moins longue échéance… Et prônant encore et toujours une consommation grandissante des énergies fossiles.                                                                                                                                                A savoir, la planète consomme 35 milliards de barils de pétrole par an (la France, avec ses 720 millions de barils consommés en 2011, se classe au 12eme rang mondial).

Dans cette réforme, 3 points seront particulièrement discutés :

– Intégrer la participation du public avant les décisions importantes par le biais de consultations,

– La fiscalité minière,

– Favoriser l’exploitation de nouvelles énergies (… On aimerait plus de précisions pour ce chapitre sachant qu’un schéma national de valorisation du sous-sol français est avancé…).

Une grande consultation européenne est actuellement en ligne jusqu’au 23 Mars 2013. En effet, la charte constitutionnelle de l’environnement prévoit une consultation indispensable du public avant de genre de décision. Il est donc très important d’y apporter sa contribution. Certaines questions étant déroutantes, vous pouvez trouver de l’inspiration en consultant les liens attachés à notre précédente info en cliquant sur notre chèvre:

Une consultation européenne sur les gaz de schiste est en ligne jusqu’en Mars 2013

Vous pouvez aussi cliquer sur le lien suivant qui vous redirige vers un article que nous avions déjà publié sur les gaz de schiste :  Gaz de schiste en France et ailleurs!

 

Nous allons apporter de nouvelles précisions, puisque ce dossier est en évolution permanente (un peu comme du lait sur le feu !).                                                                      

Pour que l’exploitation des gaz de schistes soit efficace, 50 puits en activité sont nécessaires, répartis sur le territoire. En France, ce sont le bassin parisien (pétrole de schiste) et le Sud-est (gaz de schiste) qui contiendraient les principales réserves. Il est important de préciser que :                                                                                                              – Le bassin parisien est aussi une région où la densité de population est très importante, et où les exploitations agricoles (céréales) sont très présentes.                                                – Le Sud-est , également très peuplé, est une région fortement impacté par la sécheresse (due au manque de précipitations).

Il faut reconnaître que tout cela est incompatible avec une possible exploitation des gaz et huiles de schiste. Petit rappel : pour chaque forage, 10 000 à 15 000 m3 d’eau sont utilisés et pollués. La ville de Paris consomme chaque jour 550 000 m3 d’eau.

De plus, il est important de garder à l’esprit que les chiffres avancés par les industriels ne sont que des estimations faîtes par extrapolation. Ils ne seraient pas forcément atteints. 

L’exemple le plus flagrant est la Pologne qui a divisé par 10 ses estimations : ExxonMobil vient de se retirer du marché polonais, ayant été déçu par la qualité des forages effectués, et le géant Chevron s’est vu rejeté par la mobilisation de villageois. Total par contre y poursuit ses investigations. Les premiers mètres cubes sont attendus en 2014.

Les Polonais continuent de se mobiliser afin de sauver leur région :                                      À voir « La malédiction du gaz de schiste » un film de Lech Kovalski sur Youtube.

Qui dit gaz de schiste dit aussi émission de CO2 :

Lorsque vous regardez une exploitation pétrolière classique, vous avez certainement vu la fameuse cheminée surmontée de sa flamme… Cela s’appelle une torchère. Elle est là pour brûler le gaz naturel qui s’échappe automatiquement de tout puit de forage de pétrole ou de gaz naturel.

On la retrouve dans les exploitations de gaz et huiles de schiste.

Il faut savoir que des quantités énormes de gaz sont brûlées inutilement avec ces torchères visibles depuis l’espace… En effet, lorsque les puits d’exploitation des huiles (ou pétrole) de schiste ont été mis en place, rien n’a été prévu pour acheminer les gaz qui s’en échappent automatiquement vers des lieux de stockage et d’utilisation…

Dans le monde, ce gaspillage atteint 140 milliards de mètres cubes soit 360 millions de tonnes de gaz à effet de serre dont on ne parle pas (l’équivalent d’environ 70 millions de voitures en circulation), malgré un travail mené par le GGFR ( partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés), et ce gaspillage reste en constante augmentation.

 

 

                                                       

Alors, avant de vouloir multiplier les forages, il faudrait déjà penser à récolter et utiliser ces gaz.                                                                                                                                                Si le sujet vous passionne, vous pouvez visionner un reportage découpé en 5 vidéos en cliquant sur le lien suivant:                                                                                                             «  Gaz de schiste, pourquoi s’en priver » 

Dans l’actualité :

L’OPECST (office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques) va réaliser un rapport sur les techniques alternatives à la fracturation. Il apparaît déjà qu’elles ne seront pas au point avant 10 ans. Ce rapport est attendu pour fin 2013. L’étude de faisabilité de ce rapport est consultable sur le lien suivant :                      http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-oecst/faisabilite_hydrocarbures_non_conventionnels.pdf

Depuis le 13 décembre 2012, la Grande-Bretagne a repris les fracturations, un an et demi après les mini séismes qui s’étaient produits: http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/12/14/la-grande-bretagne-autorise-l-exploration-de-gaz-de-schiste_1806534_3244.html

La Roumanie est revenue sur sa décision et a autorisé l’exploration: http://www.euractiv.com/fr/energie/la-roumanie-autorise-exploration-news-517519

En Lituanie, des discussions sont en cours, Chevron ayant déposé un dossier d’exploration. Réponse d’ici 2 mois…

La Hongrie, l’Irlande, l’Autriche, les Pays-Bas, le Danemark et l’Espagne restent ouverts à l’exploration.

La France et la Bulgarie y restent opposées.

L’Allemagne reste prudente, suspendant les recherches en attendant les résultats d’un groupe de travail composé de scientifiques, industriels et politiques.

L’état de New York aux USA : une bataille importante gagnée contre les gaz de schiste:  http://www.legrandsoir.info/etats-unis-les-defenseurs-de-l-environnement-gagnent-une-importante-bataille-contre-l-exploitation-des-gaz-de-schiste-par.html                                                                                                             Et la liste des lésés par la fracturation hydraulique en Pennsylvanie ne fait que grandir:  Cliquez sur l’image pour y accéder                                                                                                                                                                                         

Quels que soient les débats, 2 grands patrons avouent que l’exploitation des gaz de schiste n’est pas rentable : http://www.ladepeche.fr/article/2013/01/11/1533771-le-gaz-de-schiste-n-est-pas-rentable-ce-sont-les-patrons-d-exxon-et-de-total-qui-l-avouent.html

Aux USA, les cours du gaz ont chuté avec la production des gaz de schistes.                        Quand on sait que le mot rentable est le saint mot des industriels, on ose imaginer la fin de l’histoire… 🙂 

Quoi qu’il en soit, cela ne doit pas nous empêcher de reconsidérer notre façon de consommer et de privilégier le durable au consommable, éviter le gaspillage, redonner de la valeur et de la qualité aux choses autant qu’à nos actions ou à nos relations.

                                                                                                                  Nathalie MJ

Ce contenu a été publié dans Infos Planète, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.