Agriculteurs et environnementalistes, le dialogue s’ouvre.

Alors que certains détracteurs de l’agriculture biologique expliquent qu’il n’y a pas d’intérêt pour la santé à cultiver et consommer bio, que les lobbys agrochimiques jettent le discrédit sur les études scientifiques qui démontrent les dangers des pesticides ou des OGM avec la complicité des grands médias, d’autres, par chance, continuent de chercher des voies permettant d’atteindre un équilibre entre respect de l’environnement et agriculture productive et profitable tant aux agriculteurs qu’aux consommateurs et non néfaste à l’environnement.

En effet, afin d’ouvrir le dialogue entre les agriculteurs et les écologistes,  a eu lieu le 27 Septembre 2012 à Paris  une médiation  inédite à l’initiative de l’association FARRE (Forum de l’Agriculture Raisonnée Respectueuse de l’environnement) 

et à laquelle participait la FNE (France Nature Environnement).

Deux courants qui jusque là avaient plutôt tendance à se tourner le dos et se trouvaient donc en grande difficulté de communication et de compréhension réciproque.

Au cours de cette journée ont eu lieu des échanges et des débats sur les insecticides et sur les algues vertes, sous le patronage de Claude Bartolone – président de l’Assemblée Nationale – et avec comme grand témoin Eric Orsenna (écrivain) pour FARRE et Michel Griffon (ingénieur agronome et économiste) pour la FNE.

  De cette médiation est née une charte qui a été déposée aux présidents:

 

FARRE -Christophe Grison

 

  FNE- Bruno Genty

Donc même si rien n’est gagné, restons sur une note optimiste et souhaitons que le dialogue se poursuive.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.